dimanche, avril 5, 2020
Accueil Actualités Actualités: Droits humains A l'occasion des vacances du Nouvel An iranien, les crises persistent en...

A l’occasion des vacances du Nouvel An iranien, les crises persistent en Iran

Le vendredi 20 mars 2020 a marqué la fête du Nouvel An iranien, le Nowrouz. Le terme signifie littéralement « un nouveau jour ». L’année précédente a été ponctuée par des crises quasi permanents, et l’année en cours a commencé de la même manière. Mais même si le peuple iranien semble être au milieu d’une très longue tempête sociopolitique, les différentes crises et les cas de troubles indiquent la voie vers des changements profonds à l’horizon.

Autant il souhaite empêcher ces changements, autant le régime iranien les voit venir. Cela est apparu clairement une semaine avant le Novrouz, lorsque l’agence de presse officielle Mizan a publié une analyse préparée par le groupe de réflexion Asra. Intitulé « Coronavirus et heurts sur plusieurs fronts », l’article a placé l’actuelle épidémie virale dans le contexte d’une longue liste de crises précédentes, afin d’exhorter l’armée et les forces paramilitaires à se préparer à leur dernière confrontation avec le peuple iranien.

L’article a mis en évidence la montée l’activisme anti-dictatiorial, qui s’est notamment traduit par deux soulèvements nationaux au cours des deux dernières années. L’article a également souligné la tendance croissante des Iraniens à s’appuyer sur les médias sociaux et sur des organes d’information indépendants, souvent interdits, comme alternative aux vastes réseaux de propagande du régime. Ces médias sont devenus des sources de méfiance absolue pour la majorité des Iraniens, et l’épidémie de coronavirus n’a certainement pas permis de contrer cette tendance.

Lorsque les responsables iraniens ont reconnu pour la première fois, le 19 février, que le nouveau Coronavirus avait atteint l’Iran, ils étaient apparemment déjà au courant depuis plus d’un mois. Peu de temps après, ils ont commencé à publier des estimations d’infection et de mortalité qui étaient totalement déphasées par rapport aux témoignages des professionnels de la santé et d’autres témoins oculaires.

Avant le Novrouz, les autorités ont déclaré que plus de 1 000 personnes étaient mortes du COVID-19. Mais d’autres sources avisées, en particulier le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), ont clairement indiqué que le nombre réel de morts était plus de six fois supérieur. Et alors que le bilan officiel des décès coïncide avec un taux d’infection global d’environ 15 000 personnes, les médecins iraniens ont clairement indiqué que les hôpitaux sont gravement débordés et que le nombre d’infections dans tout le pays est susceptible d’être d’environ un million.

Ce rapport indépendant confirme la conclusion selon laquelle les crises existantes dureront longtemps après le Nouvel An iranien. Mais dans la mesure où ce rapport touche un grand nombre de citoyens iraniens, il se prête également à la conclusion que l’impact à long terme de ces crises sera beaucoup plus important pour le régime des mollahs que pour le peuple iranien.

En effet, l’indignation populaire qui couve risque fort de conduire à un nouveau soulèvement national, et peut-être aussi à un changement de régime. Après tout, les protestations de l’année dernière ont clairement exprimé le désir d’une telle issue. Bien que déclenché par l’annonce d’une hausse du prix de l’essence, le soulèvement de novembre 2019 s’est rapidement caractérisé par des slogans tels que « A bas le dictateur », qui ont été repris du précédent soulèvement de janvier 2018.

C’est clairement la prévalence de ce sentiment qui a conduit le groupe de réflexion Asra à émettre ses recommandations pour intensifier le climat de répression existant avant que l’agitation publique ne s’intensifie. Ces recommandations imitent de près les actions réelles prises par le Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, qui a ordonné aux entités de la faction extrémiste, notamment le Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) et la milice civile du Basij, de prendre la tête de la riposte contre l’épidémie du Coronavirus.

Il y a peu de raisons de penser que cela permettra d’atténuer l’impact de la crise. En fait, cette leçon a été bien apprise au début de l’année civile iranienne précédente, lorsque les pasdaran ont joué un rôle clé dans la réponse aux graves inondations qui ont touché presque toutes les provinces iraniennes. Au lieu d’apporter une aide significative aux communautés touchées par les inondations, les troupes paramilitaires se sont concentrés sur la protection de leurs propres biens et la répression de la population. Cela a finalement conduit à l’organisation locale de secours en cas de catastrophe, puis à des heurts entre les participants et les pasdaran.

Entre les inondations et l’épidémie du Coronavirus, l’Iran a commencé et terminé l’année écoulée avec des exemples patents de l’incompétence du régime face à une crise publique, ainsi que de son mépris impitoyable pour le bien-être de la population. Et au milieu de ces incidents, le militantisme anti-gouvernemental a démontré à quel point la population est prête à affronter ce régime sur ces questions et d’autres.

Bien sûr, une telle confrontation est susceptible d’avoir de graves répercussions sur le peuple iranien. Au cours du soulèvement de novembre dernier, on estime que 1 500 personnes ont été abattues par les forces de sécurité et les pasdaran. Et maintenant que Khamenei exhorte les paramilitaires à consolider leur pouvoir au début de la nouvelle année, il y a lieu de s’inquiéter sérieusement sur l’impact du prochain soulèvement.

Mais la plus grande part de cette inquiétude appartient au régime lui-même. En effet, sa réponse violente au soulèvement de novembre n’est que le signe de son désespoir. Et en appelant à une répression encore plus sévère, le régime a montré qu’il comprenait l’inefficacité à long terme de cette violence. Deux mois après le soulèvement de novembre, les habitants d’au moins 17 provinces iraniennes sont retournées dans les rues pour protester contre la dissimulation par le régime de l’attentat contre un avion commercial perpétré par les pasdaran près de Téhéran.

Cet incident n’a fait que confirmer une fois de plus le mépris de Téhéran pour la vérité et la vie humaine. Et c’est là le principal enseignement à tirer de toutes les crises iraniennes, des inondations à l’épidémie virale et au-delà. Il n’y a aucun signe de changement alors que le pays entame sa nouvelle année. Mais il n’y a pas non plus de signe que le peuple iranien se résigne à être dirigé par un tel régime.

Les mollahs comprennent qu’un nouveau soulèvement est inévitable, et ils se préparent à utiliser la force pour en limiter l’impact. Mais cette stratégie a déjà montré des résultats piètres au cours de l’année dernière, en partie parce que la répression toujours plus évidente alimente l’isolement international du régime. Alors que de nouveaux actes de répression se profilent à l’horizon, la communauté internationale doit continuer à répondre par des pressions économiques et diplomatiques. Ce faisant, elle donnera certainement au peuple iranien de plus grandes possibilités de garantir que cette année soit la dernière année où la théocratie reste au pouvoir.