mercredi, octobre 20, 2021
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : Firouz Danafar, un témoin des violations des droits Humains par...

Iran : Firouz Danafar, un témoin des violations des droits Humains par Ebrahim Raïssi

Human Rights record of Ebrahim Raisi, Eyewitness Accounts, Firooz Danafar

Les clips vidéo suivants sont une série de témoignages oculaires d’hommes et de femmes qui ont survécu au massacre des prisonniers politiques en 1988 en Iran, dont la plupart étaient affiliés au principal mouvement d’opposition iranien, les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK). Les organisations internationales de défense des droits humains ont qualifié ce massacre de plus grand cas de « crimes contre l’humanité » depuis la Seconde Guerre mondiale.

Les récits des témoins oculaires révèlent la barbarie du régime iranien dans des détails poignants. Dans le même temps, ces témoignages montrent la détermination inébranlable d’une génération de jeunes militants pour la liberté qui n’ont pas abandonné leurs idéaux de idéaux pour la justice face aux mollahs malgré le coût élevé.

« Je m’appelle Firooz Danafar, et j’ai été prisonnier politique dans les prisons de Ghezel Hesar et Gohardasht de 1982 à 1986. Je veux partager avec vous quelques crimes commis par le criminel Ebrahim Raïssi. La première question est de savoir pourquoi le régime a commencé à tuer les minorités religieuses et à commettre un génocide.

Par exemple, le cas des Ayiarans (une minorité religieuse) qui vivaient autour de Téhéran, à Khrin, Varamin, Gherdavar, Ghaleh Hassan Khan et Ismailabad.

Ils ont suivi leur chef Safi Gholi Ashrafi et ont émigré dans la région de Sorkheh Hesar de Karaj en 1979 pour avoir leurs rituels et leurs croyances en paix et avoir une vie normale.

Mais Rouhollah Khomeini ne l’a pas toléré. Ainsi, en 1980, il a envoyé quelqu’un du nom de Mesbah, du Renseignement, se rendre à l’école Asad Abadieh de Sorkheh Hesar pour avoir le contrôle sur les immigrés et surtout sur leur chef, Safi Gholi Ashrafi. Ainsi, le 20 juin 1981, ils attaquèrent les immigrés et arrêtèrent nombre d’entre eux, dont le Dr. Sadrollah et Dr. Rachidi.

Beaucoup ont été libérés, mais six personnes ont été condamnées à de longues peines de prison, dont le Dr. Rashid, qui a été exécuté en 1983. Ebrahim Raïssi a mis en œuvre l’exécution du Dr Rachid.

J’étais accusé dans la même affaire avec le Dr. Rachidi. Nous avons été rejugés en décembre 1982 et ils l’ont condamné à 5 ans de prison. Mais cinq mois plus tard, le 21 mai 1983, Raïssi l’a exécuté.

Quand j’ai été arrêté, Raïssi était le procureur de Karaj. J’ai été victime de simulacre d’exécution par deux fois au poste de police de Karaj. J’étais enfermé dans une cellule de 120 sur 160 centimètres et c’était comme un cage.

Ils me donnaient un bol d’ordures de 500 cc à utiliser pour repas. Et j’ai dû utiliser la même cuvette pour mes besoins parce que la porte était fermée et ils ne m’ont pas permis d’utiliser les toilettes.

Quand j’ai dit au gardien que j’étais musulman et que je priais, il m’a insulté et a dit qu’un hypocrite ne prie pas. Ceci n’est qu’un exemple. Les crimes de Raïssi ne sont ni imaginables, ni illimités.

Pendant trois jours, le régime a annoncé qu’il exécuterait les Ayiarans en public. Ils ont exécuté Safi Gholi Ashrafi et Ruhollah Ashrafian au stade Sorkhe Hesar. Ruhollah Ashrafian est mort en quelques minutes.

Mais, Safi Gholi Ashrafi n’est pas mort et pendant qu’il était pendu et souffrait, ses yeux étaient ouverts et regardaient la foule. Raïssi a envoyé un homme masqué s’accrocher à lui et le tirer vers le bas, et de cette façon, ils l’ont tué.

Beaucoup dans la foule, en particulier des femmes, criaient et beaucoup se sont évanouis. Ma sœur, qui avait un enfant, a perdu la raison et était hors de contrôle. Ces crimes inhumains ne sont pas explicables. Dans ce crime, ils ont exécuté 15 jeunes parmi ces immigrés partisans de l’OMPI, dont Safi Gholi Ashrafi.

Mais les crimes de Raïssi ne se limitent pas aux exécutions. Comme je l’ai dit, ma sœur a perdu la raison. Beaucoup de monde aussi. Et plusieurs sont morts à cause de crises cardiaques.

Lorsque le massacre de 1988 a commencé, tout en conservant son poste de procureur adjoint de Téhéran, Raïssi est venu à Karaj, en tant que membre de la commission de la mort. Comme il était impliqué dans l’affaire Sorkhe Hesar, il a aidé à identifier les personnes. Il a personnellement condamné ces 15 personnes à mort.

Saïd Ghasem Taymurian, un soldat blessé qui a été arrêté en raison de son soutien à l’OMPI, a été torturé pendant longtemps. Quand il n’a pas abandonné et a rejeté toute coopération, il a été exécuté.

Le régime ne s’est pas contenté de cela et a tenté de forcer sa sœur, Azadeh, qui travaillait dans l’un des ateliers de Dargar, à devenir leur espion et à coopérer avec eux. Mais elle a refusé, puis ils l’ont tuée en mettant le feu à son magasin et ont prétendu qu’il s’agissait d’un accident.

Les crimes de Raïssi, qui est maintenant le président du régime, ne sont pas imaginables. Par conséquent, alors que j’ai écrit une plainte, je suis prêt à exposer et à expliquer plus en détails les crimes de ce criminel devant n’importe quel tribunal. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe