lundi, janvier 17, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafAnissa Boumediene : Avec l'intégrisme islamiste en Iran, nous devons vivre un...

Anissa Boumediene : Avec l’intégrisme islamiste en Iran, nous devons vivre un autre genre de nazisme et de fascisme

Annisa Boumediene : Avec l'intégrisme islamiste en Iran, nous devons vivre un autre genre de nazisme et de fascisme

Anissa Boumediene, juriste et islamologue intervenait le samedi 10 septembre à une cérémonie, au bureau du Conseil national de la Résistance iranienne à Auvers-sur-Oise, pour célébrer le succès de la réinstallation des habitants du camp Liberty.

Dans son intervention, l’ancienne première dame de l’Algérie s’est réjouie de la victoire des résistants iraniens et l’échec de la dictature religieuse qui a cherché à les anéantir en Irak. « Avec l’intégrisme islamiste, nous musulmans, nous devons vivre un autre genre de nazisme et de fascisme. Le peuple iranien a le droit de vivre dans la liberté », a-t-elle déclaré.

Madame la Présidente, Mesdames, Messieurs, chers frères et chères sœurs, c’est une évidence même de dire combien cette nouvelle nous a réjoui, nous a donné un nouvel espoir. Parce que nous avons fait depuis le début le chemin avec vous et nous avons été à même de constater combien cette route était dure, pénible ; combien de courage il fallait, combien de souffrance vous avez enduré. Et nous aussi on était à vos côtés et on souffrait pour vous. Il y a eu tout dans l’histoire de la Résistance iranienne, je ne parle pas des débuts qui ont été très durs, mais je parle d’Achraf, des évènements qui sont arrivés à Achraf, et puis après ce déplacement à Liberty où les conditions ont été encore bien plus déplorables. Cette médiocrité, cette bassesse des gouvernants irakiens, en particulier depuis 2003.

Nous avons vécu tout cela. Nous l’avons vécu, je ne veux pas dire de près, parce qu’on n’était pas là sur place, mais c’est comme si nous y étions. Parce que nous avons connu avec tout ce qui s’est passé en Algérie où nous avons payé un lourd tribut de 200 000 morts. Nous avons connu des gens qui se prétendaient musulmans tuer d’autres qui étaient de vrais musulmans. Nous avons connu toutes ces douleurs, toutes ces peurs, et tout ce sentiment de désespérance en se disant « Mon Dieu, mais ce sont encore les médiocres qui vont gagner et encore il va y avoir des victimes ». Tout ce qui s’est passé au cœur de ce 20ème siècle, les deux guerres mondiales, le nazisme, tout cela n’a servi à rien, et maintenant, nous devons vivre, nous musulmans, vrais musulmans, nous devons vivre un autre genre de nazisme et de fascisme.

Mme Radjavi, vous êtes je trouve, une femme merveilleuse. Merveilleuse par votre courage, par votre résistance, par votre endurance, parce que jamais, jamais vous n’avez baissé les bras, et à chaque combat, vous vous releviez et vous disiez « Mais non, on va gagner » et en effet comme le disait si bien Monseigneur (Gaillot), nous aussi on dit qu’on a gagné avec vous, même si on était pas sur le terrain. Et chaque fois pour nous c’était une nouvelle joie.

Et puis Madame, permettez-moi de vous dire, vous avez une qualité, une qualité que je trouve extraordinaire parce que beaucoup de politiques en manquent, beaucoup de politiques dans tous les gouvernements du monde et nous nous en avons assez de cette hypocrisie internationale. Combien de fois, quand ils sont au pouvoir, « ah, ils n’ont pas vu le danger de ces islamistes qui se prétendent islamistes, non, ça va, tout va bien, on vous invite, on vous reçoit, on sourit avec vous », et quand ils ont quitté le pouvoir, tout d’un coup ils se rendent comptent que « Ah, mais mon Dieu, c’était catastrophique. Mais mon Dieu, comment avons-nous pu vivre cela ? » Alors ça, cette hypocrisie Madame, vous ne l’avez jamais eu, et je pense que vous ne l’aurez jamais.

C’est pour ça que nous avons été derrière vous, c’est pour ça que nous sommes avec vous, c’est pour ça que nous vous soutiendrons toujours. Parce que vous êtes une personne qui coordonne ses actes à ses pensées, à ses jugements. Vous n’avez jamais failli. Vous avez toujours maintenu que la résistance iranienne était dans le bon chemin, et c’est vrai. Et rien ne vous a fait changer. Ni la corruption, ni les avantages du pouvoir pour lesquels beaucoup de gens veulent être président juste pour jouir des avantages et non pas des inconvénients. Vous, vous avez toujours été comme on dit, droite. Toujours.

Et c’est ça, Madame, qui vous honore. C’est ça qui honore la femme iranienne, et la femme tout court. Parce que je pense que tout le monde et tous les peuples en ont assez de ces politiques. Parce que ce n’est pas seulement les présidents, c’est aussi les ministres qui sont autour. Tout le monde en a assez. Il faut trouver dans ce 21ème siècle, une nouvelle manière de gouverner. Cette nouvelle manière de gouverner, c’est être à l’écoute du peuple, à l’écoute des modestes et des humbles, d’être à leurs côtés, et aussi d’être parfaitement honnête dans leurs déclarations. Parce que nous sommes aujourd’hui à vos côtés, pour ce succès-là, et que nos amis iraniens vont pouvoir avoir une vie décente.

Mais nous savons très bien aussi que nous sommes à un tournant très dangereux de ce 21ème siècle. Dieu sait si le siècle précédent a été dangereux, il y a eu énormément de morts, mais peut-être que ce siècle-là, et que Dieu nous en préserve, Dieu que je remercie, qu’il ait pitié de nous tous, que ce qui nous menace soit vaincu. Mais la menace est là, il ne faut pas l’ignorer. Et cette menace-là demande des chefs d’états, demande des politiques qui en ont (de cet honnêteté). Voilà. Tout le problème est là. C’est tout. Donc, Madame, vous faites partie de ceux qui en ont. Et nous vous souhaitons beaucoup de succès, et nous souhaitons de tout cœur que Dieu nous donne la joie d’être avec vous, à Téhéran.

Vidéo de l’intervention d’Annisa Boumediene :

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe