dimanche, avril 11, 2021
Accueil Actualités Actualités: Droits humains Iran: Khamenei doit débourser de son empire financier pour aider les infirmières...

Iran: Khamenei doit débourser de son empire financier pour aider les infirmières dans la misère

Le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, qui contrôle l’un des plus grands empires financiers au monde, a versé dimanche des larmes de crocodile pour les infirmières, mais a refusé d’agir pour soulager leurs problèmes.

Jetons un coup d’œil sur la situation déplorable des infirmières iraniennes.
«Un nombre limité d’infirmières dans les hôpitaux doivent s’occuper d’un grand nombre de patients. Cela a contraint les infirmières à une guerre d’usure. Jusqu’à présent, plus de 60000 infirmières ont reçu un diagnostic de Covid-19 et près de 100 sont décédées », a écrit dimanche le quotidien d’Etat Hamdeli.

Les responsables du régime ont reconnu la raison de cette tragédie. «Pendant ces années, rien n’a été fait pour les infirmières et les promesses de soutien n’ont été que des mots. Avant l’épidémie de coronavirus, nous faisions partie des pays sous-développés en termes de nombre d’infirmières, et pendant la pandémie, cette pénurie de personnel infirmier s’est intensifiée », a déclaré le 19 décembre Mohammad Sharifi-Moghadam, secrétaire général de la maison de l’infirmerie.

«Les infirmières subissent beaucoup de pression. Les droits de ces personnes sont rares, ils sont traités de manière inappropriée et leur dignité sociale n’est pas respectée. La discrimination est endémique au sein du ministère de la Santé car il y a un conflit d’intérêts dans ce ministère », a-t-il ajouté.

Le quotidien d’État Farhikhtegan a publié le 17 décembre une interview d’une infirmière iranienne, montrant certains aspects de la vie difficile des infirmières iraniennes.

«Nos problèmes ne se limitent pas à un ou deux? Les responsables au gouvernement ne savent-ils pas ce qui arrive aux infirmières? Notre problème est la discrimination. Notre problème est un gagne-pain que nous ne pouvons pas gérer avec ces salaires de 2 millions et 3 millions de tomans. Notre problème est le manque de sécurité d’emploi. Nous avons d’autres problèmes, mais qui écoute? » s’est indignée l’infirmière.

La colère croissante de la communauté des infirmières envers le régime a terrifié le régime. Khamenei sait que, puisque les infirmières sont émotionnellement proches des patients du Covid-19, qui souffrent de la mauvaise gestion du virus par le régime, leur colère envers le régime augmentera la fébrilité sociale.

Si Khamenei avait la moindre intention d’aider les infirmières, il aurait pu utiliser son empire financier pour résoudre leurs problèmes. Selon un rapport d’enquête de Reuters en 2013, la richesse de Khamenei était estimée à plus de 95 milliards de dollars.

Behzad Nabavi, ministre du gouvernement dans plusieurs administrations, a déclaré dans une interview à l’agence de presse Alef le 21 septembre 2019: «Dans notre pays, il y a quatre institutions qui contrôlent 60% de la richesse nationale. Cela comprend le siège exécutif de la directive de l’Imam (Setad Ejraie Farman Imam), la base Khatam-ol-Anbiay, Astan-e Qods et la Fondation des opprimés et des handicapés. Aucune de ces institutions ne rend compte au gouvernement ou au parlement. »

Selon un rapport exclusif de la Résistance iranienne, Astan-e Qods Razavi, une fondation supervisée par Khamenei, «bénéficie d’une exonération fiscale; ses actifs comprennent 50 grandes entreprises et 43% de l’immobilier de Machhad, la deuxième ville la plus peuplée d’Iran. En d’autres termes, AQR possède plus de 13 000 acres de terre rien qu’à Machhad.»

«Cette organisation a une totale indépendance dans les opérations pétrolières qu’elle contrôle. Elle possède des plates-formes pétrolières exclusives et profite de ses importations et exportations. Astan-e Quds Razavi possède également une partie des chemins de fer et des industries iraniennes, telles que Mobarakeh Steel et une grande partie des mines et des ressources du pays. Ce n’est qu’une partie de l’ensemble de ses biens », ajoute le rapport.

Au cours du premier mois de la crise du Covid-19 en Iran, Khamenei a alloué un milliard d’euros au ministère de la Santé. Pourtant, le ministre de la Santé du régime, Said Namaki, a déclaré en septembre: «Sur le milliard d’euros du fonds de développement, je n’ai reçu qu’une petite part depuis des mois; Je ne sais pas pour quel travail plus important ils l’utilisent. »

En effet, l’argent est utilisé pour financer le terrorisme à l’étranger ou est perdu dans le trou noir de la corruption du régime.

Heshmatullah Falahatpisheh, ancien membre du parlement du régime, a déclaré le 20 mai: «Je suis allé en Syrie, certaines personnes ont dit que j’avais fait des dépenses, mais je le répète, nous avons peut-être donné à la Syrie 20 à 30 milliards de dollars, et nous devions le faire ». Falahatipisheh s’est rendu en Syrie en décembre 2018, lorsqu’il était président de la Commission de sécurité et de politique étrangère du Parlement et a rencontré Bachar al-Assad.

Khamenei n’est pas capable de contenir la colère de la société. Comme l’a déclaré samedi Shahriyar Mandanipour, un économistes du régime: «Les gens en ont assez des détournements de fonds, du chômage, de l’inflation effrénée, des actes honteux des enfants des autorités, de la pauvreté, du fossé social massif et de la purge progressive de la classe moyenne »

Khamenei craint l’éruption de la colère sociale, une situation critique qui, selon le quotidien Hamdeli, «pourrait entraîner la rébellion de l’armée des affamées à tout moment, déclenchée par n’importe quel mouvement social».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe