lundi, janvier 24, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : la politique néfaste du régime concernant la crise de COVID-19

Iran : la politique néfaste du régime concernant la crise de COVID-19

Plus de 650 Iraniens sont morts de Covid-19 en 24 heures au début de cette semaine. De larges segments du pays ont été mis en quarantaine, mais les mesures d’atténuation ne devraient durer que six jours et ne s’accompagneront pas d’un soutien financier pour une population assiégée financièrement et seront très probablement seulement faiblement appliqué.

Cette faiblesse apparaît d’autant plus négligente lorsqu’elle est considérée dans le contexte de la récente volonté du régime de réprimer les manifestations populaires contre les politiques néfastes du régime en Iran.

L’Iran est actuellement au milieu de sa cinquième vague d’infections à coronavirus. Le pic de cette vague est peut-être encore décalé de quelques semaines, et il est concevable que le bref verrouillage ne fasse qu’exacerber le problème en permettant aux nouvelles infections d’incuber de manière isolée mais de ne pas suivre leur cours avant que les gens n’affluent à nouveau dans les lieux publics dans un effort désespéré de gagner leur vie tout en enterrant et en pleurant leurs proches décédés.

COVID-19 Claims 300,000 Victims in Iran

Les autorités ont tenté de blâmer les sanctions américaines pour la gravité de la crise, mais au fil du temps il est devenu clair pour les observateurs que les sanctions n’empêchent pas l’importation de vaccins ou d’autres médicaments.

Bien au contraire, des philanthropes américains ont tenté de faire don de dizaines de milliers de doses de vaccins à l’Iran très peu de temps après qu’elles soient devenues disponibles, mais c’est le guide suprême du régime, Ali Khamenei, qui a empêché la conclusion de l’accord en annonçant qu’aucun vaccins américain ou britannique ne serait autorisé à être distribués aux Iraniens.

Conséquence directe de cet obstructionnisme, l’Iran a eu du mal à dépasser un taux de vaccination de 3%. De plus, les dossiers de vaccination existants penchent fortement en faveur des riches et des personnes bien connectées. Khamenei a chargé des entités corrompues affiliées au Corps des gardiens de la révolution islamique de gérer la distribution des vaccins.

En conséquence, après avoir été assurés par le ministère de la Santé que les vaccinations seraient gratuites, les Iraniens ont découvert que de nombreuses doses disponibles se dirigeaient vers le marché noir, où elles apparaissaient avec des prix prohibitifs allant jusqu’à 1 350 dollars chacune.

A look back at the contradictory remarks made by Ali Khamenei and Hassan Rouhani over Covid19

La propagande de Khamenei concernant les effets des sanctions américaines a encore été démantelée ce mois-ci par des sources improbables lorsque le chef du comité Covid-19 de Téhéran s’est adressé aux médias d’État et a rompu avec le récit officiel.

Le Dr Alireza Zali a déclaré, entre autres, que les limitations à l’importation de vaccins étrangers n’étaient ni imposées à la République islamique ni motivées par de véritables préoccupations parmi les dirigeants du régime, mais étaient le résultat de mesures de réduction des coûts.

Ces mesures reflètent la même avarice et les mêmes priorités égoïstes qui ont empêché le régime d’offrir un soutien matériel important à la population civile pendant le verrouillage actuel ou les autres verrouillages brefs et faiblement appliqués qui a eu lieu beaucoup plus tôt dans la pandémie.

Alors que les apologistes du régime sont prompts à blâmer également ce manque de soutien aux sanctions américaines, ce récit s’effondre dès que l’on remarque que le financement par Téhéran des milices extrémistes étrangères, du développement de missiles balistiques et des provocations nucléaires n’a pas diminué au cours de la même période. En fait, le régime n’a pas seulement procédé sans relâche à ses mesures répressives et de projection de force.

Le Conseil national de la Résistance iranienne souligne depuis longtemps que les autorités iraniennes ont les moyens d’aider le peuple à traverser le crise de coronavirus, mais manquent de volonté. Le guide suprême Khamenei et les pasdaran contrôlent des centaines de milliards de dollars d’actifs, et certaines analyses montrent que les activités des pasdarans, par le biais de sociétés écrans, représentent la grande majorité du PIB iranien.

Ces entités sont trop préoccupées par la préservation et l’expansion de leur propre pouvoir pour avoir le moindre intérêt à dépenser des quantités importantes de ces ressources pour les besoins du peuple iranien. En fait, le Guide suprême du régime a qualifié la pandémie de «bénédiction», afin de prolonger délibérément la crise afin de prévenir les révoltes qui pourraient conduire à l’éviction de la dictature théocratique.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe