vendredi, décembre 3, 2021
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : Le bilan u régime en matière des droits de l'homme...

Iran : Le bilan u régime en matière des droits de l’homme est pire

Sous le régime des mollahs, l’Iran a toujours conservé son statut de pays ayant le taux d’exécutions par habitant le plus élevé au monde. À l’exception de la Chine, dont la population dépasse le milliard d’habitants, aucun autre pays ne dépasse le nombre brut d’exécutions sanctionnées par la justice des mollahs en Iran chaque année. En 2020, Téhéran s’est également distingué en étant l’un des seuls pays à maintenir son rythme antérieur d’exécutions en pleine pandémie de Coronavirus.

Selon un rapport récent de l’Iran Human Rights Monitor, le nombre total d’exécutions réalisées en Iran l’année dernière s’élève à au moins 267. Ce chiffre est tout à fait conforme à ceux enregistrés pour 2018 et 2019, qui étaient respectivement de 273 et 280. Quoi qu’il en soit, comme le souligne le rapport de Iran HRM, les totaux pour une année donnée ne sont que des estimations, car le système judiciaire des mollahs n’annonce officiellement qu’une partie des condamnations à mort qu’il met en œuvre.

En 2020, cette partie ne représentait qu’environ un tiers du total, soit 91. Les autres ne sont connues du monde qu’en dehors de la célèbre prison iranienne, grâce aux efforts des militants des droits humains et des détenus de ces établissements, notamment ceux politiques. D’autres exécutions encore peuvent ne pas être signalées ou du moins ne pas être confirmées par plus d’une source indépendante. Ainsi, le nombre réel est probablement plus élevé que ce qui est rapporté au niveau international au cours d’une année donnée, même si l’on évite de prendre en compte les incidents qui équivalent à des exécutions informelles du fait d’abus ciblés et du refus d’accès aux soins médicaux.

Naturellement, cette dernière question a pris encore plus d’importance au cours de l’année écoulée, les prisons iranienne et de divers autres pays étant devenues des foyers bien connus de propagation du Covid-19. Dans le cas de l’Iran, le gouvernement a annoncé en grande pompe qu’il allait libérer des dizaines de milliers de détenus non-violents, mais il n’en a libéré que quelques-uns et les prisonniers politiques ont été catégoriquement exclus.

Cela n’a guère surpris les personnes connaissant le système carcéral iranien ou la propension du régime théocratique pour les violations des droits humains. Dans des rapports publiés au cours des dernières semaines, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a attiré l’attention sur le sort de plusieurs détenus, comme Saeid Sangar, qui n’a pas bénéficié d’un seul jour de permission en plus de 20 ans, et Fatemeh Mosanna, qui a été transférée à l’hôpital lors de crises de santé particulièrement graves, mais qui a été renvoyée dans sa cellule à chaque fois avant d’avoir pu recevoir un traitement complet.

Ces histoires sont très courantes en Iran et semblent le devenir de plus en plus à mesure que les autorités du régime développent une obsession encore plus grande pour gouverner par la peur et étouffer toute expression de dissidence au sein d’une société très rétive. Outre des conditions carcérales excessivement restrictives, la caractéristique commune à Sangar, Mosanna et plusieurs autres cas récemment mis en lumière est un lien antérieur avec le principal groupe d’opposition iranien, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI).

Peu de temps après la révolution de 1979, l’OMPI a été le défi le plus important au système théocratique, et la voix la plus populaire pour un avenir démocratique dans le pays. En 1988, le fondateur du régime, Rouhollah Khomeini, a tenté d’annihiler définitivement l’OMPI en publiant une fatwa selon laquelle les membres de l’OMPI et d’autres opposants résolus à son régime étaient en guerre contre Dieu et donc passibles d’une exécution sommaire. Au cours de l’été de cette année-là, des « commissions de la mort » ont commencé, dans diverses prisons iraniennes, à interroger les prisonniers politiques sur leurs opinions et leurs affiliations politiques, puis ont ordonné la pendaison immédiate de ceux qui ne démontraient pas leur fidélité au Guide Suprême de l’époque, Khomeini. En l’espace de quelques mois, plus de 30 000 personnes ont été tuées.

Depuis lors, l’accusation d' »inimitié contre Dieu » a continué à être utilisée comme moyen pour obtenir des condamnations à mort contre les membres de l’OMPI et d’autres militants importants. Si l’on ajoute à ces exécutions le massacre de 1988, les assassinats ciblés dans le pays et à l’étranger, et les heurts directs entre les autorités iraniennes et les « unités de la Résistance », l’OMPI estime avoir perdu plus de 100 000 membres à cause de la violence politique des mollahs. Il est naturellement préoccupé par le fait que les tendances actuelles laissent présager une augmentation substantielle de ce nombre, à moins que la communauté internationale ne prenne des mesures pour lutter contre le recours excessif de Téhéran à la peine de mort et son mépris des droits fondamentaux des prisonniers, en particulier des prisonniers politiques.

Autant ces caractéristiques du régime représentent une menace constante pour les militants pro-démocratie et les Iraniens ordinaires dans tout le pays, autant elles révèlent la propre vulnérabilité du régime, qui est devenue plus évidente ces dernières années. Peu après le massacre de 1988, les autorités ont essayé de continuer à promouvoir des récits de propagande qui dépeignent l’OMPI comme marginale, faiblement organisée et dépourvue de soutien populaire. Mais en janvier 2018, ce récit a été dynamité par nul autre que le Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, qui a reconnu qu’un soulèvement alors en cours avait été largement facilité par l’OMPI.

Violation of Human Rights in Iran

D’autres avertissements sur l’influence du groupe ont suivi, et ils se sont avérés judicieux en novembre 2019, lorsque l’Iran a été secoué par un autre soulèvement national qui a touché près de 200 localités et a démontré l’adhésion populaire à la plateforme de changement de régime de l’OMPI. Visiblement paniqué par les remises en cause récurrentes de son pouvoir, le régime s’est efforcé d’éradiquer le second soulèvement par tous les moyens. Le Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) a donc ouvert le feu sur des foules de manifestants et tué au moins 1 500 personnes.

Cette action a ouvert la voie à une répression continue qui allait durer toute l’année 2020 et se poursuivre jusqu’à aujourd’hui. En septembre dernier, Amnesty International a publié un rapport décrivant en détail les tortures que subissent encore les personnes arrêtées dans le but d’obtenir des aveux forcés concernant le soulèvement et les actes de militantisme antigouvernemental qui y sont associés.

Ce rapport, intitulé Trampling Humanity, a précédé de peu l’exécution par la justice iranienne de Navid Afkari, un champion de lutte qui avait fait l’objet d’innombrables appels internationaux après qu’il eut été révélé qu’il avait été faussement accusé de meurtre afin de justifier son exécution pour avoir participé à une autre manifestation. Sa pendaison était un signe évident du mépris du régime pour l’opinion publique internationale – ce qui avait déjà été démontré à maintes reprises par l’exécution récurrente de délinquants juvéniles et un refus général de reconnaître les normes internationales en matière de droits humains.

Cette intransigeance se poursuit à la suite des soulèvements populaires et des épidémies de Coronavirus, dont le régime a dit qu’ils étaient une bénédiction afin de rendre plus difficile l’organisation à grande échelle. Selon les dernières estimations, le système judiciaire a procédé à plus de 30 exécutions au cours du seul mois de janvier, ce qui le met en bonne voie pour dépasser le total de l’année dernière. Afin d’éviter ce résultat ou un résultat encore pire, la communauté internationale doit prendre des mesures immédiates pour mettre un terme à la tendance actuelle tout en s’attaquant aux crimes contre l’humanité non-résolus du régime des mollahs.

Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme doit au minimum exiger le libre accès à l’inspection des prisons iraniennes, et le Conseil de sécurité des Nations unies doit se saisir du dossier des exécutions illégales et des violations des droits humains commises par Téhéran depuis quarante ans.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe