dimanche, décembre 5, 2021
AccueilActualitésActualités: Droits humainsJournée mondiale contre la peine de mort et la situation en Iran

Journée mondiale contre la peine de mort et la situation en Iran

Manifestations d'Iraniens, de militants de l’OMPI à Stockholm, Amsterdam, Paris, Bruxelles, Rome, Washington DC, Los Angeles, Toronto et Londres, à la veille de la Journée mondiale contre la peine de mort - 8 octobre 2021
Manifestations d’Iraniens, de militants de l’OMPI à Stockholm, Amsterdam, Paris, Bruxelles, Rome, Washington DC, Los Angeles, Toronto et Londres, à la veille de la Journée mondiale contre la peine de mort – 8 octobre 2021

Le 10 octobre a marqué la Journée mondiale contre la peine de mort. Alors que de nombreux pays ont aboli cette peine cruelle ou sont sur le point de le faire, l’Iran, sous le régime des mollahs, détient le record mondial d’exécutions par habitant. La peine de mort est une violation des articles 3 et 5 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, qui souligne le droit à la vie de tout être humain.

Depuis que les mollahs ont pris le pouvoir en Iran, ils ont commencé à violer systématiquement les Droits de l’Homme. Des milliers d’Iraniens ont été exécutés au cours des quatre dernières décennies. Le régime iranien a utilisé les exécutions comme une méthode pour intimider la population et empêcher les soulèvements populaires.

Selon des sources indépendantes comme Iran Human Rights Monitor (Iran-HRM), 255 personnes ont été exécutées en 2020. En 2021, il y a eu jusqu’à présent 267 exécutions. Si le nombre réel d’exécutions en Iran est beaucoup plus élevé en raison du secret du régime, la tendance à la hausse des exécutions en Iran en 2021 laisse présager une tragédie.

Cette tendance à la hausse des exécutions a été prédite dès qu’Ebrahim Raïssi s’est présenté à la présidence en tant que candidat favori du Guide Suprême. Le simulacre d’élection présidentielle du régime en 2021 s’est soldé par la victoire de Raïssi en juin 2021. Raïssi est connu pour son rôle en tant que membre de la « Commission de la mort » de Téhéran, qui a décidé du sort de milliers de prisonniers politiques lors du massacre de 1988. Au cours de ce massacre, plus de 30 000 prisonniers politiques, pour la plupart des membres et des sympathisants de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI).

Dans un message à cette occasion, Mme Maryam Radjavi, présidente élue du CNRI, a déclaré : « Cette année, la Journée mondiale contre la peine de mort a été consacrée aux femmes, ce qui est une cause supplémentaire de condamnation et d’expression de l’aversion envers le régime misogyne, plus que tout autre régime. La théocratie au pouvoir en Iran procède au plus grand nombre d’exécutions de femmes dans le monde moderne ».

« Le peuple iranien exige que Khamenei, Raïssi, [le chef du pouvoir judiciaire du régime, Gholam-Hossein] Eje’i, et les autres sbires responsables des massacres et des meurtres en Iran soient poursuivis à l’échelle internationale. »

Lorsque Raïssi a été choisi comme nouveau président du régime, la secrétaire générale d’Amnesty International, Agnès Callamard, a déclaré : « Le fait qu’Ebrahim Raïssi se soit hissé à la présidence au lieu de faire l’objet d’une enquête pour les crimes contre l’humanité que sont les meurtres, les disparitions forcées et la torture, nous rappelle de manière sinistre que l’impunité règne en maître en Iran. »

L’impunité systématique en Iran soulignée par Mme Callamard avait déjà été mise en évidence par sept experts des Nations unies dans une lettre publiée en décembre. Tout en soulignant que le massacre de 1988 peut être assimilé à des « crimes contre l’humanité », la lettre des experts de l’ONU met en évidence « l’impunité systémique dont jouissent ceux qui ont ordonné et exécuté les exécutions extrajudiciaires et les disparitions forcées ».

L’impunité systématique dont jouissent les auteurs de violations des Droits de l’Homme et de crimes contre l’humanité en Iran a été alimentée par l’inaction de la communauté internationale face à des crimes de grande ampleur comme le massacre de 1988 ou aux violations quotidiennes des Droits de l’Homme en Iran.

La lettre des experts de l’ONU souligne que l’incapacité de la communauté internationale à « agir » concernant le massacre de 1988 « a eu un impact dévastateur sur les survivants et les familles ainsi que sur la situation générale des droits de l’homme en Iran et a enhardi Téhéran à continuer à dissimuler le sort des victimes et à maintenir une stratégie de déviation et de déni qui se poursuit à ce jour ».

VIDEO: The untold story of the 1988 Massacre in Iran

L’ascension d’Ebrahim Raïssi et la tendance croissante des exécutions en Iran pourraient être décrites comme faisant partie de l’impact dévastateur de l’échec de la communauté internationale à tenir le régime des mollahs pour responsable. La communauté internationale, principalement les puissances européennes, reconnaissent malheureusement cette impunité systématique en Iran en engageant un dialogue avec le régime des mollahs. L’Union européenne est allée jusqu’à envoyer un politicien de haut rang pour assister à l’investiture de Raïssi le 5 août.

Ainsi, l’UE a formellement accepté qu’un meurtrier de masse devienne président de l’Iran. Ces actions sont en contradiction avec les valeurs et les principes des Droits de l’Homme chers à l’Union européenne.

Dans une déclaration commune à la veille de la Journée mondiale contre la peine de mort, « l’Union européenne et le Conseil de l’Europe réaffirment leur ferme opposition à la peine capitale en tout temps et en toutes circonstances ».

Ils ont souligné que « cette année, la Journée mondiale est consacrée aux femmes », et pourtant, l’UE s’engage avec enthousiasme dans des négociations avec un régime qui compte le plus grand nombre de femmes exécutées au monde.

Alors que l’on pourrait soutenir que l’UE se concentre sur la relance de l’accord nucléaire iranien de 2015 et sur la lutte contre la course de Téhéran vers la bombe atomique, il convient de rappeler qu’accorder au régime l’impunité pour les violations des Droits de l’Homme revient à lui envoyer un message de faiblesse.

Les efforts de l’UE pour relancer l’accord très imparfait qui, comme le confirme le rétablissement rapide par le régime de ce qu’il avait arrêté selon l’accord, n’a fait qu’encourager le régime à poursuivre ses provocations sans faire face à de graves conséquences.

Engager le dialogue avec le régime, offrir des mesures incitatives et fermer les yeux sur ses violations des Droits de l’Homme ne ferait que rendre l’impunité et encourager le gouvernement voyou de l’Iran. L’UE et l’ensemble de la communauté internationale doivent tenir l’Iran pour responsable des violations des Droits de l’Homme. Elles devraient rompre tous les liens avec le régime et conditionner la poursuite des négociations à l’arrêt des exécutions en Iran.

Les pays de l’UE devraient honorer leurs principes en matière de Droits de l’Homme et prendre la tête d’un effort international visant à tenir Raïssi et les autres autorités du régime criminel pour responsables de leur rôle dans les violations des Droits de l’Homme. Ces mesures enverraient certainement un message de force au régime, le forçant ainsi à limiter ou à abandonner ses activités malveillantes.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe