Sam04192014

dernière mise à jourSam, 19 Avr 2014 11am

Font Size

Cpanel
Back Accueil Communiqués CNRI

Iran : Appel de Mme Radjavi à la communauté internationale à sauver les prisonniers sunnites condamnés à mort

Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne a qualifié d’inhumain et d’anti islamique la condamnation à mort par le régime iranien de dizaines de prisonniers politiques sunnites. Ce régime barbare ne peut survivre un seul jour sans exécution, torture ni massacre, a-t-elle dénoncé.

Mme Radjavi a appelé le Conseil de sécurité de l’ONU, le Conseil des droits de l’homme, la Haut commissaire aux droits de l’homme, le Secrétaire général de l’ONU, l’UE et le gouvernement américain à agir de toute urgence pour sauver ces prisonniers et les faire libérer. Elle a aussi appelé les dignitaires religieux, chiites comme sunnites, en Iran et dans d’autres pays musulmans à s’opposer à cette montée croissante des exécutions en Iran qui est une violation flagrante des enseignements islamiques de toutes les branches de cette religion. Elle les exhorte à s’insurger et à ne pas permettre à la sinistre dictature en Iran de répandre la corruption et le crime sous couvert de la religion.

Lire la suite...

Iran : 471 exécutions depuis le début de 2013 jusqu’à la journée contre la peine de mort

231 pendaisons, dont 10 femmes, depuis la farce électorale présidentielle

Jouer sur les illusions de modération sert à tromper la communauté internationale et à justifier les marchandages et la complaisance avec le régime des mollahs

Du 1 janvier au 10 octobre 2013, journée internationale contre la peine de mort, 471 prisonniers ont été exécutés par le régime des mollahs en Iran. 231, dont 10 femmes, ont été exécutés après la farce électorale présidentielle du 14 juin.  Or, les informations sur un grand nombre de pendaisons ne sortiront jamais des prisons. Plusieurs victimes étaient des jeunes arrêtés quand ils étaient mineurs. Selon les verdicts, quelques heures avant l’exécution, beaucoup reçoivent des dizaines de coups de fouet.

Pour créer un climat de peur, dans beaucoup de villes, les pendaisons se font en place publique, comme Nochahr, Babol, Ghaemchahr, Tankabon, Chiraz, Jahrom, Fassa, Ahwaz, Dehdacht, Hendijan, Chahrekord, Ilam et Karadj. Les exécutions ont souvent été collectives, par groupes de 10 à 20 condamnés. Pour renforcer l’atmosphère de terreur, les médias officiels diffusent à grande échelle les photos terrifiantes de ces mises à mort.

Lire la suite...

Il est temps de mettre fin à la complaisance avec les bourreaux en Iran – Maryam Radjavi

CNRI – Le 20 septembre à Genève se tenait une réunion internationale sur le massacre commis au début du mois à Achraf, où 52 réfugiés iraniens ont été exécutés et 7 autres enlevés par les forces irakiennes, à la demande du régime de Téhéran. Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, y a pris la parole pour appeler à la libération des otages et à l’ouverture d’une enquête sur ce carnage. Elle était entourée de hauts dignitaires comme José Luis Zapatero, ancien premier ministre espagnol, Sid Ahmed Ghozali, ancien premier ministre Algérien, Giulio Terzi, ancien chef de la diplomatie italienne, Philip Crowley, ancien porte-parole du département d’Etat américain et de nombreuses autres personnalités.

Voici le texte de l’allocution de Mme Radjavi :

Saluons les martyrs de la constellation d’Achraf, la commandante Zohreh Ghaemi, co-première secrétaire de l’Ompi, et la commandante Guiti Guiveh-Chinian, première vice-première secrétaire de l’Ompi, et cinquante héroïques Moudjahidine du peuple d’Iran qui avec leur combat admirable, ont rendu Achraf éternelle.

Zohreh, Guiti et d’autres frères comme Ahmad Vechagh tombés martyrs, ont été pendant des années dans la protection de Massoud Radjavi. Je leur suis pour toujours redevable, particulièrement Guiti, en raison de ses responsabilités.

Lire la suite...

Le discours de Maryam Radjavi à l'assemblé parlementaire de Conseil d'Europe

 


Mesdames et messieurs les parlementaires, élus des peuples d’Europe,

Je suis très heureuse de me trouver dans la maison de la démocratie européenne.
C’est une institution modèle de coexistence entre les nations, qui recèle en son sein les droits humains ainsi que le développement de la démocratie et de la justice.
Je suis venue ici pour attirer l’attention du Conseil de l’Europe et de ses Etats membres sur à deux sujets importants.
D'abord; il y a un moi, après l'attaque à Achraf et le massacre de 52 membre de l'OMPI, 7 otages sont détenus par les forces de Maliki à Bagdad sous le menace d'une déportation vers l'Iran.

Ensuite, le danger de la nouvelle phase de politique inhumaine du fascisme religieux au pouvoir en Iran.

Face à l’ampleur du mécontentement populaire, du danger d’un soulèvement général, des crises économiques aigües, le régime iranien est extrêmement vulnérable. Les sanctions internationales ont accentué cette vulnérabilité. A l’heure actuelle, le régime glisse sur la pente du renversement.

Lire la suite...

Accueillir Rohani, criminel impitoyable à l’ONU, c’est se moquer des droits humains – Maryam Radjavi

CNRI – « Je tiens à exprimer ma sincère gratitude aux membres du Sénat et de la Chambre des Représentants, aux éminentes personnalités américaines comme le maire Giuliani, le député Patrick Kennedy, l’ambassadeur Bolton, Francis Townsend, M. Steel, le sénateur Torricelli ainsi que tous mes compatriotes pour leur solidarité après le massacre des 52 Achrafiens » a déclaré Maryam Radjavi, présidente élue de la résistance iranienne le 24 septembre dans un message à un grand rassemblement à New York.

Elle s’adressait à une foule compacte d’Iraniens et de partisans de la résistance qui manifestaient devant l’ONU contre la présence du mollah Rohani, le nouveau président du régime iranien. Les manifestants dénonçaient ses postures de modération qui cachent un criminel contre l’humanité. Ils appelaient à la libération des 7 otages d’Achraf aux mains des forces irakiennes inféodées à Téhéran. De nombreuses personnalités américaines de premier plan ont pris la parole en soutien à la résistance iranienne.

Lire la suite...