mercredi, mai 18, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : La mort pour les athlètes et champions nationaux

Iran : La mort pour les athlètes et champions nationaux

Iran : La mort pour les athlètes et champions nationaux

Dans d’autres pays du monde, les athlètes sont considérés comme des trésors nationaux. Mais le régime au pouvoir en Iran maltraite, arrête et exécute les athlètes iraniens.

Le 9 janvier, le régime iranien a condamné à mort le prisonnier politique Mohammad Javad Vafaei Sani, champion de boxe de Machhad, après deux ans d’emprisonnement et de
torture. Vafaie a été arrêté à la suite des soulèvements majeurs de 2019 en Iran et condamné à mort pour soutien à l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI),
et « corruption sur terre », une allégation absurde de la théocratie au pouvoir pour justifier ses crimes.

Mohammad Javad Vafaei Sani
Mohammad Javad Vafaei Sani

Mais Vafaie n’est pas le premier athlète-manifestant menacé d’exécution. Le 12 septembre 2021, le régime iranien a pendu le champion de lutte iranien Navid Afkari, malgré les
appels internationaux pour arrêter son exécution.

Un autre champion de lutte, Mohsen Ghasemi, est décédé après près de deux ans dans le coma. Ghasemi a remporté une médaille d’or en lutte asiatique en 2011 au classement
des 74 kg. Les sbires du régime l’ont sauvagement battu dans un camp de réhabilitation à Bojnourd.

 

Ellis Coleman (USA) dec. Mohsen Ghasemi (IRI) 2nd repechage at 66 kg Greco-Roman at Junior Worlds

Vidéo : Ellis Coleman (États-Unis) et Mohsen Ghasemi (IRI), 66 kg gréco-romain aux Mondiaux juniors

Dans une autre affaire, le tribunal pénal de Zahedan a condamné à mort Yazdan Mirzaei, un combattant de wushu médaillé d’or, pour des accusations liées à la drogue. Il a nié avec véhémence ces fausses accusations.

Depuis son arrivée au pouvoir, la théocratie médiévale n’a montré aucun scrupule à exécuter toute personne considérée comme une menace pour sa survie, et les athlètes ne font pas exception. En 1988, le régime a massacré 30 000 prisonniers politiques, dont 90 % étaient affiliés à l’OMPI. Plusieurs victimes, dont Foroozan Abdi, membre de l’équipe nationale féminine iranienne de volley-ball, et Mahshid Razaghi, membre de l’équipe nationale iranienne de football féminin, figuraient parmi elles.

En 1982, le régime iranien a exécuté Habib Khabiri, le capitaine bien-aimé de l’équipe nationale iranienne de football lors de la Coupe du monde en Argentine. Un modèle pour
de nombreux jeunes Iraniens, Khabiri avait refusé de condamner l’OMPI.

Avant son exécution, Navid Akari a déclaré que les mollahs « cherchaient un cou pour leur corde », mettant en lumière le besoin du régime de terroriser la société iranienne de
plus en plus rétive.

Opprimer et maltraiter les athlètes ne se limite pas à la torture et aux exécutions. En raison de la corruption institutionnalisée, de l’incompétence et de la mauvaise gestion du
régime, de nombreux héros nationaux iraniens sont contraints de devenir des vendeurs de rue pour gagner leur vie.

En novembre 2021, les médias d’État iraniens ont publié l’histoire de la dure vie de Masoud Rastegar. Un judoka de l’équipe nationale du pays qui avait remporté la médaille de
bronze aux compétitions paralympiques en 2017 en Turquie, ramasse les ordures pour aider sa famille.

« Quand nous allons au bureau des sports et disons de nous donner une poignée de vêtements d’entraînement, ils n’arrêtent pas de dire que nous n’en avons pas« , a-t-il déclaré à la télévision en ligne Apart. « Au moment du championnat, les mêmes officiels m’ont accueilli et ont installé une banderole et pris une photo dessous« , a-t-il ajouté.

Un autre champion de lutte, Mohsen Madhani, a été battu par les forces du régime pour vente dans la rue. « Un athlète et un champion du monde ne méritent pas d’être vendeur
de rue », a-t-il déclaré dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux en novembre 2020.

Les athlètes iraniens sont obligés de se tourner vers le trafic de rue alors que le pays est assis sur un océan de pétrole et de gaz. En conséquence, beaucoup ont quitté l’Iran et
concourent désormais sous d’autres drapeaux.

Pour la théocratie au pouvoir en Iran, la loyauté envers le régime est le seul critère de succès. Lorsque des athlètes iraniens refusent de vendre leur honneur et leur dignité, ils sont poursuivis, contraints de vivre dans la pauvreté ou de fuir leur patrie.

En refusant de se plier au régime meurtrier, les athlètes iraniens ont gagné une place spéciale dans le cœur de la population. Les athlètes iraniens ont choisi d’être les champions
du peuple plutôt que céder face à l’oppression du régime.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe