mercredi, juin 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsCombien vaut un bébé en Iran ?

Combien vaut un bébé en Iran ?

Combien vaut un bébé en Iran ?
Traduction : « Bébé, sexe : garçon, né en avril, à vendre en raison de problèmes financiers. Téléphone… S’il vous plaît, faites passer le mot. »

Se promener dans les rues de Téhéran peut être très déchirant. Surtout lorsque vous passez devant certaines ruelles situées plus au sud du centre-ville, où des publicités pour la vente d’organes sont collées un peu partout sur les murs et où vous ne pouvez ignorer l’ironie du fait que des personnes renoncent littéralement à leur santé pour acheter de la nourriture ou d’autres moyens de subsistance pour survivre.

Mais les plus troublantes sont celles de parents qui tentent de vendre leurs nouveau-nés. Il est tout simplement inimaginable de savoir quels problèmes peuvent vous pousser à prendre la décision de donner une partie de vous-même à un destin inconnu, juste pour rester hors de l’eau et peut-être sauver les autres… pour un moment.

 "Bébé, sexe : garçon, né en avril, à vendre en raison de problèmes financiers. Téléphone... S'il vous plaît, faites passer le mot."
Légende persane de l’agence de presse Borna : « L’échange de bébés sur Instagram a suscité la controverse. Les gens peuvent même voir le visage de l’enfant et les sélectionner, et il semble que des mains tirent les ficelles de ce commerce.

L’Iran n’est pas le pays qu’il devrait être. S’étendant de la Turquie et de l’Irak au Turkménistan et au Pakistan, c’est le 17e plus grand pays du monde en termes de territoire, l’une des plus anciennes civilisations majeures continues du monde, le quatrième plus grand pays en termes de réserves pétrolières prouvées, le deuxième au monde et représentant environ 17 % des réserves totales de gaz naturel du monde, et ses réserves minérales s’élèvent actuellement à 25,7 milliards de tonnes si l’on en croit les preuves officiellement découvertes.

Tous ceux qui sont connectés à Internet ou qui ont pris le soin de lire les nouvelles savent que la richesse de l’Iran est injustement répartie et que, alors que plus de 60 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté officiel, un petit 4 % monopolise le 14e pays le plus riche du monde et le plus riche du Moyen-Orient, selon le World Wealth Report de Capgemini.

En tant que fondateur du régime des mollahs, l’ancien Guide Suprême, Ruhollah Khomeini, s’est présenté comme le leader et le chef de file de la lutte mondiale contre l' »impérialisme » américain et tout ce que représente la culture occidentale. Les slogans « A bas l’Amérique » et « A bas l’Angleterre » n’ont jamais cessé d’être criés pendant et après les sermons de la prière du vendredi à travers tout l’Iran, même au plus fort de l’ère de la complaisance de l’Occident, lorsque l’afflux de délégations commerciales s’est précipité dans le pays pour obtenir des contrats lucratifs de plusieurs milliards de dollars.

Mais comme l’hypocrisie est systématiquement institutionnalisée dans la philosophie de l’État iranien, il en va de même de leur enthousiasme pour les pays occidentaux, en particulier les États-Unis d’Amérique, comme le destin le plus cher pour envoyer leur progéniture étudier, se développer et prospérer.

En 2017, lorsque le fils de l’ancien vice-président Mohammad Reza Aref a déclaré à la télévision nationale qu’il devait sa glorieuse réussite dans la vie à de « bons gènes« , il a déclenché une tempête de feu parmi les Iraniens dans le pays et à l’étranger. L’énorme écart de richesse dans la société est devenu un sujet brûlant dans les médias sociaux persans et les hashtags tels que « bons gènes », « où est votre enfant » ou tout pronom paria attaché à l’hypocrisie des fonctionnaires sont devenus un déclencheur caché, prêt à devenir viral sur le champ.

Les images de proches du régime iranien conduisant des voitures de luxe, prenant des bains de soleil sur des yachts privés, organisant des fêtes somptueuses et se vantant de leur style de vie aristocratique ont fait les gros titres. Les factions rivales aux plus hauts niveaux de la hiérarchie du régime se sont mutuellement blâmées et cette situation est même devenue l’un des facteurs utilisés par le Conseil des gardiens pour disqualifier le conseiller principal du Guide Suprême, Ali Larijani, de la candidature à l’élection présidentielle de 2020.

Lors du dernier incident, le 19 avril, des photos publiées sur les médias sociaux montraient Zahra Moshir, l’épouse du président du Majlis (Parlement des mollahs), Mohammad
Bagher Qalibaf, et deux autres compagnons revenant de Turquie, identifiés comme étant sa fille, Maryam Qalibaf, et son mari, Mohammad Reza Bahiraei.

Le trio avait pris le vol 4804 de Meraj Airlines et est arrivé à l’aéroport de Téhéran en provenance d’Istanbul avec un grand volume de marchandises, dont une cargaison volumineuse et coûteuse d’articles pour bébés. Selon certaines sources, l’importante cargaison qui a causé des problèmes à l’avion de ligne turc a attiré l’attention et déclenché des remous.

Rapidement, les médias sociaux en persan ont été inondés de jurons et d’expressions d’indignation à l’égard de l’ensemble du régime, dont les responsables ont continué à appeler à s’abstenir de consommer des produits étrangers et à privilégier la production nationale. Beaucoup ont utilisé des hashtags comme « baby stuff-gate » ou « Turquie basée sur la connaissance », se moquant du slogan de l’année du Guide suprême « croissance basée sur la connaissance ».

Bien que le fils et le conseiller médiatique de Qalibaf aient tenté d’isoler le président du Majlis de la controverse en affirmant « qu’il n’était pas au courant » ou « qu’il était contre le voyage », le mal était déjà fait et les critiques ont fusé dans tous les médias officiels, certains appelant même à sa démission.

En 2017, lorsque Qalibaf se présentait contre Hassan Rouhani à l’élection présidentielle, il a affirmé lors des débats qu’il représentait 96 % de la population iranienne contre 4 % des capitalistes et des détourneurs de fonds. Il a délibérément interpellé le ministre de l’éducation de Rouhani pour avoir « importé d’Italie des vêtements pour ses enfants ».

« Les familles des représentants de l’État peuvent-elles se permettre le luxe ? », écrivait le 20 avril le journal officiel Javan Online. « Peut-être qu’ils le peuvent, mais pour une personne dont la campagne électorale était simplement axée sur une rébellion contre les 4 % des capitalistes, sa femme et sa fille ne peuvent pas être les passagers d’un tel vol. Si quelqu’un prétend être le pionnier et utilise des slogans révolutionnaires, il ne peut pas acheter les exigences de son petit-enfant à naître sur les marchés d’Istanbul. »

Qalibaf et sa famille ne sont pas étrangers aux gaffes et aux fiascos. Lorsqu’il était maire de Téhéran, il était tristement célèbre pour être le plus corrompu de ses pairs, versant 600 milliards de rials à l’association caritative de sa femme, faisant don de milliers de mètres de terrain ou organisant une cérémonie de mariage de plusieurs milliards de rials pour sa fille dans la tour Milad et servant des glaces plaquées or à haute teneur en carats aux élites qui avaient été invitées.

En février, un enregistrement audio ayant fait l’objet d’une fuite a fait la une des journaux. Il montrait comment l’ancien maire de Téhéran, Mohammad Bagher Qalibaf, le commandant en chef des gardiens de la révolution islamique (pasdaran), Qassem Soleimani, qui avait été éliminé, et d’autres hauts responsables du Corps des gardiens de la révolution islamique discutaient de l’acheminement d’argent pour financer la force terroriste Qods et ses opérations militaires secrètes à l’étranger.

Mais malgré la fraude et la corruption largement reconnues, le président du Majlis fait partie des personnes très protégées et des confidents du Guide Suprême. Il a l’habitude de servir Khamenei dans des situations critiques, par exemple en faisant approuver rapidement le cabinet d’Ebrahim Raïssi ou en gérant le nouveau projet de loi parlementaire controversé qui vise à restreindre l’accès à Internet dans le pays.

Ne vous méprenez pas, toutes les rues de Téhéran ne sont pas les mêmes. Si vous vous promenez dans l’avenue Pasdaran, Farmanieh et Sa’dabad, dans le nord de Téhéran, vous avez l’impression de marcher sur une autre planète. Des villas et des palais valant plusieurs millions de dollars, des rues propres et une belle verdure ne font que vous rappeler que la vie a aussi d’autres couleurs et qu’il y a des gens qui profitent vraiment de la vraie richesse de ce pays.

Ces images sont utilisées par les porte-paroles de Téhéran en Occident pour faire passer le message que l’Iran n’est pas aussi mauvais que certains le prétendent. À l’exception des sanctions, bien sûr.

En effet, certaines élites des bons coins de l’Iran pensent que l’évolution naturelle dicte que les « bons gènes » méritent de vivre et de transmettre leur matériel génétique doué à la génération suivante. Peut-être pensent-ils que seule leur vie compte et que leurs bébés méritent de survivre et de s’épanouir.

Mais si l’histoire est un guide, l’évolution de l’humanité a été un passage lent mais certain du déterminisme aveugle à la liberté et à l’illumination. Et c’est peut-être la véritable raison pour laquelle certains responsables et points de vente mettent en garde contre les conséquences de cette extrême injustice et de cette différence de classe.

Se moquant de la rhétorique antérieure du président du Majlis, le journal officiel Jahane Sanat a écrit aujourd’hui : « M. Qalibaf, je vous en prie, regardez les prix du marché, pas les prix des affaires et des vêtements de bébé. Regardez les prix du pain, du fromage, des légumes, des tomates, des aubergines, des oignons, et bien sûr des pommes de terre, de la viande, du poulet, du poisson, et vous comprendrez alors comment les gens souffrent. Concernant les actions de votre famille, cela n’augmente-t-il pas la colère des affamés, des pauvres et des faibles, et ne pensez-vous pas que cela va réveiller en eux le sens destructeur de la discrimination ? ».

Espérant désespérément que cela résoudra le problème, le journal ajoute : « Monsieur Qalibaf, avec vous comme président du Majlis, la production nationale ne sera pas remise sur les rails. Il n’y a aucune confiance en vous. S’il vous plaît, démissionnez ! »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe