mercredi, juin 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran/avion ukrainien: les familles des victimes demandent justice

Iran/avion ukrainien: les familles des victimes demandent justice

Les familles des passagers du vol ukrainien PS752, abattu par les Gardiens de la révolution (CGRI, pasdaran) il y a deux ans, se sont rassemblées samedi à l’aéroport de Téhéran et sur le site du crash pour réclamer justice.

Ils tenaient des photos de leurs proches et scandaient « Vérité, justice ». « La justice n’est pas négociable ! Nous restons fermes pour traduire les criminels devant un tribunal impartial. » Ils ont déclaré que leur campagne pour la justice se poursuivrait jusqu’à ce que le guide suprême du régime Ali Khamenei et les commandants du CGRI soient tenus de rendre des comptes. Un père, qui a déclaré avoir perdu quatre enfants, a insisté sur le fait qu’il ne lâchera pas tant que les criminels responsables ne seront pas traduits en justice.

Terrifiées par une réaction violente de la population, les forces de sécurité de l’État ont tenté d’intimider les familles en survolant le rassemblement en hélicoptère, mais ont été accueillies par des cris de colère par les personnes présentes.

Lors d’un autre rassemblement à Téhéran, les familles ont également brandi des pancartes indiquant : « La justice n’est pas négociable », « la vérité ne doit pas être sacrifiée à l’opportunisme politique » et « la fin ne justifie pas les moyens ».

Les familles se sont ensuite rendues sur le site de l’incident au sud-ouest de la capitale où elles ont été rejointes par des habitants qui ont scandé « Vérité, Justice ».

Families of Flight PS752 victims mark second anniversary at Tehran airport

Vidéo : Les familles des victimes du vol PS752 célèbrent leur deuxième anniversaire à l’aéroport de Téhéran

Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a exprimé ses « plus sincères condoléances aux familles des victimes du vol ukrainien qui demandent justice depuis deux ans ».

« Les responsables de ce crime odieux sont ceux-là mêmes impliqués dans quatre décennies de massacres, de torture et d’exécutions. Le peuple iranien veut voir Khamenei, Raïssi et les commandants du CGRI traduits en justice », a-t-elle déclaré.

Vendredi, les familles des victimes au Canada ont rencontré des responsables canadiens, dont le Premier ministre Justin Trudeau et la ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly.

« Nous avons demandé à l’Iran de s’engager dans des négociations avant le 5 janvier. Nous avons reçu une réponse négative. Le Canada et ses alliés ne toléreront pas cet affront à la mémoire des 176 victimes du vol PS752. Le Groupe se concentrera désormais sur des actions pour résoudre ce problème conformément au droit international », a déclaré Joly dans un tweet.

Après trois jours de secret total et de déclarations contradictoires suite à l’écrasement de l’avion, le régime a tenté de clore l’affaire en acceptant artificiellement la responsabilité en invoquant « l’erreur humaine ».

Au début, le régime avait promis d’envoyer la boîte noire à l’étranger, mais à mesure que la crise s’intensifiait, il a changé de position et a déclaré effrontément qu’il ne livrerait pas la boîte noire, par crainte que la responsabilité du régime dans cet horrible crime ne soit révélée.

Le gouvernement canadien a mené sa propre enquête en 2020 et est arrivé à la conclusion que le régime était pénalement responsable. En mai dernier, le juge Edward Belobaba a statué que « les attaques de missiles étaient intentionnelles » et que « l’abattage de l’avion civil constituait une activité terroriste en vertu de la loi fédérale applicable ».

Dans une décision rendue par un tribunal canadien le lundi 2 janvier, le régime iranien a été condamné à verser 84 millions de dollars aux familles des 85 victimes canadiennes qui ont perdu la vie.

Le régime iranien n’a pas autorisé une enquête indépendante par d’autres pays, dont l’Ukraine.

Le secrétaire du Conseil national de défense et de sécurité de l’Ukraine a exprimé sa frustration face à ce qu’il a qualifié de refus de l’Iran de coopérer dans l’enquête et de fournir une indemnisation pour le crash du vol PS752. Dans une interview le mercredi 4 janvier, il a déclaré : « Ce qui s’est passé le 8 janvier 2020 était un acte terroriste commis contre un avion civil. »

Le Canada, la Grande-Bretagne, la Suède et l’Ukraine ont déclaré jeudi 5 janvier qu’ils avaient abandonné leurs efforts pour discuter avec Téhéran des réparations et tenteraient de régler la question conformément au droit international.

La plupart des 176 passagers étaient des citoyens de ces quatre pays, ce qui a créé un groupe de coordination qui cherche à demander des comptes à Téhéran.

« Malgré nos meilleurs efforts au cours des deux dernières années et de multiples tentatives pour résoudre cette question par le biais de négociations, le groupe de coordination a déterminé que de nouvelles tentatives de négocier avec l’Iran … sont vaines », a-t-il déclaré dans un communiqué.

« Le groupe de coordination se concentrera désormais sur les actions ultérieures à entreprendre pour résoudre cette question conformément au droit international », a-t-il ajouté.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe