vendredi, septembre 24, 2021
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : La longue histoire de la résistance révèle la vulnérabilité de...

Iran : La longue histoire de la résistance révèle la vulnérabilité de Téhéran après l’élections

Dimanche, les Iraniens du monde entier ont pris part à des rassemblements et des réunions pour marquer une occasion connue sous le nom de Journée des martyrs et des prisonniers politiques. Cette journée commémore le soulèvement du 20 juin 1981, qui a marqué le début d’un mouvement d’opposition national contre la dictature théocratique, mouvement qui se poursuit encore aujourd’hui.

Ce jour-là, il y a 40 ans, plus d’un demi-million de personnes sont descendues dans les rues de Téhéran pour manifester leur soutien à l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) et à sa vision d’un Iran démocratique et libre. Le rassemblement et la marche étaient pacifiques, mais le fondateur du régime et Guide Suprême de l’époque, Ruhollah Khomeini, a ordonné aux autorités d’ouvrir le feu, ce qui a fait des dizaines de morts et des milliers d’arrestations et de blessés.

Les événements de 1981 ont établi un modèle qui s’est répété tout au long de l’histoire de l’Iran, et qui est redevenu familier ces dernières années alors que les civils iraniens, avec l’OMPI jouant un rôle de premier plan, ont organisé de multiples soulèvements contre le régime ainsi que d’autres actions qui sont la preuve d’un désir collectif renouvelé de renverser le régime et d’opter pour une gouvernance démocratique.

La récente poussée vers ce résultat a commencé sérieusement à la fin de 2017 et s’est poursuivie pendant une grande partie du mois de janvier 2018 avant de s’étioler avec une vague de répression du régime. Ce mois-là, le soulèvement national a touché plus de 100 villes et villages avant que des fusillades et des interrogatoires tortueux n’entraînent la mort d’une soixantaine de participants. Cela a également entraîné un changement dans la façon dont les autorités gouvernementales parlent du mouvement de la Résistance en public.

To Stop Executions in Iran Permanently, World Should Hold Mullahs to Account for 1988 Massacre

Pendant environ trois décennies avant le soulèvement, les responsables du régime, comme le Guide Suprême Ali Khamenei, ont insisté sur le fait qu’il n’y avait pas d’alternative viable au régime en place et qu’aucun défi sérieux ne provenait de la société iranienne. Ce n’était certainement pas la ligne publique pendant les neuf premières années du régime, et surtout pas au lendemain du soulèvement de 1981. Mais en 1988, les autorités se sont fixé pour objectif d’éradiquer la dissidence organisée, en particulier celle incarnée par l’OMPI.

Cette année-là, Khomeini a émis une fatwa déclarant que les opposants au système théocratique étaient des ennemis de Dieu et devaient être traités sans pitié. En conséquence, des « commissions de la mort » ont été créées dans les prisons iraniennes. Elles ont commencé à interroger systématiquement les prisonniers politiques pour vérifier s’ils avaient encore des griefs contre les mollahs ou des allégeances envers l’OMPI. Ceux qui refusaient de se plier au Guide Suprême étaient envoyés à la pendaison, souvent après des « procès » sommaires qui ne duraient qu’une minute.

Plus de 30 000 personnes ont été tuées de cette manière, y compris des militants âgés, de jeunes adolescents et des femmes enceintes. Bien que l’OMPI ait survécu à la purge et ait même vu sa croissance s’accélérer dans le sillage de la répression, ses activités ont été largement repoussées dans la clandestinité, ce qui a permis aux autorités du régime et aux médias officiels iraniens de commencer à diffuser une propagande présentant le principal mouvement d’opposition comme une organisation marginale et sectaire bénéficiant d’un faible soutien populaire dans la société iranienne normale.

Cette propagande a persisté pendant des décennies et a été payante pour Téhéran dans ses relations avec les puissances occidentales qui ont été largement convaincues qu’il n’y avait aucune alternative viable au régime. L’OMPI a même été désigné comme une organisation terroriste pendant un certain temps, avant que des contestations judiciaires aux États-Unis et en Europe n’établissent aucune preuve de méfaits et annulent les jugements qui avaient été poussés par les lobbyistes iraniens. Puis, des années plus tard, avec le déclenchement du soulèvement de 2018, Téhéran a soudainement sapé sa propre propagande, Khamenei ayant publiquement déclaré que l’OMPI avait « planifié pendant des mois » de populariser les slogans anti-régime et préparé le terrain pour des dizaines d’actions de protestation simultanées par des Iraniens de tous horizons.

Iran Election 2021: Empty Polling Stations Across the Country (Compilation vol.1)

En novembre 2019, l’annonce d’une hausse des prix du gaz fixés par le gouvernement a donné l’impulsion à des manifestations spontanées dans près de 200 villes et villages. Cela a nettement terrifié les autorités du régime, qui ont répondu tout aussi rapidement par une répression violente. Le Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) a ouvert le feu sur des foules de manifestants à travers tout le pays et, après quelques jours seulement, plus de 1 500 manifestants pacifiques étaient morts.

En outre, au moins 12 000 participants ont été détenus pendant les soulèvements. Nombre d’entre eux ont été soumis à des interrogatoires tortueux pendant plusieurs mois. Le bilan initial de la répression a été beaucoup plus lourd que celui des représailles du régime contre la manifestation de 1981 à Téhéran, et les conséquences à long terme ont rappelé l’attention portée au massacre de 1988. Cela n’a guère surpris ceux qui connaissaient les détails du massacre, notamment le rôle prépondérant d’Ebrahim Raïssi, le juge théocratique nommé à la tête de l’ensemble du système judiciaire iranien quelques mois seulement avant le soulèvement de novembre 2019.

Le mandat de Raïssi en tant que chef du pouvoir judiciaire a également été marqué par plusieurs autres mesures violentes et barbares, notamment l’exécution de Navid Afkari, un champion de lutte qui était devenu l’objet d’une campagne mondiale. Désormais, la mentalité à l’origine de ces abus va influencer une position d’autorité encore plus élevée, puisque Raïssi se prépare à assumer la présidence du régime.

La nomination de Raïssi a été confirmée vendredi par les résultats d’un simulacre d’élection, après sa désignation en tant que candidat favori du Guide Suprême. Cependant, la grande majorité des Iraniens n’a pas participé à l’élection, conformément à un mouvement de boycott largement organisé par l’OMPI et présenté comme un moyen de « voter pour un renversement du régime ».

En mai, Mohammad Mohaddessin, président de la commission des Affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne, a prédit que si le mouvement de boycott était couronné de succès, il ouvrirait la voie à de nouveaux soulèvements nationaux, « beaucoup plus intenses et étendus que ceux des années précédentes« .

Bien sûr, personne n’est naïf quant aux défis que de tels soulèvements sont susceptibles de rencontrer, maintenant que l’un des plus sinistres auteurs d’abus des droits humains du régime a été élevé à la deuxième plus haute fonction du régime. C’est pour cela que le CNRI a déjà commencé à faire pression sur la communauté internationale pour qu’elle adopte des politiques qui obligent Raïssi et d’autres hauts responsables du régime à répondre de leurs actes répréhensibles passés, et qui indiquent clairement que de nouvelles mesures de répression de la dissidence ne seront pas tolérées.

Ces répressions semblent aussi inévitables que les troubles sous-jacents, mais si l’on considère que ces troubles sont encore plus récurrents, organisés et diversifiés qu’aux premiers jours du régime des mollahs, et que le mouvement de résistance et le régime théocratique prennent de l’ampleur.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe