mercredi, octobre 20, 2021
AccueilActualitésActualités: Droits humainsCrise de la Covid-19 en Iran : Khamenei et la mafia des...

Crise de la Covid-19 en Iran : Khamenei et la mafia des médicaments

La crise de la Covid-19 en Iran s’aggrave chaque jour. Cette aggravation de la crise est due à la politique cruelle du régime en matière de Covid-19. En particulier en janvier 2021, le Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, a interdit les vaccins crédibles contre la Covid-19. Les fondations de son régime ayant été ébranlées par les grandes manifestations iraniennes de novembre 2019, Khamenei a qualifié de « bénédiction » la Covid-19 mortel et a tenté de s’en servir pour réprimer la société iranienne rétive. Il a donc fini par interdire les vaccins.

En outre, Khamenei a persisté à produire un « vaccin national », qui s’est révélé être un autre plan pour spolier les Iraniens. En août, l’Iran a connu la cinquième crise de la Covid-19, et la variante mortelle Delta s’est répandue dans tout le pays. Avec un nombre record de morts par jour, Khamenei a senti que sa politique cruelle concernant la Covid-19 ne ferait qu’intensifier la haine de la population.

Le 11 août, il s’est précipité à la télévision et a déclaré : “Les [responsables] devraient fournir des vaccins à la population. Les Iraniens devraient avoir accès à des millions de vaccins.” En raison des politiques criminelles de Khamenei et de son régime, plus de 370 000 Iraniens ont jusqu’à présent péri depuis le début de l’épidémie du Coronavirus en Iran.

« La Food and Drug Administration subit une forte pression pour approuver les vaccins et les médicaments anti-coronavirus produits localement. Parce que l’obtention de l’approbation du ministère de la Santé est synonyme de profits énormes pour le propriétaire du médicament« , a reconnu à cet effet le 14 décembre le journal officiel Jahan-e Sanat. Les entreprises privées sont toutes sous le contrôle de Khamenei.

L’une de ces sociétés est la Barkat Pharmaceuticals Holding Company. Cette société mère détient 60,6 % de l’Alborz Investment Group, la deuxième plus grande société de portefeuille pharmaceutique du pays. Les entreprises de ce conglomérat sont les suivantes:

Alborz Pharmaceuticals Company

Sobhan Pharmaceuticals Company (fabrique des pilules)

Iran Pharmaceuticals Company

Tolid Pharmaceuticals Company

Sobhan Oncology Company – fabrique du paclitaxel, sous licence de la société pharmaceutique suisse Stragen.

KBC (importateur)

Distributeurs d’Alborz

Alborz Ascend Investment Company

Alborz Balak Company

Farabi Pharmaceutical Manufacturer (17 %)

Fabricant de produits pharmaceutiques Razak (12 %)

Ati Farmed Company (51 %)

BioSun Company (20 pour cent)

Compagnie Alborz-Zagros

Cette holding a été chargée de produire des vaccins, mais le résultat a été que moins de 2 % de la population a été vaccinée. La holding est contrôlée par le Bureau d’Exécution de l’ordre de l’imam Khomeini, qui est sous le contrôle de Khamenei. Le précédent chef de cette institution de pillage, Mohammad Mokhber, est devenu le chef de cabinet du nouveau président du régime, Ebrahim Raïssi.

Khamenei a maintenant ordonné aux responsables du régime de se procurer des vaccins. Pourtant, lui et ses institutions corrompues continuent de spolier les Iraniens en monopolisant la production de vaccins et la distribution de médicaments et de vaccins importés.

« Ce qui fait l’objet de spéculations dans le public et les médias, c’est qu’en l’absence de transparence et d’état de droit, l’interdiction des vaccins étrangers prétendant à la prospérité et soutenant la production nationale a donné une grande manne financière à certains individus, institutions et organisations, liés à des [responsables] spécifiques« , a reconnu le 16 août le quotidien officiel Hamdeli.

« Le prix de certains des principaux médicaments contre le coronavirus a été multiplié par 12 – sauvez les gens de cette impuissance« , a reconnu le 9 août le quotidien officiel Farhikhtegan, proche de la faction de Khamenei. Passons en revue les prix de certains des médicaments contre la Covid-19, qui sont rares et dont les prix montent en flèche :

Les comprimés de favipiravir : Le prix officiel est de 120-190 mille tomans, vendu à plus de 200 000 tomans au marché noir.

Les comprimés de Remdesivir : Leur prix officiel est de 700 à 900 mille, mais ils sont vendues à 12 millions de tomans au marché noir.

Les patients doivent payer entre 5 et 70 millions par nuit pour un lit en unité de soins intensifs.

« Lorsque nous avons visité les entrepôts des douanes de l’aéroport Imam Khomeini. Dans deux entrepôts, nous avons vu des médicaments condensés et des matières premières nécessaires à la production de médicaments contre la Covid-19 », a reconnu le procureur général du régime le 13 août.

Pourtant, il a refusé de souligner que seules les sociétés écrans de Khamenei et des Gardiens de la Révolution (pasdaran) peuvent déposer des médicaments dans des entrepôts personnalisés. Khamenei et les pasdaran ont joué avec la vie des Iraniens pendant l’épidémie de la Covid-19.

Ils ont augmenté le prix des médicaments, obligeant les Iraniens pauvres à vendre tout ce qu’ils ont pour sauver leurs proches. Alors que Khamenei utilise la crise de la Covid-19 pour réprimer la société rétive et spolier la population, il augmente également la haine du peuple envers le régime, rendant un autre soulèvement inévitable.

« Cette situation a progressivement rendu la société sujette à la dépression, aux troubles obsessionnels compulsifs et à la colère sociale. Les [crises actuelles] ne guérissent pas et laissent des effets à long terme. Aujourd’hui, si nous ne pensons pas à une solution pour l’avenir proche, nous en paierons le prix fort« , a averti le quotidien Atab-e Yazd le 17 août.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe