lundi, janvier 17, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsL'ONU est invitée à mettre fin au massacre secret de manifestants détenus...

L’ONU est invitée à mettre fin au massacre secret de manifestants détenus en Iran

L'ONU est invitée à mettre fin au massacre secret de manifestants détenus en Iran

Par Sedighe Shahrokhi

En marge de la 44e session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève, qui se tient du 24 février au 20 mars, cinq ONG dotées du statut consultatif auprès de l’ONU ont soumis une déclaration conjointe, qui a été distribuée aux États membres de l’ONU.

Nonviolent Radical Party, Transnational and Transparty, organisation non gouvernementale dotée du statut consultatif général, Women’s Human Rights International Association, Edmund Rice International Limited, organisations non gouvernementales dotées du statut consultatif spécial, International Educational Development, Inc., International Society for Human Rights , organisations non gouvernementales figurant sur la liste, ont soumis la déclaration écrite conjointe.

 Dans cette déclaration, plusieurs questions ont été soulevées, notamment les manifestations à l’échelle nationale contre l’Iran et la répression meurtrière du régime, le massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988, principalement des membres et des partisans de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI, Moudjahidine-e Khalq ou MEK). et la violation continue des droits de l’homme dans les prisons iraniennes par le régime des mollahs. Les ONG ont exhorté l’ONU à prendre des mesures pratiques, telles que le déploiement d’une mission d’enquête en Iran pour empêcher de nouvelles violations des droits de l’homme. 

Le texte suivant est un extrait de ce document. Voir le texte complet ici

Des milliers de manifestants détenus en République islamique d’Iran risquent un massacre secret 

Des milliers de personnes qui ont participé aux récentes manifestations antigouvernementales en République islamique d’Iran risquent sérieusement d’être exécutées en secret ou torturées à mort dans les prisons du pays. 

Depuis le début des manifestations en novembre 2019, les autorités ont mené la répression la plus sanglante contre les manifestants depuis la révolution islamique de 1979. 

Les informations suggèrent que les détenus sont torturés ou subissent d’autres formes de mauvais traitements, parfois pour leur extorquer des aveux forcés. Certains se seraient également vu refuser des soins médicaux, notamment pour des blessures causées par le recours excessif à la force par les forces de sécurité, et seraient détenus dans des centres de détention surpeuplés. Certains sont détenus au secret ou font l’objet de disparitions forcées. 

Reconnaissance internationale du massacre de 1988 

En décembre 2018, Amnesty International a publié un rapport de 201 pages intitulé «Des secrets imprégnés de sang: pourquoi les massacres de 1988 en Iran sont des crimes contre l’humanité» 10, appelant l’ONU à ouvrir une enquête indépendante pour aider à traduire en justice les responsables de ces crimes odieux. Justice. 

Le temps d’une action internationale 

Au nom de nos ONG respectives, nous appelons le Conseil des droits de l’homme à prendre des mesures urgentes pour mettre fin à l’impunité dont jouissent les responsables iraniens et empêcher le massacre des manifestants détenus. Les dirigeants du gouvernement iranien doivent être traduits en justice pour avoir commis des crimes contre l’humanité lors de la répression et des effusions de sang massives de ces derniers mois. 

L’ONU doit immédiatement envoyer des missions d’enquête pour enquêter sur les cas de personnes tuées ou emprisonnées depuis les manifestations de novembre. 

En outre, nous pensons que tant que la communauté internationale ne tiendra pas pour responsables les auteurs du massacre de 1988, les autorités iraniennes continueront d’être encouragées à réprimer en toute impunité les manifestants actuels. Les responsables iraniens interprètent le silence et l’inaction de la communauté internationale comme un feu vert pour continuer et intensifier leurs crimes. 

Nous demandons donc au Conseil des droits de l’homme de créer une commission d’enquête sur le massacre de 1988 et de rendre justice aux victimes de ce crime contre l’humanité. 

Nous exhortons la Haut-Commissaire Michelle Bachelet à soutenir le lancement de missions indépendantes d’enquête sur le massacre de 1988 et le récent massacre de manifestants antigouvernementaux. 

En outre, nous appelons les procédures spéciales des Nations Unies, en particulier le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme en République islamique d’Iran, Javaid Rehman, et le Rapporteur spécial sur la promotion de la vérité, Fabian Salvioli, à enquêter sur le massacre de l’Iran en 1988 une partie de leur mandat.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe