mardi, octobre 26, 2021
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLa crise du coronavirus en Iran et l’inaction du régime

La crise du coronavirus en Iran et l’inaction du régime

La crise du coronavirus en Iran et l’inaction du régime

par Mansoureh Galestan

Lundi, Ahmad Amir Abadi Farahani, membre du parlement du régime de la ville de Qom, où le coronavirus a été détecté pour la première fois, a révélé que 50 personnes à Qom étaient mortes au cours des deux dernières semaines en raison du COVID -19.

Depuis la propagation de ce virus mortel, les responsables du régime iranien, au lieu de prendre les mesures nécessaires, se sont précipités pour minimiser le danger.

Le même jour, Ali Rabiei, porte-parole du gouvernement de Hassan Rouhani, et le vice-ministre de la Santé Iraj Harirchi ont tenu une conférence de presse conjointe au cours de laquelle ils ont tenté de minorer la crise.

« Je nie cette affirmation », a déclaré Harirchi interrogé sur les 50 morts à Qom. «Selon les directives du gouvernement et du Conseil de sécurité [suprême national], personne d’autre n’est qualifié pour déclarer une telle information. Nous avons l’information. « 

Harirchi a en outre ajouté que toute personne disposant d’informations à ce sujet devrait contacter le gouvernement par des canaux privés. « Si le nombre de morts à Qom est la moitié, voire le quart de ce chiffre, je démissionnerai », a-t-il déclaré.

Harirchi a également tenté de justifier les lacunes du gouvernement dans la fourniture d’équipements de sécurité et de protection au public. « Nous avons dit clairement que les gens ordinaires n’ont pas besoin de masques faciaux », a-t-il déclaré.

Interrogé sur la raison des taux élevés de victimes en Iran par rapport à d’autres pays, Harirchi a répondu: « D’autres pays ont une politique de dissimulation et de déni ». Il est intéressant de noter que les premiers signes du coronavirus avaient été observés en Iran quelques semaines plus tôt, mais les propres responsables du régime ont admis qu’en raison des élections, ils s’étaient abstenus de les rendre publics.

À cela, Rabiei a ajouté: «En tant que porte-parole du gouvernement, je peux vous dire que de nombreux pays n’ont pas la transparence que nous avons. Nous avons agi de manière très transparente à cet égard. »

Ces réactions sont en effet dues à la nature irresponsable du régime intégriste. Il existe d’autres raisons pour lesquelles le régime a tenté de minimiser la crise. Le chef suprême Ali Khamenei est terrifié par un autre soulèvement populaire comme les manifestations de novembre qui ont ébranlé les fondements du régime. Par ailleurs, le régime tenait ses élections législatives. Craignant un faible taux de participation aux élections et le boycott de la population, ce qui s’est produit, les autorités ont tenté de minimiser la crise des coronavirus.

À la suite de la défaite écrasante du régime lors de ses élections parlementaires simulées, Khamenei a déclaré: «Une campagne collective a été lancée contre la participation du peuple aux élections. Sur les réseaux sociaux, diverses entités ont utilisé tous les facteurs possibles… Depuis deux mois ils disent que ce n’est pas une vraie élection, le Counseil des Gardiens a fait ceci ou cela… Et cette dernière maladie (COVID- 19) est devenu une excuse. En d’autres termes, ils n’ont pas manqué la moindre occasion. »

Les rapports obtenus par le réseau de l’Organisation des Moudjahidine du peuple (OMPI) ont mis en lumière le déni délibéré du régime sur les dimensions de la crise de coronavirus.

Un journaliste du site Internet de l’OMPI de Qom a déclaré: «Plus de 50 personnes sont mortes. Ils enterrent les corps et ne les donnent pas à leurs familles. Une dame de 30 ans a été emmenée à l’hôpital. Ils l’ont libérée en disant qu’elle allait bien. Elle est décédée alors qu’elle était emmenée dans un autre hôpital. »

Des rapports locaux en provenance d’Iran confirment la propagation à l’échelle nationale du coronavirus. Un rapport d’Arak, dans le centre de l’Iran, se lit comme suit: «Aujourd’hui, j’ai posé des questions sur l’une de mes connaissances à l’hôpital Amir Kabir. Ils ont dit que les patients (coronavirus) sont conduits aux hôpitaux de Khansari et Amir al-Momenin. Le ministère des Renseignements met beaucoup de pression sur le personnel hospitalier pour empêcher la diffusion de nouvelles. Ils ne permettent pas au personnel de porter des masques N95, et ils sont uniquement autorisés à utiliser des masques chirurgicaux normaux. « 

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), tout en soulignant que le régime des mollahs continuait de se livrer à une dissimulation criminelle et à des mensonges systématiques sur la propagation du COVID. 19, a déclaré: « L’intervention de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’envoi de ses équipes médicales de supervision et d’urgence en Iran sont à la fois urgents et nécessaires. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe