Dernière mise à jour 11:56:33 AM

Iran Actualités  | اخبار ايران 

Un ouvrage intitulé "Les Gardiens de la Révolution, l'armée intégriste et terroriste", jette la lumière sur la Force Qods

CNRI: La Force Qods des Gardiens de la Révolution (Pasdaran) du régime iranien vient de s'illustrer à nouveau dans un plan d'attentat au États-Unis visant à assassiner l'ambassadeur de l'Arabie Saoudite, dans une opération risquant d'entrainer plusieurs dizaine de morts.

CNRI - Un iranien, Manssor Arbabsiar, a été arrêté le 29 à New-York et un deuxième, Gholam Shakuri, membre de la force Qods, forces spéciales des pasdaran, toujours recherché par Washington.

Dans un ouvrage intitulé "Les Gardiens de la Révolution, l'armée intégriste et terroriste" (Jean Picollec Éditeur, 2008 *) Mehdi Abrichamtchi, jette la lumière sur l'organisation et les activités des pasdaran, véritable colonne vertébrale du régime. La force Qods, sous la direction de Qassim Suleimani,  constitue la branche extraterritoriale chargée d’«exporter la Révolution ».

La Force Qods bénéficie d’un réseau extensif qui passe par les ambassades iraniennes, les missions culturelles et économiques ou un certain nombre d’institutions religieuses pour recruter des extrémistes dans le monde.

Voici un bref extrait de cet ouvrage que nous recommandons à nos lecteurs:

Après la disparition de Khomeiny après la fin de la guerre avec l’Irak, le corps des Gardiens de la Révolution se lance dans des opérations terroristes d’une envergure inédite. En 1990, Khamenei rassemble au sein d’un nouvel organisme, la force spéciale Qods, les officiers et les commandants les plus expérimentés des pasdaran, y compris ceux qui, au sein du renseignement, étaient passés maîtres en matière de prises d’otages et d’assassinats dans les années 1980.Cette force à qui on avait confié la mission vitale d’exporter la révolution est alors commandée par Ahmad Vahidi, à l’époque commandant du renseignement militaire des pasdaran.

Mohsen Rezaï, commandant- en-chef des pasdaran, fort encouragé par la formation de cette force en quelque sorte fine fleur des pasdaran, avait déclaré : «Un jour, les étincelles de la colère et de la haine des musulmans brûleront à Washington, et ce sera aux Etats- Unis d’en assumer les conséquences (…) un jour viendra où nulle part au monde les juifs ne trouveront d’endroit où se réfugier, à l’instar de Salman Rushdie ».

Quelques mois plus tard, le 16mars 1992, le Djihad islamique faisait exploser une voiture piégée devant l’ambassade d’Israël à Buenos Aires, faisant 29 morts et 250 blessés. Cette opération a été menée sous le commandement de la section libanaise de la force Qods. Une ère nouvelle commence dans le terrorisme international.


La mission et l’organisation de la Force Qods

 La mission générale de la Force Qods, conformément à son statut interne, est décrite de la façon suivante dans un document confidentiel :

1– collecter des renseignements militaires et stratégiques des pays environnants ;
2 – soutenir les mouvements de libération dans les pays islamiques et non islamiques ;
3 – contrer et supprimer les dissidents et les opposants de la République islamique d’Iran ;
4 – entraîner, organiser, mener la propagande et diriger le mouvement « révolutionnaire » dans les pays musulmans pour y instaurer un pouvoir islamique.

Afin de réaliser ses objectifs, la Force Qods est composée de 12 départements dont le QG du personnel. L’ensemble des effectifs de la Force Qods atteint 21 000 hommes auxquels il faut ajouter un nombre considérable d’agents étrangers.

 Les relations internationales de la Force Qods sont celles d’un ministère des Affaires étrangères qui aurait laissé la diplomatie au vestiaire pour se consacrer au terrorisme. Cette Force Qods est composée de 10 unités. Chaque unité équivaut à un QG qui gère les problèmes politiques et culturels des pays ciblés. Elles sont chargées de recruter dans leur pays de mission afin de mettre ces agents au service des opérations terroristes. Ces unités, au nombre de dix, sont les suivantes:

— l’unité des affaires irakiennes
— l’unité des affaires turques
— l’unité des affaires afghanes
— l’unité des affaires pakistanaises
— l’unité des affaires libanaises
— l’unité des affaires syriennes
— l’unité des affaires du Moyen-Orient
— l’unité des affaires russes
— l’unité des affaires africaines
— l’unité des affaires européennes et américaines

(…)

* Jean Picollec Éditeur, 331 pages,

 ISBN: 978-2-86477-232-3

DERNIÈRES NOUVELLES

Dix exécutions dans le sud de l’Iran

décembre 20, 2014

Six ONG appellent l'ONU à conditionner son aide à l'Iran à la fin des exécutions

décembre 20, 2014

7000 membres du corps médical appellent à la fin du blocus contre les opposants iraniens du camp Liberty

décembre 20, 2014

Iran/barbarie: Flagellations publiques de deux jeune dans le nord du pays

décembre 18, 2014

Le CNRI sur Twitter