Sam10252014

dernière mise à jourSam, 25 Oct 2014 9am

Font Size

Cpanel
Back Accueil Actualités Iran Résistance Yves Bonnet - Le grand complot

Yves Bonnet - Le grand complot

Arc en Ciel - La revue de Nouveaux Droits de l'Homme - avril 2012 - Voilà un homme peu banal, un serviteur de haut rang de l’Etat républicain français qui prend la parole avec courage dans un «pavé» fouillé de près de 500 pages (et qui aurait pu en ajouter) mais que les médias mettront volontiers sous le boisseau, comme ils font de la lutte de trois décennies de la Résistance iranienne.

Qui est l’auteur ? Rien de moins que le chef de la DST (Direction de la Surveillance du Territoire) nommé par François Mitterrand. Un maître des plus grands secrets d’Etat et non un romancier versé dans les questions d’espionnage à des fins lucratives. Un homme simple, uniquement guidé par l’honnêteté intellectuelle, qui ne cherche pas le scandale.

D’ailleurs, nous connaissons les faits et ne saurions nous laisser nous en conter. Le 17 juin 2003, une rafle est organisée contre la Résistance iranienne installée à Auvers sur Oise depuis 20 ans au prétexte d’arrêter, d’inculper… et surtout d’expulser les «abominables terroristes» qui composent le CNRI (Conseil National de la Résistance Iranienne).

L’affaire est d’autant plus comique que ces Iraniens sont sous la protection de la Police et de la Gendarmerie française depuis deux décennies parce que le régime des mollahs a déjà commis des attentats contre cette branche active de la Résistance aux barbus de Téhéran (le frère du fondateur, Massoud Radjavi, Kazem, professeur de Droit, a été tué à Genève).

L’OMPI serait donc une organisation terroriste sous protection française! Tiens, ils sont vraiment forts ces résistants…L’opération, ordonnée par le juge anti-terroriste Bruguière – dont on connait aujourd’hui bien d’autres bévues – dernièrement au Rwanda et n’oubliez pas l’attentat de Karachi… est aux commandes.
Il arrête la Présidente Maryam Radjavi, son beau frère Saleh et toute la direction opérationnelle de l’opposition iranienne. Un vrai Zorro, sauf qu’il ne trouve aucune arme… sinon des ordinateurs.
Malgré tout, il met en examen, expulse à qui mieux mieux. Ceux qui ont échappé au coup de filet tiennent des conférences de presse à NDH.
Toutes les organisations de droits de l’Homme protestent (MRAP, Ligue des droits de l’Homme…). Enfin, les médias, qui ne s’intéressent qu’à ce qui est négatif, parlent de la résistance iranienne.
Mais comme le veut Bruguière. La justice française, saisie par les avocats, annule les expulsions, tandis que le juge antiterroriste met en examen pour terrorisme et autres fariboles la direction de l’OMPI. Tous relâchés car le dossier est vide. C’est là où Yves Bonnet nous ouvre les yeux. Comment une telle bavure a-t-elle pu se produire? Qui est derrière ce complot ?

Avec force détails, il explique : la collaboration entre les services secrets iraniens (la Vevak) et les services français ; les intérêts économiques français en Iran ; les juteux contrats en perspective etc. Il donne des noms, des dates, des lieux… Un vrai travail d’investigation. Résultat? L’OMPI, couchée sur la liste des terroristes de l’Union Européenne a été « blanchie » par la Justice de Luxembourg.
De nombreuses personnalités viennent du monde entier leur apporter leur soutien (Rudolph Giuliani, ancien maire de New York; Ingrid Bettancourt; Patrick Kennedy, etc.) quand l’Iran des fascislamistes, Ahmadinejad en tête, forge un armement nucléaire; intervient en Irak comme dans son pré-carré… Bref, l’ouvrage d’Yves Bonnet est l’histoire d’une méga-bavure ; une affaire d’Outreau à l’échelle internationale.
Mais comme dans l’affaire d’Outreau, aucun des auteurs de cette vilénie n’a subi la moindre sanction. On fait même un pari : quand le régime de Téhéran tombera (après la Tunisie, l’Egypte, la Libye…) bientôt la Syrie, comme il a failli tomber en 2010, qui sera le premier en Iran pour célébrer la chute des tortionnaires, sinon ceux qui ont accablé, humilié la Résistance ?
Merci, Yves Bonnet, pour ce document Incontournable.