mercredi, mai 18, 2022
AccueilCommuniqués CNRICommuniqués CNRI :Droits humainsIran : plus de 53.200 décès dus au coronavirus dans 334 villes

Iran : plus de 53.200 décès dus au coronavirus dans 334 villes

 Iradj Harirchi a averti le bureau du gouverneur du Kurdistan que jusqu’à nouvel ordre tout rassemblement de plus de deux personnes augmenteraient le risque de transmission de la maladie. Le pays sera affecté par le Covid-19 jusqu’à l’année prochaine et les décès continueront
 À Kermanchah, le nombre de patients était initialement de 30 personnes par jour, pour passer à 300 ces derniers jours.
 Les couloirs des hôpitaux d’Ahwaz débordent de malades. Le 15 juin, au moins six patients sont décédés avant d’arriver à l’hôpital. Le même jour, dans le seul hôpital Baghaï de cette ville, 20 personnes sont décédées.
 Dans la province de Fars, 550 cas positifs se sont présentés à l’hôpital Ali Asghar lundi, mais ont été envoyés vers les hôpitaux de campagne des pasdarans et de l’armée en raison d’un manque de places. Le nombre de morts à Chiraz ce jour-là était d’au moins 37 personnes. Le nombre de cas positifs était 700 mardi.

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI /MEK) a annoncé dans l’après-midi du 18 juin 2020, que le nombre de décès dus au coronavirus dans 334 villes d’Iran a dépassé les 53.200. Le nombre de décès dans les provinces de Khouzistan est de 4360, d’Ispahan 2975, de Lorestan 1890, d’Azerbaïdjan oriental 1780, de Kermanchah 1399, du Kurdistan 1130, de Kerman 720, de Markazi 630 et de Bouchehr 520.

Concernant le développement catastrophique de l’épidémie dans de très nombreuses provinces, Hassan Rohani a déclaré hier, selon l’agence Fars : « En coopération avec d’autres comités de lutte contre le coronavirus, y compris le Comité social et de sécurité, des plans devraient être élaborés pour lutter contre la maladie dans ces provinces, de sorte que s’il est nécessaire d’imposer des restrictions et des programmes de lutte pour contrôler la maladie dans les provinces en rouge, ils seront examinés et approuvés dans la réunion de samedi. »

Iradj Harirchi, vice-ministre de la Santé, a déclaré aujourd’hui selon le site Hamchahri: « Le pays devrait être affecté par le coronavirus jusqu’à l’année prochaine et les décès continueront (…) Là où le taux d’infection augmente dans certaines villes, nous devrons mettre en place le confinement et imposer des restrictions strictes. Dix provinces du pays sont confrontées à une montée de l’épidémie. »

Dans la province d’Ispahan, les médecins et les sources locales parlent de centaines de décès dus au coronavirus ces cinq derniers jours.

Dans la province de Kermanchah, selon l’agence Irna de ce 18 juin, « le coronavirus se propage actuellement dans les villes frontalières et occidentales du Kermanchah, comme Qasr-e-Chirine, Guilan-e-Gharb et Sarpolzahab Joulan, et met la situation au rouge en raison de l’augmentation des cas positifs et des décès. Au début de l’épidémie dans la province de Kermanchah, le nombre de cas positifs était de 30 par jour, mais il est passé à 300 ces derniers jours. »

Le vice-gouverneur de l’Azerbaïdjan oriental, a déclaré à l’agence Irna aujourd’hui : « Par rapport aux trois dernières semaines, nous traversons une situation très différente et dangereuse dans la province (…) En raison de l’augmentation des cas positifs et des décès causés par le coronavirus dans la province, les restrictions seront à nouveau appliquées. »

Selon des rapports de médecins de Fars, pour la seule journée du 15 juin, 550 cas positifs se sont présentés à l’hôpital Ali-Asghar de Chiraz et en raison du manque de place, ils ont été dirigés vers les hôpitaux de campagne des pasdarans et de l’armée. Le nombre des cas positifs le lundi 16 juin est monté à 700, le nombre de décès à Chiraz le mardi 15 juin était au moins de 37. Le président de la faculté des sciences médicales de Chiraz, cité hier par l’agence Irna, a indiqué que « l’augmentation sans précédent des cas positifs dans la province de Fars (…) tire la sonnette d’alarme (…) le nombre de contaminations ces dernières 24 heures est sans précédent depuis le début de l’épidémie. »

Au Kurdistan, Iradj Harirchi, vice-ministre de la Santé a averti que jusqu’à nouvel ordre tout rassemblement de plus de deux personnes augmenteraient le risque de transmission de la maladie. Il a ajouté hier, selon le site Javan, organe des pasdarans, que « le Kurdistan fait partie des dix provinces touchées par une montée des contaminations, des hospitalisations et malheureusement des décès (…) Trois grands hôpitaux de Sanandaj, d’une capacité d’environ 520 lits, ont été affectés à ce problème et maintenant malheureusement une partie importante de ces lits est occupée. » Le même jour, le président de la faculté des sciences médicales du Kurdistan a indiqué au site Javan que « notre principale préoccupation est que le nombre de patients dépasse la capacité des infirmières et des médecins. »

Selon l’agence Irna, le vice-président de la faculté des sciences médicales de Birjand dans la province de Khorassan du sud a déclaré hier : « ces deux dernières semaines les cas positifs ont régulièrement augmenté. Nous constatons également une augmentation des hospitalisations pour maladies respiratoires et un grand nombre de patients sont actuellement hospitalisés dans les sections affectées à l’épidémie de coronavirus. »

Dans la province de Yazd, le vice-président de la faculté des sciences médicales a déclaré à l’agence de presse de la radiotélévision hier que « le nombre d’hospitalisations de cas positifs a doublé par rapport à il y a deux semaines ».

Le président de la faculté des sciences médicales de Hormozgan, cité aujourd’hui par l’agence Irna, a annoncé que « ces 10 derniers jours, le nombre de patients a augmenté (…) Nous devons avoir à l’esprit que toute la ville est contaminée. » Les banques « le 18 juin seront fermées en raison de l’ampleur de l’épidémie de coronavirus dans la province. L’épidémie a jusqu’à présent emporté plusieurs employés de banque. Le Hormozgan a été mis à l’arrêt pendant trois jours à partir du 16 juin et les villages de cette province ont été mis en confinement pour deux semaines. » (Agence Fars, 18 juin.)

Le site Javan a écrit hier que selon des témoins oculaires même les couloirs des hôpitaux d’Ahwaz dans le Khouzistan débordent de malades. Le 15 juin à Ahwaz, au moins six patients sont morts avant d’arriver à l’hôpital. Aujourd’hui, dans le seul hôpital Baghaï de cette ville, 20 personnes sont décédées. » Le site Javan écrivait hier que « le président de la faculté des sciences médicales de Jondichapour à Ahwaz, a annoncé dans une conférence de presse le nombre de cas positifs dans la province de Khouzistan depuis le début de l’épidémie qui se monte avec les derniers chiffres à plus de 30.000 personnes. Mais (…) au bout de quelques minutes, il a démenti le chiffre des contaminations et a ordonné de faire sortir les journalistes et cameramen pour continuer la réunion à huis-clos. Certains sur Internet, ont porté officieusement le nombre de cas positifs au Khouzistan ces dernières 24 heures à 1200 personnes. »

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 18 juin 2020

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe