vendredi, juillet 1, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : Les procureurs de la 87ème session du tribunal de Noury...

Iran : Les procureurs de la 87ème session du tribunal de Noury confirment le massacre de 1988

Iran : Les procureurs de la 87ème session du tribunal de Noury confirment le massacre de 1988

Mardi a marqué la 87e session du tribunal d’Hamid Noury. Il a été appréhendé en 2019 en Suède pour son rôle dans le massacre de plus de 30 000 prisonniers politiques en Iran en 1988. Noury travaillait en tant que procureur adjoint de la sinistre prison de Gohardacht. Les victimes étaient pour la plupart des membres et des partisans de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI).

Au cours de la séance de mardi, les procureurs ont présenté l’intégralité de leur acte d’accusation contre l’accusé et ont souligné son rôle dans le génocide de 1988.

Les procureurs ont tout d’abord souligné que Noury a confirmé la semaine dernière, lors du contre-interrogatoire, que malgré son déni initial des exécutions, même si elles ont eu lieu, elles étaient basées sur des sentences émises précédemment. Noury avait cité Ebrahim Raïssi, l’actuel président du régime et un auteur connu du génocide de 1988, reconnaissant que les victimes avaient été condamnées à mort, que la Cour suprême avait confirmé le verdict, mais que l’exécution n’avait pas eu lieu.

Dans leur acte d’accusation, les procureurs suédois ont confirmé que l’Iran est un pays fermé sous le régime des mollahs ; les exécutions de masse ont eu lieu en Iran. « Les déclarations du ministère suédois des Affaires étrangères et les documents des Nations unies et d’Amnesty International confirment notre point de vue selon lequel le peuple iranien n’a aucun droit. Les droits du peuple en Iran sont violés », ont exprimé les procureurs, ajoutant que l’Iran a un « régime islamiste radical ».

Ils ont également souligné que le fondateur du régime, Ruhollah Khomeini, a instauré « une tyrannie », et que sa constitution et son code pénal étaient basés sur la charia, ce qui a fait « reculer la situation de l’Iran et augmenter la pression sur la population. »

Le procureur a également souligné que la théocratie au pouvoir en Iran est une « tyrannie islamiste » et prend toutes les mesures pour exterminer l’opposition. « Nous avons conclu que Hamid Noury parle même aux responsables au tribunal et veut répondre personnellement des trente-trois ans de mensonges », a déclaré le procureur, ajoutant que Noury a commencé à travailler pour le régime de son plein gré, en toute connaissance de cause et avec empressement. « Son utilisation répétée de termes dérogatoires tels que Monafeqin et grouplet [pour désigner l’OMPI] montre son alignement sur le régime et sa reconnaissance du fait qu’il avait vu ces prisonniers politiques [qui ont témoigné contre lui] aggraver la situation. »

Dans la partie la plus importante de leur acte d’accusation, les procureurs ont confirmé l’authenticité de la fatwa de Khomeini, qui a conduit au massacre des membres de l’OMPI. La reconnaissance officielle de cette fatwa, exposée par l’OMPI en 1988, pourrait être décrite comme un point de repère dans le mouvement de recherche de la justice des victimes de 1988.

Les procureurs ont souligné que Khomeini a émis cet ordre de tuer les membres de l’OMPI entre le 26 et le 31 juillet 1988, et que les exécutions étaient légalement « contraignantes ».

« Khomeini considérait les membres de l’OMPI comme des ennemis de l’Islam et a dit qu’ils devaient être tués dès que possible », a déclaré le procureur, citant les rapports d’Amnesty International et de Geoffrey Robertson QC sur le génocide de 1988.

Les procureurs ont également fait référence à une fuite d’un enregistrement audio de Hossein Ali Montazeri, alors héritier de Khomeini. Il a condamné les meurtres lors d’une réunion avec la « commission de la mort » de Téhéran, qui était chargée des exécutions.

Tout en citant les témoignages des survivants du massacre de 1988, les procureurs ont souligné que le massacre « s’est produit il y a trente-trois ans, et nous pensons que les témoignages sont fiables et crédibles ». Ils ont ajouté que, sur la base des preuves et malgré les affirmations flagrantes de l’accusé, ils « pensent que Hamid Noury est Hamid Abbasi ».

Contexte

En 1988, Khomeini a considéré l’OMPI et son interprétation progressiste de l’Islam comme une menace sérieuse pour son règne et son idéologie. Il a donc décidé d’éliminer tous ceux qui ne voulaient pas se soumettre et choisir le destin plutôt que la foi. L’ensemble du régime aurait préféré que ces dizaines de milliers de jeunes se rendent au régime et retournent dans leurs familles avec le message que la dissidence contre Khomeini est futile.

Au contraire, ces hommes et ces femmes se sont tenus debout et ont choisi de mourir pour un idéal qui continuera à inspirer l’amour, l’égalité et la prospérité pour les générations à venir. Les soulèvements d’aujourd’hui en Iran montrent que le message et l’esprit de ceux qui ont été exécutés en 1988 sont toujours vivants et qu’ils ne sont pas morts en vain.

En effet, l’héritier désigné, puis limogé, de Khomeini, feu l’ayatollah Hossein Ali Montazeri, a déclaré aux membres de la Commission de la mort le 14 août 1988 : « Les Moudjahidine du peuple ne sont pas des individus ; ils représentent une idéologie et une vision du monde. Ils ont une logique. Il faut la bonne logique pour répondre à la mauvaise logique. Vous ne pouvez pas rectifier le mal avec des meurtres ; vous ne faites que l’étendre. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe