dimanche, avril 5, 2020
Accueil Actualités Actualités: Droits humains Entretien avec un prisonnier iranien : avec l’épidémie de coronavirus les prisons...

Entretien avec un prisonnier iranien : avec l’épidémie de coronavirus les prisons iraniennes sont un cauchemar

Par Shahriar Kia
Fox News a publié une interview d’un prisonnier iranien sur la situation des prisonniers iraniens où sévit l’épidémie de coronavirus.

Selon les informations des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI, en raison de la dissimulation et de l’inaction du régime iranien, le coronavirus a coûté la vie à plus de 5 950 personnes au mardi 17 mars.

Appelant la situation des prisons iraniennes “au-delà des cauchemars”, Fox News écrit: “Un prisonnier, un homme de 42 ans du nom de Meqdad, qui n’a partagé qu’un prénom par crainte de représailles, a été détenu à la sinistre prison d’Evine de Téhéran pendant deux ans. Il a déclaré dans un appel au cours du week-end obtenu par Fox News via le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), que pas une seule personne dans l’établissement ne semble être indemne. »

«La situation ici est que nous sommes tous vraiment malades, nous avons tous une toux sèche. Nous avons de la fièvre. Il n’y a pas de kit de test pour le coronavirus ni aucun kit de test disponible. Tout ce que nous pouvons faire, c’est essayer d’atteindre la clinique en insistant », a-t-il déclaré. «Et une fois sur place, les gardiens nous disent qu’il n’y a pas de médecin ou que le médecin ne vient pas, retournez dans votre service ou nous utiliserons la force. Si par hasard, nous trouvons un médecin, tout ce qu’ils font, c’est de viser leur thermomètre numérique vers nous, sans même nous approcher », a ajouté l’interview.

“Meqdad a déclaré que des détenus qui ont contracté le coronavirus ont été transférés à l’hôpital Masih Daneshvari et ne sont jamais revenus”, lit-on dans l’article.

En citant le prisonnier iranien, au sujet de l’état hygiénique déplorable des prisons iraniennes, Fox News a écrit: «Les conditions d’hygiène ici sont horribles. Les détenus emprisonnés pour détournement de fonds ou fraude financière ont de l’argent. Ils peuvent se permettre d’acheter des désinfectants pour eux-mêmes de l’extérieur de la prison, mais d’autres et nous, sans ce genre d’argent, ne pouvons même pas acheter de l’alcool pour nous nettoyer les mains; nous n’avons pas de détergents pour nous laver les mains », a-t-il déploré. «Les détenus sont tenus de se procurer ces produits à l’extérieur de la prison à leurs propres frais, de sorte que seuls ceux qui ont de l’argent peuvent le faire. Ceux qui n’ont pas d’argent n’ont tout simplement aucun moyen. »»

“De plus, Meqdad a rejeté la prétention officielle selon laquelle des milliers de prisonniers ont libérés, ajoute l’article.

«‘ Seuls les prisonniers qui espionnent d’autres prisonniers ont obtenu un congé et leur nombre ne dépasse pas 10 personnes. Les autres restent ici en prison sous différents prétextes », a-t-il poursuivi. «Il semble que ceux que le régime n’a pas pu tuer lors des soulèvements de novembre soient liquidés dans la prison par le coronavirus. Ils peuvent éliminer qui ils veulent sous prétexte que le prisonnier a contracté le coronavirus, et le prisonnier est emmené sans que personne ne sache où il se trouve. »

“Malgré les appels urgents de Meqdad pour une intervention extérieure, Iran International TV a rapporté mardi que le gouvernement iranien avait rejeté cette semaine une demande de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) d’accéder à la prison d’Evine”, lit-on dans l’article.

Citant les rapports du CNRI sur les prisons iraniennes, obtenus via le réseau de l’ompi, l’article se lit comme suit: «Les rapports du CNRI suggèrent que le nombre de morts de coronavirus dans les prisons a dépassé à lui seul les 1 000. »

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, tous les gouvernements, à l’exception du régime iranien, ont mobilisé toutes les ressources des pays pour aider la population et contrôler le virus. Pourtant, le régime iranien, après avoir nié plusieurs jours son existence, a poursuivi une opération de camouflage criminel et n’a pris aucune mesure drastique pour aider les victimes. Au lieu de cela, il a augmenté les mesures répressives et déclaré une loi martiale non officielle. Ces actions, ainsi que la thésaurisation par le régime de l’équipement médical nécessaire, ont fait davantage de morts et d’infection.