mardi, mai 24, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : la propagande de Khamenei révèle les craintes du régime

Iran : la propagande de Khamenei révèle les craintes du régime

Photo : Le personnel médical et soignant de l'hôpital de Karaj poursuit son rassemblement pour la sixième journée consécutive. Ils protestent contre les responsables à cause du non-paiement de leurs salaires et des mesures injustes

Les médias d’État ont publié des informations affirmant que le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, avait rencontré plusieurs infirmières et les famille des professionnels de la santé décédés des suites de l’épidémie de Covid-19.

Au lieu de proposer des solutions pour faire face aux conséquences désastreuses de l’aggravation de la crise de Covid-19 dans le pays, Khamenei a parlé de « l’ennemi » qui essaie de « changer la place de l’oppresseur et de l’opprimé« .

Les propos flagrantes de Khamenei surviennent alors que le nombre de morts dues au coronavirus a dépassé les 488 100. Les Iraniens, en particulier les infirmières, blâment Khamenei pour le nombre élevé de morts en raison de son ordre d’interdire l’importation de vaccins américains et européens.

Des centaines d’infirmières iraniennes sont décédées des suites de l’épidémie de Covid-19. Des dizaines d’entre elles se sont suicidées en raison de leurs mauvaises conditions de travail, et beaucoup ont quitté le pays. Ces faits ont été confirmés par de nombreux responsables du régime iranien.

« Malheureusement, avec 130 infirmières décédées qui combattaient le COVID-19, nous sommes parmi les pays avec le plus grand nombre d’infections et de décès parmi les infirmières« , a déclaré le chef de l’Organisation iranienne des infirmières, Mohammad Mirza Beigi en avril 2021.

« En 2020, au moins 1250 infirmières ont déposé une demande d’immigration. Bien que selon les estimations, le chiffre réel serait de 1,5 ou 2 fois plus nombreux. Prenons en moyenne 1500 personnes. On peut dire que cela équivaut à 30 écoles d’infirmières qui forment des ressources humaines, et c’est un signal d’alarme pour le système de santé », a déclaré le 10 décembre Abbas Ebadi, vice-ministre des soins infirmiers au ministère de la Santé.

Iranian nurses: victims of Covid-19 and destructive policies

« Nous avons 100 000 infirmières au chômage dans le pays, alors que la pénurie d’infirmières dans les hôpitaux du pays est très sensible, et malheureusement, personne n’agit pour recruter ces infirmières », a déclaré Mohammad Sharifi Moghadam le 5 décembre.

Manifestations d’infirmières iraniennes
Il y a eu des dizaines de manifestations d’infirmières iraniennes au cours des dernières semaines. Contrairement à d’autres pays, les infirmières en Iran ont été privées de leurs droits fondamentaux pendant l’épidémie de Covid-19. Les infirmières en Iran ne reçoivent pas leur salaire pendant des mois. La situation est pire pour les infirmières qui ont des contrats temporaires. Elles sont en première ligne de la lutte contre le Covid-19, mais beaucoup d’entre eux n’ont pas d’assurances.

Ces contrats temporaires n’incluent pas d’avantages, de primes ou d’incitations, et leur revenu mensuel est d’environ 4 millions de tomans ou 134 $, sur la base du taux de change du dollar sur le marché libre au 13 décembre 2021. Les infirmières avec des contrats officiels reçoivent près de 7 millions tomans ou environ 235 $. Ce montant est bien inférieur à ce que gagnent les infirmières d’autres pays. Aux États-Unis, les infirmières autorisées reçoivent 77 460 $ ou près de 6 000 $ par mois.

On pourrait soutenir que l’Iran est sous sanctions. Mais ce n’est pas tout à fait vrai. Le régime iranien a assez d’argent pour aider les infirmières. Selon un rapport exclusif de la Résistance iranienne en avril 2020, les groupes de mandataires terroristes du régime et les salaires des mercenaires dans les pays de la région varient de 800 $ à 1 500 $ et le montant moyen est d’environ 1 000 $.

Iran’s Regime Pays Terrorist Quds Force Mercenaries Five Times More Than Iranian Nurses

Vidéo : Le régime iranien paie les mercenaires de la force terroriste Qods cinq fois plus que les infirmières iraniennes

Khamenei, qui a versé des larmes de crocodile pour les infirmières iraniennes dimanche, a « des actifs estimés à environ 95 milliards de dollars », selon une étude menée par Reuters en 2013. Il contrôle plusieurs institutions financières qui contrôlent les ressources et la richesse de l’Iran.

Khamenei a refusé de dépenser un seul dollar pour le système de santé iranien en train de s’effondrer. Depuis le premier jour de lépidémie de Covid-19, Khamenei et son régime ont qualifié ce virus mortel de « test » et de « bénédiction ». Il a explicitement interdit les vaccins américains et britanniques certifiés en janvier.

Il a également insisté pour produire les soi-disant «vaccins domestiques ». Le vaccin national a été produit par EIKO, une énorme institution financière contrôlée par Khamenei.

« Il y a deux semaines, Ali Tajernia a déclaré au quotidien Sharq : ‘Il semble que Barakat ait prévendu son vaccin. Il semble que la raison de ne pas vouloir acheter le vaccin dans les pays occidentaux était que Barakat avait reçu 200 000 Tomans pour chaque dose de vaccin. Si nous multiplions cela par 120 millions de vaccins, Barkat a pris plus d’un milliard de dollars sur les fonds du gouvernement », a écrit le quotidien public Mardom Salarie le 23 septembre 2021.

En d’autres termes, Khamenei a non seulement négligé les infirmières, il est également à l’origine de leur situation déplorable. Il aurait pu réduire le taux de mortalité et d’infection du coronavirus en autorisant les vaccins certifiés à entrer dans le pays ou en allouant suffisamment de fonds pour le système de santé en déclin de l’Iran. Pourtant, il a refusé de le faire.

La dernière propagande de Khamenei dépeint vraiment sa crainte de la réaction du peuple iranien. La récente grève des enseignants iraniens et les manifestations en cours en Iran par des personnes de tous horizons sont les signes d’une société agitée.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe