samedi, décembre 4, 2021
AccueilActualitésActualités: AchrafLes résistants de Liberty sont une lumière d’espoir pour le peuple iranien...

Les résistants de Liberty sont une lumière d’espoir pour le peuple iranien – Ingrid Betancourt

CNRI – « Parce que chaque minute compte, nous devons concentrer nos efforts sur la libération de ces sept otages. Pourquoi ? Parce qu’ils peuvent être remis à l’Iran où ils seront torturés et exécutés. Pourquoi ? Parce qu’ils représentent la lumière et que les forces de l’obscurité veulent empêcher la lumière de briller », a déclaré Ingrid Betancourt à Genève le 20 septembre.

Elle s’exprimait dans une conférence internationale pour condamner le massacre de 52 réfugiés iraniens à Achraf par les forces irakiennes et réclamer la libération de 7 otages des mains des mêmes forces. Elle se tenait aux côtés de Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, et de hauts dignitaires européens et américains.

Voici les temps forts de son intervention :

Il est vrai que nous sommes très tristes. C’est une tristesse que nous ressentons avec notre cœur, nous avons nos larmes et nous pouvons montrer cela sur nos visages, tout cela est bien. La tristesse constitue la première étape de la résistance. C’est une lutte pour laquelle nous avons besoin de toute notre force pour continuer et nous pouvons tirer nos forces de notre tristesse. C’est une rage dans notre cœur que nous transformerons en notre force. Dans une pièce obscure, sans aucune lumière, vous n’avez besoin que d’une minuscule bougie pour éclairer la pièce. Les personnes du camp Liberty sont notre lumière, notre bougie dans ces nuits obscures. Ce sont ceux qui remplissent notre cœur d’espoir et nous promettent la liberté pour le peuple d’Iran. Aujourd’hui, j’ai parlé avec une femme, une femme qui a été victime de l’Apartheid en Afrique du Sud. Elle a désormais une importante position aux Nations Unies, elle est la Haut-commissaire pour les Droits de l’Homme de l’ONU. Je suis allée la voir aujourd’hui, comme ma mère avait fait le même voyage à l’ONU il y a sept ans environ. Ma mère avait pris l’avion de Paris à Genève de France pour rencontrer la Haut-commissaire des Droits de l’Homme à Genève. Aujourd’hui, lorsque j’étais sur le point de m’envoler pour Genève pour vous rencontrer, ma mère m’a rappelé combien importante cette rencontre avait été.

Lors de ma rencontre avec madame Pillay, je lui ai dit combien il est important pour moi de faire part de mes inquiétudes comme ma mère l’avait fait pour moi. De faire part de mes inquiétudes pour six femmes et un homme qui ont disparu. Ils sont pris en otages par le gouvernement d’Irak. D’après nos informations concises et exactes, nous savons qu’ils n’ont pas encore été tués et qu’ils sont en vie. Ils sont détenus dans une prison près de l’aéroport de Bagdad qui est tout près du camp Liberty. Malgré toutes ces informations, le gouvernement d’Irak, pour des raisons évidentes, réfute toute information sur leur location. N’oublions pas qu’ils ont même nié que quelque chose se soit passé au camp d’Achraf le 1er septembre. Ils ont prétendu ne rien savoir sur le massacre dans le camp d’Achraf, en dépit du fait que la communauté internationale et les médias sociaux étaient plus qu’au courant de la gravité de ce massacre et demandaient une action. Le gouvernement irakien a seulement reconnu qu’il y avait eu quelques explosions de citernes d’essence.

Mais comment pouvons-nous oublier les visages et les scènes du massacre à Achraf ? Parce que chaque minute compte de manière urgente, nous devrions concentrer nos efforts sur la libération de ces sept otages. Pourquoi, pourriez-vous demander ? Parce qu’il existe une possibilité préoccupante qu’ils soient remis à l’Iran. En Iran, ils seront torturés et exécutés. Pourquoi ? Parce qu’ils représentent la lumière et que les forces de l’obscurité veulent empêcher la lumière de briller. Pour que cette lumière continue de briller, nous devons concentrer nos efforts pour leur libération dans cette affaire si sensible du point de vue du temps.

Dans ma rencontre avec madame Pillay, je lui ai demandé d’ouvrir une enquête non seulement sur ce qui s’est passé pour les 52 qui ont été tués, mais aussi sur les sept qui sont toujours en vie. Elle a dit qu’elle avait déjà demandé une enquête. J’ai répondu que ce n’était pas assez. Il n’est pas besoin de demander une enquête par le gouvernement irakien sur ses propres crimes, nous n’avons pas besoin d’enquête de tout autre pays, nous avons besoin que la haut-commissaire pour les Droits de l’Homme de l’ONU découvre où sont ces otages et trouve les moyens de les ramener en sécurité immédiatement.

Elle a affirmé qu’elle avait entendu les voix et les slogans devant son bâtiment – ceux des manifestants. Elle a également dit qu’elle n’était pas au courant pour les otages et du fait que six d’entre eux étaient des femmes. Elle m’a demandé de vous dire qu’elle avait entendu vos voix et vos inquiétudes et qu’elle va agir.

Je lui ai demandé la nomination d’un groupe de personnel de l’ONU pour être présent au camp Liberty à tout moment, tout comme la présence de la MANUI au camp d’Achraf. Cela devrait être établi avant que Maliki ne tue toutes les personnes au camp Liberty. Pourquoi ? Parce qu’elles sont la lumière. Elles sont la lumière qui est ressentie et observée par vous et le peuple en Iran. Il voit toutes ces images et ces informations et trouve dans leur lutte une réponse à son désespoir. Sans aucune exagération, les gens de Liberty représentent la lumière pour le monde entier. Un sentiment que je voudrais partager avec vous.

Dans les pays arabes on ne trouve pas d’organisation comme la vôtre, une organisation respectueuse de la culture musulmane et qu’il l’interprète dans sa véritable exégèse qui est l’égalité pour tous les êtres humains. Pas une interprétation misogyne du Coran. Vous êtes la seule organisation qui a donné leur place aux femmes. Vous êtes la seule organisation à penser à instaurer en Iran une démocratie laïque et vous ceux qui, à mon sens, peuvent apporter la paix à tout le Moyen-Orient et je pense que je verrai le jour où Madame Radjavi sera chef d’État en Iran.

Et ce sera un jour très important pour le monde parce que ce sera le jour où nous pourrons voir que les droits des femmes partout dans le monde seront respectés. Aujourd’hui, vous écrivez l’histoire et je suis fière de participer à ce combat.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe