mardi, septembre 21, 2021
AccueilActualitésActualités: Droits humainsAprès la parodie d’élections en Iran, focus sur le massacre de 1988

Après la parodie d’élections en Iran, focus sur le massacre de 1988

La parodie d’élection présidentielle du 18 juin en Iran a attiré une attention renouvelée sur le crime contre l’humanité du régime des mollahs, et elle a souligné l’urgence d’appels non encore entendus pour que ses principaux auteurs soient tenus responsables.

Parmi ces auteurs figure le nouveau président élu du régime iranien, qui remplacera le président sortant du régime Hassan Rohani en août. En 1988, Ebrahim Raïssi était procureur adjoint de Téhéran et, au cours de l’été de cette année-là, il est devenu l’une des figures clés d’une « commission de la mort » chargée de mettre en œuvre une fatwa vicieuse dans la capitale.

Who is Ebrahim Raisi, a candidate in Iran presidential election and an executioner in 1988 massacre

Qui est Ebrahim Raïssi, candidat à l’élection présidentielle iranienne et bourreau dans le massacre de 1988

Cette fatwa du fondateur du régime, Rouhollah Khomeiny, fait partie intégrante de l’histoire iranienne, bien que les décideurs politiques occidentaux ne la connaissent pas universellement et que les autorités du régime aient fait de leur mieux pour réprimer le discours public sur le massacre qui s’en est suivi au cours des trois décennies qui ont suivi la tragédie.

Cet effort répressif a longtemps été remis en cause par l’accès des Iraniens aux médias sociaux et par le rôle de la Résistance iranienne dans la diffusion d’informations factuelles par le biais de sources d’information indépendantes et clandestines.

En 2016, le voile du silence forcé du régime a été presque complètement levé avec la sortie d’un enregistrement audio de l’époque du massacre, qui montrait le futur héritier de Khomeiny se plaignant auprès des responsables, du nombre croissant de morts.

Cet enregistrement a confirmé des détails essentiels qui avaient été précédemment partagés au niveau international par l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK).

Parmi ces détails figurait le fait que les victimes des commissions de la mort comprenaient de jeunes adolescents et des femmes enceintes, dont beaucoup ont été condamnés à être pendus alors qu’ils avaient déjà purgé leur peine.

Cela a été rendu possible par la fatwa de Khomeiny, qui déclarait que toute personne considérée comme « Monafeqin » ou « hypocrite » – un terme péjoratif du pouvoir pour désigner l’OMPI – était coupable de « faire la guerre à Dieu » et devait être immédiatement « condamnée à l’exécution .  »

VIDEO: The untold story of the 1988 Massacre in Iran

La fatwa allait même jusqu’à dire qu’il serait « naïf de faire preuve de miséricorde » envers des personnes qui avaient lancé un défi coordonné à la dictature théocratique. Et la soif de sang inhérente aux paroles de Khomeiny n’a été construite qu’à partir de là, alors que des fonctionnaires subordonnés, dont l’héritier présumé susmentionné, Hossein Ali Montazeri, lui ont écrit pour remettre en question la mise en œuvre de son édit religieux et suggérer que ses effets finiraient par s’avérer préjudiciables au profil public du régime tant au pays qu’à l’étranger.

UN experts call for investigation of 1988 Massacre in Iran - December 2020

VIDÉO : L’histoire inédite du massacre de 1988 en Iran
Dans une première communication, le procureur général Moussavi Aredebili a demandé des éclaircissements sur la manière dont les exécutions devraient être organisées, en demandant spécifiquement si les partisans de l’OMPI qui étaient déjà en train de purger des peines moins lourdes devraient vraiment être soumis à la peine capitale.

Khomeiny a répondu sans équivoque par l’affirmative, déclarant que si une personne « à tout moment maintient le soutien à l’OMPI, la peine est l’exécution ». Il a poursuivi en ordonnant au pouvoir judiciaire « d’anéantir immédiatement les ennemis de l’Islam » et d’utiliser toutes les procédures et critères « d’accélérer la mise en œuvre du verdict ».

Les conséquences de ces ordres ont été décrites dans plusieurs lettres de Montazeri, ainsi que d’au moins un juge de la charia qui a été directement impliqué dans le fonctionnement d’une commission de la mort au Khouzistan, qui s’est opposé à l’insistance d’autres membres de la commission qui concluaient que lorsque les prisonniers ont exprimé leur hésitation à se battre sur les lignes de front de la guerre avec l’Irak, cela a indiqué qu’ils «s’accrochaient à leurs croyances » et continuaient ainsi à travailler contre le système théocratique.

Ces tribunaux ont collectivement supervisé la pendaison ou la mort par peloton d’exécution de plus de 30 000 personnes, dont la grande majorité étaient des membres de l’OMPI. Bien entendu, le régime n’a jamais reconnu cette statistique et s’est efforcé à plusieurs reprises de dissimuler l’étendue des meurtres, en pavant les fosses communes dans lesquelles la plupart des victimes ont été secrètement enterrées.

L’année dernière, un groupe d’experts des droits de l’homme des Nations Unies a écrit une lettre aux autorités du régime exigeant la fin de cette pratique et de la pratique plus large consistant à dissimuler l’héritage du massacre en criminalisant le discours public et en menaçant les survivants et les familles des victimes.

La lettre a été remise à Téhéran en septembre et a demandé la publication de toutes les informations pertinentes sur les commissions de la mort et le résultat de leurs actions. Il a ensuite été publié pour une audience internationale en décembre après qu’il est devenu très clair que le régime n’avait pas l’intention de répondre ou de prendre au sérieux les plaintes internationales.

Des experts de l’ONU demandent une enquête sur le massacre de 1988 en Iran – décembre 2020
Ce message a été très fortement renforcé en juin lorsque l’élection simulée du régime iranien a conduit à la confirmation d’Ebrahim Raïssi comme prochain président du pays.

Sa campagne électorale pratiquement s’est heurtée à de vastes protestations qui l’ont condamné comme « bourreau de 1988 » et ont ouvert la voie à un boycott électoral massif le 18 juin.

Le régime reconnaît que moins de la moitié des électeurs éligibles ont participé aux élections, le Conseil national de la Résistance iranienne, a révélé que le taux de participation réel était inférieur à dix pour cent.

Le taux de participation aux élections était certainement le plus bas de l’histoire des fausses élections présidentielles du régime iranien, et il reflétait à la fois les blessures persistantes du massacre de 1988 et le soutien public croissant pour le groupe que Khomeiny a tenté, sans succès, de détruire avec sa fatwa.

Le boycott électoral n’est que l’un des nombreux exemples récents de cette croissance. En janvier 2018 et novembre 2019, l’Iran a subi deux soulèvements nationaux pratiquement sans précédent, qui comportaient tous deux des slogans popularisés par l’OMPI et démontraient un large soutien à sa plate-forme de changement de régime.

Le second de ces soulèvements a touché près de 200 villes et villages et a provoqué une telle panique des autorités du régime qu’ils ont immédiatement ouvert le feu sur des foules de manifestants, puis ont lancé une campagne pour torturer systématiquement ceux qui ont été arrêtés en son sein.

Les premiers incidents de tir ont fait environ 1 500 morts, et l’impact de la torture et des poursuites ultérieures n’a pas encore été définitivement évalué. Quoi qu’il en soit, l’«élection » de Raïssi signale la menace de nouvelles représailles de la part d’un régime qui continue de s’en tenir aux stratégies de brutalité sans vergogne ordonnées par son fondateur en 1988.

La communauté internationale doit prendre des mesures pour empêcher une telle escalade. Cela est d’autant plus impératif compte tenu de son incapacité antérieure à prendre des mesures à la suite du massacre de 1988, que ce soit pendant qu’il était encore en cours ou au cours des trois décennies qui ont suivi.

Dans leur lettre de septembre dernier, les experts des droits de l’homme de l’ONU ont noté que cet échec « a eu un impact dévastateur sur les survivants et les familles » du massacre, et « a encouragé l’Iran… à maintenir une stratégie de déviation et de déni qui se poursuit à ce jour ».

La décision de Téhéran d’ignorer cette lettre souligne la nécessité pour l’ONU et ses principaux États membres de prendre des mesures qui conduisent à la responsabilité du régime dans son ensemble et en particulier pour les participants au massacre de 1988 qui occupent aujourd’hui les plus hauts postes de direction.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe