mercredi, octobre 27, 2021
AccueilActualitésActualités: Droits humainsEbrahim Raïssi et l'impunité d’un criminel

Ebrahim Raïssi et l’impunité d’un criminel

Mardi, Ebrahim Raïssi a prêté serment en tant que nouveau président du régime, et le mandat du président des mollahs Hassan Rohani a officiellement pris fin.

Raïssi a accédé au pouvoir dans un régime théocratique et à travers un processus non démocratique. Raïssi est connu en Iran et dans le monde entier pour son sombre bilan de violations des droits humains. Son investiture intervient quelques jours après que le régime iranien a exécuté 18 personnes.

Lundi matin, le régime des mollahs a exécuté trois prisonniers nommés Sepehr Abbasnejad et Eskander Zare, et Hamzeh Rezaei dans la prison d’Ourmia.

Dimanche, Mohammad Ali Sharifi a été pendu dans la prison de Jiroft après avoir purgé 16 ans de prison. Le même jour, deux autres prisonniers, Hassan, 57 ans, et Ali, 61 ans, ont été exécutés dans la prison de Mashhad.

La tendance à la hausse des exécutions en Iran ne se limite pas à ces derniers jours.

Depuis que Raïssi est devenu le chef du pouvoir judiciaire du régime en 2019, les violations des droits humains du régime sont entrées à un nouveau niveau. Lors des grandes manifestations iraniennes de novembre 2019, en plus de tuer plus de 1 500 manifestants, le régime a arrêté près de 12 000 manifestants.

Les manifestants détenus ont été soumis à des tortures inhumaines et ont été condamnés à de longues peines de prison. Dans un rapport exclusif intitulé « Piétiner l’humanité », Amnesty International a révélé des détails horribles sur les mauvais traitements dans les prisons du régime.

« Des agents de police, de renseignement et de sécurité et certains responsables pénitentiaires ont eu recours à la torture et à d’autres mauvais traitements à grande échelle contre des hommes, des femmes et des enfants, à la fois lors de leur arrestation et plus tard dans les centres de détention et les prisons à travers le pays.

Amnesty International a constaté que les détenus étaient les plus exposés au risque de torture et d’autres mauvais traitements lors des interrogatoires au cours de leur période initiale de détention, dans des conditions s’apparentant à une disparition forcée », lit-on en partie dans le rapport d’Amnesty.

Raïssi , en tant que chef judiciaire du régime, a supervisé toute cette répression. Ces dernières années, les violations des droits humains en cours en Iran et sous la présidence de Raïssi témoignent de l’impunité systématique dont jouissent les responsables du régime.

Le 19 juin, à la suite de l’annonce par le régime de la nomination de Raïssi à la présidence, la secrétaire générale d’Amnesty International, Agnès Callamard, a souligné que sa présidence « est un sombre rappel que l’impunité règne en maître en Iran ».

Aujourd’hui, Raïssi a prêté serment en tant que président du régime, alors qu’il y a 33 ans, à la même époque, il a envoyé des milliers de prisonniers à la potence. Leur crime était seulement de refuser d’abandonner leurs idéaux d’avoir un pays libre. Les victimes étaient pour la plupart des partisans et des membres de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK).

Mme Callamard a également souligné le rôle de Raïssi dans le massacre de 1988 de plus de 30 000 prisonniers politiques en tant que membre de la commission de la mort. Comme l’a souligné le secrétaire général d’Amnesty International, « il est maintenant plus urgent que jamais pour les États membres du Conseil des droits de l’homme de l’ONU de prendre des mesures concrètes pour faire face à la crise d’impunité systématique en Iran, notamment en établissant un mécanisme impartial pour recueillir et analyser les preuves de les crimes les plus graves au regard du droit international commis en Iran pour faciliter des procédures pénales équitables et indépendantes. »

L’impunité actuelle dont jouissent les autorités iraniennes est due à l’inaction de la communauté internationale face aux violations des droits humains.

Ce fait a été souligné dans une lettre de sept experts des droits de l’homme des Nations Unies, publiée en décembre 2020. Ils ont souligné que l’inaction de la communauté internationale face au massacre de 1988 « a eu un impact dévastateur sur les survivants et les familles ainsi que sur les sur la situation générale des droits humains en Iran », ils ont estimé que cela encourageait également le régime à continuer de dissimuler certains aspects de son bilan en matière de droits humains.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe