samedi, novembre 27, 2021
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran: La lettre des experts de l'ONU, un «tournant» pour tenir le...

Iran: La lettre des experts de l’ONU, un «tournant» pour tenir le régime responsable du massacre de 1988

Mercredi, Amnesty International a salué la publication d’une lettre signée par sept experts des droits humains de l’ONU, la qualifiant de «tournant» dans une lutte de trois décennies entre la dictature théocratique iranienne et les innombrables personnes touchées par le pire crime contre l’humanité du régime. La lettre a été envoyée aux responsables du régime en septembre et publiée mercredi.

Au cours de l’été 1988, plus de 30 000 prisonniers politiques, pour la plupart des membres et des sympathisants de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI, Moudjahidine-e Khalq ou MEK) ont été exécutés en quelques mois.

«Entre juillet et septembre 1988, les autorités iraniennes ont fait disparaitre de force et ont exécuté de manière extrajudiciaire des milliers de dissidents politiques emprisonnés affiliés à des groupes d’opposition politiques dans 32 villes en secret et ont jeté leurs corps, principalement dans des fosses communes sans aucune repère», déclare la lettre. Après avoir expliqué les détails de ce massacre systématique et mis en évidence six victimes individuelles comme études de cas dans la conduite du régime, la lettre a continué en transmettant une série de demandes spécifiques, y compris la fourniture d’informations expliquant les dénis continus des droits des personnes demandant justice pour leurs proches et amis assassinés.

En tout état de cause, la publication récente de cette lettre semble indiquer que le régime n’a pas répondu au massacre de 1988. «Nous apprécierions de recevoir une réponse dans les 60 jours», ont-ils noté. «Passé ce délai, cette communication et toute réponse reçue du Gouvernement de Votre Excellence seront rendues publiques via le site Web de rapports sur les communications. Ils seront également publiés ultérieurement dans le rapport habituel qui sera présenté au Conseil des droits de l’homme. »

Bien qu’elle soit présentée comme un autre exemple de sensibilisation du régime iranien, cette lettre sert finalement de point de départ pour le contournement de cette sensibilisation et l’application de la pression directe sur le régime d’une coalition d’entités étrangères. En effet, la lettre elle-même semble indiquer que c’est quelque chose qui manquait dans la première réponse internationale au massacre de 1988, et que cela a préparé le terrain pour la crise en cours en matière des droits de l’homme que la lettre décrit.

Les auteurs notent qu’à la fin de 1988, l’Assemblée générale des Nations Unies a évoqué le massacre dans le contexte de sa résolution générale sur la situation des droits de l’homme en Iran. Mais aucune autre action n’a alors été entreprise par l’Assemblée générale, le Conseil de sécurité ou le Conseil des droits de l’homme. «L’incapacité de ces organes à agir a eu un impact dévastateur sur les survivants et leurs familles ainsi que sur la situation générale des droits de l’homme en Iran et a encouragé l’Iran à continuer de dissimuler le sort des victimes et à maintenir une stratégie de détournement et de déni, qui continuent à cette date », écrit la lettre.

Il est difficile de lire ce passage particulier comme quelque chose qui vise véritablement à influencer les décisions de Téhéran concernant la coopération avec les enquêtes internationales sur le massacre de 1988. Il est beaucoup plus facile de le considérer comme une sorte d’instruction préalable au Conseil des droits de l’homme de prendre des mesures lorsque le contenu de la lettre lui parvient par «le rapport habituel». En d’autres termes, la lettre donne l’impression que les experts des droits de l’homme concernés sont prêts à exhorter le Conseil et l’ONU dans son ensemble à compenser les erreurs qu’elle a commises en ne traitant pas les pires violations des droits de l’homme perpétrées par l’Iran alors qu’elles étaient encore en cours.

Dans ce contexte, les demandes spécifiques d’informations peuvent être comprises non pas comme de véritables appels au régime iranien, mais plutôt comme un catalogue de sujets sur lesquels Téhéran a déjà refusé de fournir des informations, malgré d’innombrables possibilités de coopération internationale. À long terme, cette liste de sujets peut comprendre l’ordre du jour d’une enquête menée par l’ONU sur les détails spécifiques du massacre de 1988 – ce que le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) insiste farouchement depuis de nombreuses années.

Si telle est la véritable intention de la lettre désormais publique, cela donnerait du crédit à la description par Amnesty International de cette lettre comme un tournant. Le plaidoyer du CNRI a été bien fondé sur l’idée que Téhéran n’enquêterait jamais sur ses propres actes répréhensibles ni même reconnaître que de tels actes répréhensibles ont eu lieu. Mais parmi les gouvernements occidentaux et les experts des Nations Unies, la perspective de prendre sur eux-mêmes l’action de rendre justice aux victimes des crimes du régime a été extrêmement peu soutenue.

Pourtant, le dernier démenti de Téhéran n’est que la paille qui brise le dos du chameau et convainc les décideurs internationaux que les appels à la conscience des mollahs sont nécessairement infructueux. Quoi qu’il en soit, tout décideur politique qui reconnaît ce fait doit maintenant se joindre aux experts des droits de l’homme de l’ONU pour exiger des informations complètes sur le massacre de 1988.

Que la lettre de septembre soit la dernière requête polie. Et à partir de maintenant, laissez les sanctions économiques et l’isolement diplomatique servir à contraindre Téhéran à coopérer pleinement à une enquête approfondie et indépendante sur son pire crime. Et lorsque les faits de cette affaire seront plus pleinement établis, la communauté internationale devrait demander des comptes aux auteurs devant la cour internationale, car il ne fait aucun doute qu’ils ne seront jamais tenus de rendre des comptes en Iran sous le régime des mollahs.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe