lundi, janvier 24, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : l’importance d’un rapport de l’ONU

Iran : l’importance d’un rapport de l’ONU

Iran : l’importance d’un rapport de l’ONU

Une représentante du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), Mme Dowlat Nowrouzi, s’est félicité, dans une interview à « Simay Azadi », la télévision par satellite proche de la Résistance iranienne, du rapport récent de l’ONU concernant l’Iran lors de la troisième commission de l’assemblée générale.

Mme Nowrouzi a stipulé que c’était la première fois que le sujet du massacre de 1988, pendant lequel 30 000 prisonniers politiques ont été exécutés en Iran, a été évoqué pendant la troisième commission de l’assemblée générale qui comporte 193 pays membres.

Mme Nowrouzi a ajouté qu’un an après que la présidente élue de la Résistance iranienne, Maryam Radjavi, a lancé un appel pour organiser le mouvement pour réclamer justice et les activités internationales des familles des victimes et des soutiens de la Résistance, nous avançons vers la création d’un organe de contrôle des droits de l’Homme en Iran. Ce sujet a enfin été porté à l’attention de la plus haute autorité internationale.

La Rapporteuse spéciale des Nations Unies pour les droits de l’Homme en Iran, Asma Jahangir, a souligné l’importance d’un suivi avec les familles des victimes et de rassembler des documents et des rapports grâce à eux. Ces familles et ces témoins demandent une enquête indépendante sur le massacre de 1988.

Selon cette membre du CNRI, le rapport de l’ONU détaille le grand massacre de 1988 et cela nécessite l’organisation d’une commission indépendante qui traduira les responsables de ce massacre en justice.

Mme Nowrouzi a salué les efforts des soutiens de la Résistance iranienne, des familles des victimes en Iran et à l’étranger. Elle a affirmé : « Notre succès repose sur les efforts de ceux impliqués dans la récupération de documents et de rapports l’année dernière. »

Les membres du CNRI ont appelé tous les Iraniens et les familles des victimes à fournir à Asma Jahangir des informations et des détails concernant le massacre de 1988. Ils leur ont demandé également d’envoyer des rapports à l’ONU et aux ministres des Affaires étrangères, notamment au gouvernement canadien, en relation avec l’état des droits de l’Homme en Iran.

Pour finir, Mme Nowrouzi a réitéré : « Ainsi, la justice sera respectée et le souhait des Iraniens, c’est-à-dire la traduction en justice des criminels responsables du massacre de 1988, sera réalisé. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe