jeudi, août 6, 2020
Accueil Communiqués CNRI Communiqués CNRI :Droits humains Iran : plus de 63.700 décès dus au coronavirus dans 341 villes...

Iran : plus de 63.700 décès dus au coronavirus dans 341 villes – Mis à jour AU 1er juillet 2020, 18H00


• 4650 nouveaux cas et 499 décès du samedi au lundi dans la province de Khorassan-Razavi.

• 2700 nouveaux cas et 190 décès du samedi au mardi dans la province de Khorassan du nord.

• Le ministère de la Santé annonce des restrictions sanitaires dans onze provinces : Khouzistan, Sistan-Baloutchistan, Hormozgan, Bouchehr, Fars, Azerbaïdjan oriental, Azerbaïdjan occidental, Khorassan-Razavi, Kerman, Téhéran et Alborz.

• L’hôpital Massih-Danechvari de Téhéran manque de lits et se déclare incapable d’accepter de nouveaux malades. Téhéran est dans le rouge.

• Le N°2 du centre national de lutte contre le coronavirus à Téhéran : le personnel soignant est épuisé. A ce rythme, la capacité du personnel de santé s’affaiblit considérablement. La poursuite de cette tendance va entrainer une très forte augmentation de la mortalité.

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK) a annoncé dans l’après-midi du 1er juillet 2020, que le nombre de décès dus au coronavirus dans 341 villes d’Iran est de plus de 63.700. Le nombre de morts dans les provinces de Khouzistan est de 4870, de Khorassan-Razavi 3900, d’Ispahan 3205, de Sistan-Baloutchistan 2055, de Golestan 1610, de Kermanchah 1590, de Fars 1340, de Kerman 805, de Khorassan du nord 695 et de Bouchehr 620.

La porte-parole du ministère de la Santé a déclaré que 141 personnes avaient perdu la vie ces dernières 24 heures, avant d’ajouter que « dans la province de Téhéran une hausse notable des hospitalisations a été rapportée » (Agence Irna 1er juillet). Iradj Harirchi, vice-ministre de la santé a annoncé aujourd’hui des restrictions sanitaires en raison du coronavirus dans les provinces de Khouzistan, Sistan-Baloutchistan, Hormozgan, Bouchehr, Fars, Azerbaïdjan oriental, Azerbaïdjan occidental, Khorassan-Razavi, Kerman, Téhéran et Alborz. « Le Khouzistan compte pour un tiers des hospitalisations et des décès », a-t-il expliqué à l’agence Mehr aujourd’hui. Pour sa part le gouverneur de Téhéran a annoncé à l’agence Isna aujourd’hui qu’il avait proposé un plan d’arrêt de la circulation. Le chef de service des maladies infectieuses de l’hôpital Massih Danechvar s’est alarmé hier : « le nombre de malades hospitalisés est supérieur à ceux qui sortent (…) ce manque de lits fait que nous ne pouvons malheureusement pas accueillir un certain nombre de malades. De notre point de vue, Téhéran est dans le rouge. » (Site Hamchahri, 30 juin)

Le N°2 du centre national de lutte contre le coronavirus (CNLC) à Téhéran a déclaré : « le personnel soignant est épuisé. A ce rythme, la capacité du personnel de santé à gérer la maladie s’affaiblit considérablement. La poursuite de cette tendance va entrainer une très forte augmentation de la mortalité des malades du coronavirus dans l’ensemble du pays (…) La capacité est réduite et bientôt nous serons confrontés à une occupation totale des unités de soins intensifs. » (Agence Isna 30 juin)

Dans la province de Khorassan-Razavi, selon des rapports hospitaliers, du 27 au 29 juin à Machad, 1900 nous cas positifs et 220 décès ont été répertoriés, à Nichapour 1100 nouveaux cas positifs et 97 décès, à Sabzevar 1200 nouveaux cas positifs et 143 décès, et à Qouchan 450 nouveaux cas positifs et 39 décès.

Dans la province de Khorassan du nord, pour les seules villes de Boroujerd et de Chirvan, du 27 au 30 juin, 2700 nouveaux cas positifs et au moins 190 décès ont été enregistrés, ce qui est très élevé par rapport à la population de la province.

Dans la province de Khorassan du Sud, le directeur du groupe des maladies infectieuses de la faculté des sciences médicales de Birjand a déclaré : « Le nombre de cas positifs dans la province a décuplé (…) actuellement tous les lits sont occupés. Auparavant nous avions 4 à 5 hospitalisations par jour mais maintenant c’est 45 à 50 (…) Le nombre de morts du virus devrait atteindre 90 000 en octobre de cette année. » (Site Hamshahri, 30 juin)

En Azerbaïdjan occidental, le gouverneur a indiqué que « onze villes de la province, Oroumieh, Khoy, Mahabad, Boukan, Miandoab, Sardast, Salmas, Oshnaviyeh, Takab, Piranshahr et Naqadeh sont dans le rouge. » (Agence Irna 1er juillet). Le président de la faculté des sciences médicales a déclaré : « Si le nombre de cas positifs augmente, nous devrons créer des hôpitaux de campagne dans la province. » (Agence Isna, 1er juillet)

Dans la province de Hormozgan, le gouverneur a annoncé « la mise en place de nouvelles restrictions et d’interdictions sanitaires dans sept villes en rouge de la province à compter de ce vendredi ». (Site Hamshahri, 1er juillet)

La province d’Ardebil « est confrontée à une hausse des cas positifs et a rouvert deux centres d’hospitalisation pour accueillir de nouveaux malades ». Le président de la faculté des sciences médicales de la province a déclaré : « le nombre d’hospitalisés dans les services affectés au coronavirus dans la province qui dans certains cas était sous la centaine, a augmenté ces dernières semaines pour arriver à 143. L’épidémie durera deux ans. » (Agence Irna, 1er juillet).

Dans la province de Khouzistan, le député de Chadegan au Majlis a dit : « les responsables gouvernementaux n’ont pas pris dès le départ de décision ferme, unifiée et globale pour contrôler le coronavirus, une décision ciblée qui aurait mené au résultat souhaité (…) Maintenant il est trop tard parce que nous avons perdu un grand nombre de nos concitoyens emportés par l’épidémie, et des dépenses importantes ont été imposées au pays (…) Il a demandé qu’un état d’urgence soit déclaré et que des restrictions plus sévères soient appliquées au Khouzistan. » (Site Icana du Majlis) Le chef du centre d’hygiène de la province a expliqué : « Les consultations dans les hôpitaux bien au-delà de leur capacité compromettent la résilience de notre système de santé et si cela continue l’épuisement du personnel médical portera tort aux malades ; le manque de lits dans les hôpitaux et dans les unités de soins intensifs aggrave le danger d’une hausse de la mortalité. » (Chaine de la télévision régionale, 30 juin)

Dans la province de Zanjan, le président de la faculté des sciences médicales a déclaré : « ces deux derniers jours, il y a eu plus de 500 hospitalisations dans la province, soit trois fois plus que par le passé et aujourd’hui il est possible que ce soit quatre fois plus (…) tous les lits d’hôpitaux de la province sont occupés, la moitié par des malades du coronavirus (…) les services médicaux de la province manquent de personnel. » (Site Rouz-e-no, 30 juin)

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 1 er juillet 2020

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe