mercredi, octobre 27, 2021
AccueilActualitésActualités: Droits humainsCrise de Covid-19 en Iran : les priorités du régime tuent le...

Crise de Covid-19 en Iran : les priorités du régime tuent le peuple

Les médias d’État iraniens ont récemment publié les propos d’Alireza Zali, chef de la force de lutte contre Covid-19 à Téhéran, évoquant l’échec du régime dans la gestion de la crise.

Zali a reconnu que les autorités avaient refusé d’acheter des doses de vaccins simplement parce qu’elles étaient opposées à l’idée d’assumer les coûts correspondants. Dans le même temps, le régime se souciait peu des coûts de son soutien aux milices extrémistes qu’il soutien dans la région ou de ses efforts pour renforcer les forces navales et intimider la navigation commerciale dans les eaux du Moyen-Orient.

Téhéran est prêt à laisser la population souffrir pour ne pas abandonner ses programmes néfastes. La réticence du régime à payer le prix fort pour les vaccins Covid-19 fait partie d’un modèle plus large de prise de décision qui a empêché le pays dans des efforts pour atténuer la crise. Cette semaine, les autorités du régime ont finalement annoncé qu’elles initieraient un verrouillage, mais elles ont également précisé qu’il ne durerait que six jours – même pas assez longtemps pour que les nouvelles infections finissent d’incuber.

A look back at the contradictory remarks made by Ali Khamenei and Hassan Rouhani over Covid19

Le guide suprême, Ali Khamenei, contrôle des centaines de milliards de dollars d’actifs, dont beaucoup sont détenus dans des fondations dites religieuses. Le Corps des gardiens de la révolution islamique contrôle des montants similaires via une série de sociétés écrans et d’affiliés du secteur privé. Le CGRI contrôle la majorité du produit intérieur brut de l’Iran et le dirige vers des mandataires étrangers, le développement de missiles et d’autres projets qui servent à préserver le régime.

L’IRGC a même cherché à tirer profit de la pandémie en plaidant pour que ses propres sociétés soient chargées de l’acquisition et de la distribution des vaccins. Khamenei a rapidement adopté cette idée et a retiré les tâches pertinentes du ministère de la Santé, dont les responsables sont restés silencieux sur l’ingérence de Téhéran jusqu’à très récemment.

La privatisation de la distribution des vaccins a motivé les entités liées au CGRI à acheter des doses moins performant et à les revendre à des prix exorbitants. Khamenei a activement contribué à ces tendances en interdisant l’importation de vaccins qui avaient été conçus et fabriqués aux États-Unis ou en Grande-Bretagne.

Cela a rendu les vaccins Pfizer, Moderna et Johnson & Johnson inaccessibles aux Iraniens ordinaires. Cependant, ils pourraient toujours être obtenus par les riches et bien connectés via le marché noir, qui lui-même est contrôlé par les pasdarans et a été trouvé en train de vendre des doses de vaccin individuelles jusqu’à 1 350 dollars.

Les conséquences de cette situation sont apparentes et s’aggravent de jour en jour. Alors que les élites du régime sortent progressivement de la crise, la population ordinaire est au milieu d’une « cinquième vague » d’infections qui n’a pas encore connu son apogée. Les chiffres conçus par le régime battent continuellement des records de nouvelles infections et décès de Covid-19, avec plus de 650 décès enregistrés pour le seul lundi et poussant le total officiel très près de 100 000 depuis le début de la pandémie.

Ali Khamenei bans the import of coronavirus vaccine to Iran

Mais selon l’opposition iranienne, le nombre de morts est supérieur à 368 400 mardi.

La crise de Covid-19 en Iran est dévastatrice – bien plus que ce qui pourrait être atténué par un verrouillage de six jours et un programme de distribution de vaccins anémiques qui a jusqu’à présent atteint moins de quatre pour cent de la population.

Les rapports de divers hôpitaux iraniens indiquent que les unités de soins intensifs sont bien en surcapacité et que les médecins ont eu recours au traitement de nouveaux patients sur le sol des couloirs. Pendant ce temps, les cimetières ont du mal à enterrer les morts assez rapidement et les chauffeurs de taxi sont chargés de transporter les cadavres dans des régions qui n’ont tout simplement plus de corbillards.

Alors que de plus en plus de ces informations sont divulguées au peuple iranien et à la communauté internationale, il devient de plus en plus évident que le régime iranien n’est pas disposé à prendre des mesures pour atténuer la crise ou y mettre fin par la vaccination. Les autorités restent beaucoup plus obsédées par le maintien de leur emprise sur le pouvoir et son extension au-delà de leurs frontières. Les conséquences de ces priorités mal placées perdureront tant que le régime restera au pouvoir.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe