mercredi, mai 18, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : Le discours d'Ebrahim Raïssi prévu à l'ONU est une menace...

Iran : Le discours d’Ebrahim Raïssi prévu à l’ONU est une menace pour les Droits de l’Homme

Depuis que le Guide Suprême du régime iranien a choisi Ebrahim Raïssi comme président, les appels se multiplient pour qu’il soit poursuivi en justice et pour l’empêcher d’effectuer des visites d’État. Jusqu’à présent, toutefois, ces appels sont restés lettre morte. Il est maintenant prévu que Raïssi s’adresse à la réunion annuelle de l’Assemblée générale des Nations unies le 21 septembre, et ses propos sont censées porter sur les thèmes de la justice et de la liberté – des termes qui sont très éloignés de l’expérience quotidienne des citoyens iraniens et de l’identité fondamentale du régime des mollahs.

Cette identité a été renforcée ces dernières semaines par la nomination et la confirmation législative de plusieurs hauts responsables dont la bonne foi terroriste correspond à celle du président lui-même. Le cabinet de Raïssi comprend un nombre sans précédent d’officiers du Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran), plusieurs personnes qui font actuellement l’objet de sanctions de la part des États-Unis et de l’Union européenne, et une personne qui fait l’objet d’un mandat d’Interpol pour son implication dans un attentat à la bombe commis en 1994 à Buenos Aires, qui a fait 85 morts.

Raïssi a lui aussi été sanctionné par les États-Unis en 2019. Il n’existe aucun mandat d’arrêt dans aucun pays, mais la raison des sanctions à son encontre pourrait également être un motif d’arrestation par les autorités de pratiquement tous les pays du monde.

C’est ce qu’ont expliqué le mois dernier de multiples spécialistes des Droits de l’Homme et du droit international, lors d’une conférence virtuelle organisée par le Conseil national de la Résistance iranienne pour servir de lieu de discussion sur le massacre des prisonniers politiques de 1988.

La conférence s’est concentrée sur le rôle que Raïssi a joué dans ces massacres. Pour les familles des victimes, pour d’autres responsables de Téhéran et pour le Mouvement de la Résistance qui s’efforce de renverser le système qui a soutenu les auteurs du massacre pendant plus de trois décennies, la poursuite de Raïssi serait un signe fort que l’impunité du régime dans ces affaires est enfin révolue.

Cette impunité a été renforcée par des politiques faibles et conciliantes à l’égard du régime, notamment en ce qui concerne la situation des Droits de l’Homme. La récente conférence du CNRI a également mis l’accent sur ce point, avec les propos de plusieurs législateurs européens qui ont exhorté leurs gouvernements à adopter une position plus ferme à l’égard des mollahs et à envisager des mesures visant à soutenir activement le peuple iranien et ses mouvements de protestation.

Raisi, Butcher of 1988 Massacre in Iran

Ces protestations ont commencé pour de bon à la fin de 2017 et se sont transformées en un soulèvement national qui comprenait bien plus de 100 villes et villages à la mi-janvier 2018. En novembre de l’année suivante, un autre soulèvement a éclaté spontanément dans près de 200 localités, avec des slogans anti-régime similaires et des appels au changement de régime et à la « déchéance du dictateur. »

Le régime iranien a brutalement réprimé ces manifestations et Raïssi a joué un rôle clé dans cette répression puisqu’il était responsable du pouvoir judiciaire du régime au moment des fusillades de masse, des arrestations sans discernement et de la torture systématique.

La condamnation publique de son rôle dans cette répression s’est rapidement mêlée à la condamnation de longue date de son rôle en tant que l’un des quatre responsables qui ont fait partie de la « commission de la mort » de Téhéran à l’été 1988.

Cet organe a mis en branle le processus par lequel les prisonniers d’opinion étaient rejugés afin de déterminer leurs opinions et affiliations politiques, puis exécutés sommairement s’ils refusaient de faire allégeance au système théocratique.

En l’espace de trois mois environ, ce processus a tué plus de 30 000 personnes, dont des adolescents, des femmes enceintes et de nombreux prisonniers qui avaient déjà purgé leur peine initiale avant d’être placés dans le collimateur par la fatwa du Guide Suprême de l’époque, Ruhollah Khomeini, déclarant que toute personne affiliée à la principale opposition, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran, OMPI, est considérée comme en « inimitié contre Dieu » et est condamnée à mort.

Who is Ebrahim Raisi, a candidate in Iran presidential election and an executioner in 1988 massacre

Cette accusation criminelle continue d’être utilisée à ce jour pour justifier la peine capitale. La promotion de Raïssi de la tête de la branche judiciaire puis à la tête de la branche exécutive signifie que ces meurtres à motivation politique seront accélérés.

Le taux global d’exécution en Iran a grimpé pendant les plus de deux ans où Raïssi a occupé le poste de chef du pouvoir judiciaire, et il grimpe encore plus rapidement alors que son administration présidentielle prend forme.

Il ne fait guère de doute que cette augmentation globale coïncide avec une augmentation des exécutions de prisonniers politiques, en particulier.

L’Iran a toujours été en tête du classement mondial dans ces deux domaines, en fonction de sa population, et son engagement en faveur d’un recours abusif à la peine de mort a certainement été renforcé par l’inaction des puissances étrangères face aux problèmes de Droits de l’Homme en Iran, notamment le massacre de 1988.

L’année dernière, sept experts des Droits de l’Homme des Nations unies ont publié une lettre ouverte aux autorités du régime des mollahs dans laquelle ils déplorent cette inaction et font remarquer que les Nations unies ont eu l’occasion de demander des comptes pour ces meurtres l’année même où ils se sont produits.

En décembre 1988, une résolution sur le bilan de l’Iran en matière de Droits de l’Homme a mis en évidence la recrudescence des exécutions pour des motifs politiques, mais aucun organe des Nations unies n’y a donné suite.

« L’inaction de ces organes« , écrivent les experts, « a eu un effet dévastateur sur les survivants et les familles, ainsi que sur la situation générale des Droits de l’Homme en Iran. » En d’autres termes, l’inaction a donné à Téhéran un sentiment d’impunité à l’époque, et l’inaction ultérieure n’a fait que renforcer cette impunité.

La présence de Raïssi à l’Assemblée générale des Nations unies sera la plus grande affirmation de cette impunité à ce jour. En lui permettant de s’exprimer, la communauté internationale fermera les yeux sur trois décennies de connaissances accumulées sur le massacre et le rôle de Raïssi dans celui-ci.

Geoffrey Robertson, avocat britannique spécialisé dans les Droits de l’Homme, a déclaré lors de la conférence du CNRI que les nations qui ont ratifié la Convention sur le génocide sont tenues de prendre des mesures contre les personnes impliquées dans un tel crime.

Ils peuvent le faire, a-t-il expliqué, en appliquant le principe de la compétence universelle afin d’arrêter et de poursuivre Raïssi ou tout autre auteur connu dès lors qu’il pose le pied sur le territoire de toute nation engagée dans la défense universelle des Droits de l’Homme.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe