mercredi, septembre 22, 2021
AccueilActualitésActualités: AchrafDes déclarations de soutien au sujet du déménagement de l'OMPI (MEK) du...

Des déclarations de soutien au sujet du déménagement de l’OMPI (MEK) du camp Liberty en Irak

Des déclarations de soutien au sujet du déménagement de l'OMPI (MEK) du camp Liberty en Irak

CNRI – Après les nouvelles du déménagement réussi des membres du principal groupe d’opposition iranien de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI ou MEK) du camp Liberty (en l’Irak) vers l’Albanie, de nombreuses personnalités politiques majeures, des législateurs et des groupes parlementaires du monde entier ont publié des déclarations et messages de soutien.

Voici quelques-unes des déclarations: 

La satisfaction de John Kerry au sujet du transfert des habitants du camp Liberty

Le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, a fait les déclarations suivantes, hier, lors un point de presse à Washington, sur l’achèvement réussi du transfert des derniers habitants du camp Liberty, membres de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI / MEK), d’Irak vers l’Albanie et d’autres pays européens.

Le régime en Iran avait cherché à empêcher ce transfèrement des farouches opposants des mollahs. John Kerry:  » Laissez-moi faire un commentaire rapide sur les bonnes nouvelles, parce que nous savons évidemment que nous vivons une époque turbulente, mais je crois qu’il est important de noter un résultat humanitaire important depuis la semaine dernière.

« Vendredi de la semaine dernière, les derniers 280 membres du groupe d’opposition iranien exilé, les Mujahedin e-Khalq, ou MEK (OMPI), ont déménagé du Camp Liberty en Irak. Et leur départ conclut une initiative diplomatique Américaine importante qui a assuré la sécurité de plus de 3000 membres du OMPI dont les vies étaient menacées. Et comme tout le monde s’en rappelle, le camp dans lequel ils étaient, a essuyé des tirs d’obus à plusieurs reprises. Il y a eu des morts et des blessés. Et nous avons essayé de déterminer la marche à suivre.

« Bien, les dernières 10 années ont été remplies de rappels de ce défi. Je me suis d’abord engagé dans cet effort quand j’étais au Sénat, et c’est pour cela qu’au cours de ma première année en tant que Secrétaire, j’ai nommé Jonathan Winer, un de mes conseillers les plus anciens et les plus sûrs, comme émissaire pour trouver une façon d’aider les MEK (OMPI) à vivre en Irak.

« Après le progrès continu sur une période de plusieurs mois, j’ai visité Tirana au début de cette année et j’ai discuté avec le Gouvernement albanais sur la façon d’assister et de faciliter le transfert et la réinstallation du dernier groupe du MEK (OMPI) du Camp Liberty. L’Albanie a une fière tradition de protéger les communautés vulnérables, comme cela a été le cas lors du conflit du Kosovo et en accueillant un grand nombre de juifs pendant la seconde guerre mondiale.

Je suis vraiment reconnaissant que dans ce cas aussi, l’Albanie ait voulu jouer un rôle humanitaire important. Je veux aussi remercier les gouvernements de l’Allemagne, de la Norvège, de l’Italie, du Royaume-Uni, de la Finlande, et d’autres pays Européens pour leur aide en vue de sauver les vies des membres du MEK (OMPI). Et c’est un important résultat humanitaire, et je suis très fier que les Etats-Unis fussent capables de jouer un rôle central en aidant à la réalisation de ce travail. »

Le sénateur Tillis (12/09/16) :
« Le Camp Liberty était une ancienne installation militaire américaine à Bagdad qui abritait environ 3.000 réfugiés politiques iraniens opposés au régime totalitaire iranien. Malgré le travail initial pour créer le camp Liberty et la promesse de protéger les réfugiés iraniens, l’administration Obama avait été lente à répondre aux vulnérabilités de la sécurité du camp. Les résidents du camp Liberty ont été ciblés dans d’innombrables attaques au cours des dernières années, conduisant à la mort d’hommes et de femmes innocents.

L’on se souviendra du Camp Liberty non seulement comme une question humanitaire, mais également comme d’un symbole d’espoir et de courage aux jeunes en Iran, » a déclaré le sénateur Tillis. « Alors que le gouvernement américain n’a pas réussi à tenir son engagement à protéger les dissidents politiques courageux du camp Liberty, je suis reconnaissant qu’ils aient été déplacés en toute sécurité vers l’Albanie, où ils seront enfin à l’abri des attaques des milices soutenues par l’Iran qui ont lâchement tiré sur les masses non armées qui ont osé dénoncer les atrocités du régime iranien et appeler à la démocratie en Iran. »

Wesley Martin, colonel retraité de l’armée des Etats-Unis :
Cet été a marqué le 28e anniversaire d’un étrange massacre des prisonniers politiques au sein de la République islamique d’Iran. En l’espace de quelques mois en 1988, près de 30.000 personnes ont été mises à mort à la suite de procès de quelques minutes qui étaient un peu plus que des tests de fidélité pour le régime. La grande majorité de ces victimes étaient des membres et sympathisants de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI/MEK), et une information récemment divulguée a permis de confirmer que le massacre a été principalement motivé par un désir de longue date de la théocratie de plus en plus répressive, d’étouffer l’opposition du MEK.

De manière prévisible, à l’époque, le massacre de 1988 a été un incident initiateur de ce qui allait devenir une longue histoire de souffrances pour le MEK. Ce préjudice aurait suivi le groupe de résistance au-delà des frontières de l’Iran, et se serait aggravée au fil des ans, non seulement par l’action directe de l’Iran et de ses mandataires, mais aussi par l’inaction de la majeure partie de la communauté mondiale.
A la fin de l’occupation américaine de l’Irak, des milliers de membres de l’OMPI ont été transférés hors de la communauté, qu’ils y avaient construite pendant les années 1980.

Après deux massacres des résidents par les mandataires du régime iranien au sein du gouvernement irakien, en vertu d’un accord entre le gouvernement irakien, les Etats-Unis, et l’Organisation des Nations Unies, les exilés iraniens ont commencé à être installés dans l’ancienne base militaire américaine du camp Liberty près de l’aéroport de Bagdad. Mais avant même que le déménagement soit terminé, le camp d’Ashraf a été brutalement attaqué par les affiliés irakiens du régime iranien, occasionnant plus de 50 morts. Personne n’a jamais été tenu responsable du crime.

Vendredi, le dernier groupe de dissidents a quitté l’Irak grâce à un plan organisé par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, parrainé par l’ambassade des Etats-Unis. Le régime iranien a recouru à tous les moyens pour empêcher le déplacement, mais cela a été une bataille perdue pour les mollahs et leur Force Al-Qods, qui visent à éliminer le mouvement notamment par l’arrestation notamment par l’extradition de son leadership en Irak. Le MEK et la fermeté de ses membres ont donné lieu à un soutien international massif des dignitaires américains, des membres du Congrès ainsi que des parlementaires Européens.

Le Camp Liberty était seulement destiné à être un bref point d’arrêt dans le processus de la délocalisation des membres de l’OMPI vers des pays étrangers où ils ne seraient pas sous la menace constante de Téhéran. Mais des années sont passées et c’est à peine si l’accord de 2011 a été mentionné. Le MEK a toujours eu de fervents partisans au Congrès Américain et au sein d’autres législatures Occidentales, et ces personnes ont fait plusieurs enquêtes sur la situation, mais pendant bien trop longtemps la réaction a été mitigée au mieux. Et entre temps, la communauté MEK a subi cinq attaques de missiles, un blocus de fournitures médicales, et le refus des services de base, ce qui a eu pour conséquence des dizaines d’autres décès.

Le MEK est de toute évidence, un allié naturel de ceux qui cherchent la liberté civique, les droits de l’homme et la démocratie en Iran. Le plan en 10 points de Maryam Rajavi, la présidente de sa coalition politique, le Conseil National de la Résistance iranienne, a été décrit comme incarnant les principes essentiels de toute nation démocratique dans le monde moderne. Il décrit un avenir pour l’Iran qui sera basée sur la laïcité, des élections libres et démocratiques, la promotion active des droits des femmes, et l’évitement des politiques d’intervention agressive du régime actuel.

Alejo Vidal-Quadras, ancien vice-président du Parlement Européen et président du Comité international pour l’application de la justice (09/09/16) :

« Ce soir, le dernier groupe des résidents du camp Liberty, membres de la principale opposition iranienne, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI ou MEK), a quitté l’Irak en toute sécurité pour l’Albanie. Cependant, le régime iranien s’est servi de tous les éléments pour saboter cette opération, » a-t-il écrit dans sa publication sur isjcommittee.com

Dans ce message, il a déclaré : « Ceci est une défaite majeure pour les mollahs et l’échec final de ses tentatives criminelles répétées pour massacrer tous les résidents du camp Liberty. C’est également une victoire historique pour la résistance iranienne et le peuple iranien ainsi que pour tous les partisans de la démocratie et de la liberté en Iran qui a été accomplie seulement grâce à la ténacité des résidents d’Ashraf et de Liberty, et à la direction de Mme Maryam Rajavi, ainsi qu’aux campagnes internationales menées par de nombreux parlementaires, personnalités politiques, avocats et courageux partisans du

L’ancien ministre des Affaires étrangères: “nouvelle ère” pour la Résistance iranienne
Ecrivant pour The Hill, le site web d’actualité des Etats-Unis, Giulio Terzi, l’ancien ministre italien des Affaires étrangères, a déclaré qu’une “nouvelle ère” est venue pour la Résistance iranienne. Entre rapprochement ou conflit avec un régime dangereux, il y a une alternative pour les gouvernements Occidentaux : “placer leur soutien entier derrière l’opposition démocratique,” écrit Terzi.

Soulignant les réalisations de la Résistance iranienne, il prétend qu’une meilleure compréhension du mouvement pourrait donner aux responsables politiques une façon évidente de régler le désespoir que consiste le fait d’essayer de modérer un régime de plus en plus “provoquant”.

La Résistance, sous la forme du Conseil National de la Résistance iranienne (CNRI) et de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI ou MEK), a, explique Terzi, résisté à une campagne incessante du régime pour la supprimer, notamment avec l’exécution massive de 30.000 de ses membres en 1988 et, plus récemment, la tentative d’assassinat ou de capture de ces milliers de membres de l’OMPI immobilisés au Camp Liberty en Irak.

En dépit de ce “carnage”, le CNRI “draine approximativement 100.000 sympathisants à son rassemblement annuel international près de Paris,” souligne Terzi.

Ce que la Résistance a fait s’est fait avec le soutien des parlementaires à travers le globe, mais sans le soutien des responsables nationaux, déclare-t-il. Cela crée les chocs successifs contre les “Ayatollahs macules de sang,” y compris le déménagement réussi de ses membres d’Irak vers l’Albanie, d’autant plus remarquable.

Par exemple, ces membres de l’OMPI au Camp Liberty en Irak devaient supporter “cinq attaques au missile, trois assauts directs, et un embargo constant sur les fournitures médicales et les services de base.” Plus de 150 personnes sont mortes, “pendant que la grande partie de la communauté international a fait semblant de ne rien voir.”

Cette solidité dément l’argument que ce “régime fondamentalement violent… est le seul organisme représentatif du peuple iranien,” déclare Terzi.

Toutefois, il ajoute: “Il y a un autre gouvernement qui attend en coulisses, prêt à forger le futur de l’Iran qui est basé sur des principes déclarés séculaires, démocratiques, et égalitaire en matière de genre, comme cela a été articulé par le Président du Conseil National de la Résistance iranienne, Maryam Rajavi.”

Ileana Ros-Lehtinen une responsable du Congrès américain félicite le déménagement en toute sécurité des membres de l’OMPI
La membre du Congrès Ileana Ros-Lehtinen, responsable du sous-comité du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, à la Chambre des représentants du Comité des affaires étrangères, a félicité le déménagement en toute sécurité des résidents de l’OMPI/MEK du Camp Liberty vers l’Albanie.

Sur son compte twitter, elle a écrit : « Heureuse d’apprendre la bonne nouvelle que les résidents du MEK au Camp Liberty ont été transférés en toute sécurité hors de l’Irak et loin des menaces iraniennes. »

Le membre du Congrès Ros-Lehtinen est une vieille amie de la Résistance iranienne et ses efforts ont été essentiels dans les résolutions et amendements adoptés par le Congrès américain pour assurer la sûreté et la sécurité des résidents du Camp Liberty et leur réinstallation sans risque.

monde entier. »

truan Stevenson, ancien membre du Parlement Européen et président de l’Association Européenne Iraqi Freedom (09/09/16) :

Cet après-midi, l’OMPI (MEK), principale opposition iranienne, a déplacé ses membres restants qui étaient précédemment pris au piège dans le camp Liberty près de l’aéroport de Bagdad. Cet énorme transfert réussi a eu lieu alors que le régime iranien prévoyait d’éliminer ou de détruire son principal ennemi alors qu’ils étaient encore en Irak.

Cette dernière série de départs marque la conclusion réussie du processus de transfert des membres de l’OMPI (MEK) vers des pays de sécurité en dehors de l’Irak, malgré les conspirations, l’obstruction et les menaces du régime iranien, qui ont continué jusqu’au dernier jour.

J’étais un membre du Parlement Européen de 1999 à 2014 et président de la Délégation pour les relations avec l’Irak au cours de mon dernier mandat de 5 ans. J’étais en mesure d’avoir des informations de première main sur les tentatives répétées du gouvernement irakien pour anéantir les réfugiés sans défense de l’OMPI (MEK) au Camp d’Ashraf et au Camp Liberty, sous la direction du régime iranien.

Depuis que les forces d’occupation américaines ont transféré le contrôle et la juridiction des résidents d’Ashraf au gouvernement irakien sous Nouri al-Maliki il y a sept ans, il y avait un état constant de siège intense imposé par le gouvernement irakien, marionnettes des mollahs de Téhéran, qui s’est poursuivi par la suite. Ce siège impliquait l’emprisonnement total des résidents du Camp Liberty dans une petite enceinte vulnérable aux attaques répétées de roquettes.

Les résidents ont subi un blocus sporadique contre le carburant, la nourriture et l’équipement essentiel et une résistance déterminée des autorités irakiennes contre la fourniture de murs de protection en béton T à l’intérieur du camp. En outre, un blocus médical sur le camp a coûté de nombreuses vies et beaucoup de souffrances et il y avait une torture psychologique constante impliquant de faux soi-disant « membres de la famille » de l’Iran, qui ont été autorisés à pénétrer le périmètre de sécurité et à proférer des insultes et menaces aux résidents avec des haut-parleurs, tout en effectuant des missions de reconnaissance pour préparer d’autres attaques à la roquette.

Ces violations en série des droits fondamentaux des résidents civils du camp Liberty ont été ignorées par les Nations Unies. Trois massacres au Camp d’Ashraf, cinq attaques aux missiles sur le Camp Liberty, deux cas d’enlèvement de résidents sans défense, et l’imposition d’un siège de huit ans à part entière, qui a laissé 177 résidents morts, constituaient des parties de ce plan vicieux, bien que finalement futile.

En ce qui concerne les mollahs, ils voulaient éliminer toutes les personnes du camp Liberty ou les faire abandonner et se rendre. Cela n’a pas eu lieu grâce au courage et à la résistance des membres de l’OMPI (MEK) qui ont lutté contre de nombreux complots, ainsi qu’à la direction inspirante de Mme Maryam Rajavi et le soutien actif des milliers de parlementaires et des communautés iraniennes du monde entier.

Le transfert victorieux des membres de l’OMPI (MEK) et l’ultime défaite majeure du régime à cet égard, ouvre un nouveau chapitre pour le peuple iranien et sa Résistance. Maintenant que la principale opposition démocratique organisée est en toute sécurité hors d’Irak, nous devons nous concentrer sur la situation des droits de l’homme, la fin des exécutions et un changement démocratique ; un Iran libre. Nous devons aussi redoubler d’efforts juridiques pour amener devant la justice en Irak ceux qui ont orchestré les insultes répétées et assassiner des résidents d’Ashraf et de Liberty et qui ont pillé leurs biens valant des dizaines de millions de dollars. »

Personnalités éminentes allemandes : (déclaration conjointe) :

« Le déménagement des membres de l’opposition iranienne de l’Irak a été réalisé avec succès. Ainsi, une préoccupation à long terme a été transformée en une grande joie pour tous ceux qui n’ont jamais perdu espoir et ont continué à résister en restant fermes sur leurs positions et en fournissant des mesures de soutien.

Après l’invasion américaine de l’Irak, le régime iranien a tenté à plusieurs reprises de supprimer l’OMPI (MEK). Trois massacres dans le Camp d’Ashraf, cinq attaques de missiles au Camp Liberty, et un siège de 8 ans ont pris la vie de 168 de ces opposants.

Le régime iranien n’a jamais été heureux au sujet du retrait des membres de l’OMPI (MEK) de l’Irak et il est essentiel que Mme Maryam Rajavi soit extrêmement salué étant donné qu’elle a inlassablement conduit ce processus de transfert avec beaucoup d’effort et l’a promu au niveau d’un mouvement humanitaire mondial.

De nombreuses personnalités de l’Allemagne, de l’Europe, de l’Amérique et du monde Arabe ont soutenu Mme Rajavi dans son initiative. Cette solidarité et cette coopération, se sont transformées en un bouclier de protection politique incroyable pour le déménagement des membres de l’OMPI (MEK).

La majeure partie de ce succès appartient aux propres membres et aux nombreux fans de l’OMPI (MEK).

Nos efforts et les aides humanitaires doivent et devront continuer alors que les membres de l’OMPI (MEK) sont plus motivés que jamais à atteindre leur objectif principal, à savoir un Iran libre et démocratique ».

Comité parlementaire britannique pour la liberté en Iran (BPCIF) :

« Nous avons appris que, après 13 ans de travail minutieux pour la défense de la sécurité, et pour la protection des droits des membres et sympathisants de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI/MEK), dans le Camp d’Ashraf et plus tard dans le Camp Liberty en Irak, enfin, tous les membres et sympathisants de l’organisation, ont été officiellement acceptés par le gouvernement de l’Albanie et tous ont été déplacés vers ce pays.

Sans aucun doute, aujourd’hui est comme un grand et historique jour pour l’opposition démocratique et la résistance du peuple iranien et pour nous tous en tant que partisans de ce mouvement de libération.

Au cours des 13 dernières années, le régime iranien a utilisé toutes les tactiques destructrices possibles contre l’OMPI (MEK) en Irak.

Le régime a fourni un soutien financier et militaire vaste aux groupes terroristes en Irak, entraînant 8 attaques de missiles contre les habitants innocents des camps Ashraf et Liberty en Irak.

De telles agressions ont occasionné 141 morts, des centaines de blessés et 7 otages, dont 6 sont des femmes et il n’y a aucune trace d’eux. L’intention du régime était soit de forcer les membres de l’OMPI (MEK) à se rendre ou la destruction complète de l’OMPI (MEK). En dépit des efforts d’expansion et destructeurs du régime iranien, grâce à leur propre résistance héroïque dans les camps Ashraf et Liberty, aussi bien qu’à leurs innombrables campagnes internationales, la résistance iranienne a été victorieuse.

Nous devons également reconnaître les vastes et très efficaces campagnes menées par Mme Maryam Rajavi, présidente élue du Conseil National de la Résistance iranienne (CNRI), qui ont été décisives pour pencher le rapport international des forces en faveur du peuple iranien et de sa résistance et contre la dictature religieuse en Iran. »

Les législateurs canadiens saluent le transfert des membres de l’OMPI hors d’Irak

Les Amis canadiens d’un Iran démocratique ont annoncé leur soutien au déménagement réussi des membres du principal groupe d’opposition iranien, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI ou MEK), du Camp Liberty en Irak vers l’Europe.

Ce qui suit est le texte de la déclaration des Amis canadiens d’un Iran démocratique :

Le 9 Septembre 2016

Déclaration aux médias

Les Amis canadiens d’un Iran démocratique (CFDI) adressent leurs félicitations à Mme Maryam Rajavi et à chaque résident d’Ashraf (Liberty par la suite) pour le grand succès de la Résistance iranienne dans l’aboutissement du transfert en toute sécurité de tous les résidents du Camp Liberty de l’Irak vers l’Albanie, et partagent la joie du peuple iranien et de la résistance qui ont contrecarré les complots du régime des mollahs contre les vies des résidents.

Les CFDI adressent leurs sincères remerciements et félicitations au gouvernement et au peuple albanien. La patrie de Mère Teresa – à présent Sainte Teresa – a une nouvelle fois démontré son leadership et sa compassion sur une question importante de dignité humaine.

Le transfert a longtemps été reporté en raison des efforts insuffisants des Nations Unies, du Canada, des Etats-Unis et d’autres nations, causant des dommages irréparables incluant les vies de 141 résidents. Le transfert a également mis fin au cauchemar des attaques au missile et a contrecarré le régime des mollahs dans l’atteinte de ses objectifs.

Nous saluons tous les résidents du Camp Liberty qui, avec plus d’une décennie de résistance, ont fait preuve d’une endurance héroïque contre le régime théocratique et les attaques terroristes de ses mercenaires et la provocation en Irak, et ont finalement pavé au peuple iranien la voie vers la liberté et la démocratie.

Les Amis Canadiens d’un Iran démocratique (CFDI), qui ont cherché pendant des années à apporter la protection aux résidents des Camps Ashraf et Liberty et à assurer leurs droits, croient que cette victoire est liée au rôle essentiel de Mme Maryam Rajavi, présidente élue de la Résistance iranienne, dans la conduite de la campagne. Elle n’a perdu aucune opportunité pour attirer l’attention du monde sur le calvaire des résidents. Elle mérite d’être remerciée.

Hon. David Kilgour, JD

Co-président des Amis canadiens d’un Iran démocratique

Le 9 Septembre 2016

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe