mardi, novembre 30, 2021
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLa diffusion d’aveux forcés à la télévision et les violations systématiques des...

La diffusion d’aveux forcés à la télévision et les violations systématiques des droits humains en Iran

À la suite d’une campagne internationale pour arrêter l’exécution de Navid Afkari, un manifestant arrêté en 2018, le régime iranien a diffusé ses aveux forcés lundi.

La diffusion d’aveux forcés à la télévision montre l’intention des mollahs d’exécuter Navid, un signe des violations systématiques des droits de l’homme par les mollahs.

Navid Afkari Sangari, 27 ans, est un champion de lutte. Il a été arrêté en 2018, avec ses deux frères. Après des mois de tortures horribles et des « aveux télévisés », Navid a été condamné à deux peines d’exécution.

Dans une lettre qu’il a transmis secrètement de la prison, Navid a écrit: «Pendant environ 50 jours, j’ai dû endurer les plus horribles tortures physiques et psychologiques. Ils me battaient avec des bâtons et des matraques, me frappant les bras, les jambes, l’abdomen et le dos. Ils mettaient un sac en plastique sur ma tête et me torturaient jusqu’à ce que je suffoque au bord de la mort. Ils ont également versé de l’alcool dans mon nez.

Le régime iranien a exécuté le 5 août Mostafa Salehi, un manifestant arrêté en 2018 dans la ville d’Ispahan. Mostafa a été soumis à des tortures pour avouer avoir tué un membre des forces de sécurité. Une source proche de la famille de Mostafa Salehi a déclaré: «La main et les deux jambes de Mostafa avaient été cassées lors des interrogatoires. Les agents ont également utilisé des aiguilles pour percer sous ses ongles. Les tortures étaient si graves que son cou et sa moelle épinière ont été blessés.

La justice des mollahs admet l’arrestation d’Amir Hossein Moradi et d’Ali Younesi, étudiants d’élite de l’Université de technologie Sharif.
Al Younesi-Amirhossein Moradi

En outre, deux prisonniers politiques, Ali Younesi et Amir Hossain Moradi, deux étudiants d’élite arrêtés en avril, sont désormais sous pression pour faire des aveux forcés à la télévision. À cet égard, la sœur d’Ali Younesi a écrit samedi sur Twitter: «Le 2 septembre mon frère Ali Younesi a reçu l’ordre d’accepter les charges retenues contre lui dans une confession télévisée, auquel cas il sera condamné à perpétuité au lieu de la peine de mort. Après cinq mois de détention, d’isolement cellulaire et d’interrogatoire, ils insistent pour une interview télévisée et le menacent depuis trois semaines.

Le régime iranien a recours à la torture et aux mauvais traitements systématiques depuis quatre décennies contre les prisonniers politiques.

Amnesty International a publié un rapport choquant, «Trampled Humanity», le 2 septembre, confirmant le recours par le régime à de graves tortures, en particulier contre les personnes détenues lors de deux manifestations nationales en Iran en 2018 et novembre 2019.

Selon ce rapport, le régime iranien a eu recours à «des tortures généralisées, notamment des passages à tabac, des flagellations, des décharges électriques, des positions de stress, des simulacres d’exécutions, des waterboarding, des violences sexuelles, l’administration forcée de substances chimiques et la privation de soins médicaux» pour faire pression sur des milliers de manifestants arrêtés lors du soulèvement de novembre 2019.

Les grandes manifestations de novembre 2019 en Iran ont ébranlé la fondation du régime iranien. Le guide suprême du régime, Ali Khamenei, a ordonné à ses forces de «faire tout ce qu’elles pouvaient» et d’opprimer les manifestants. Plus de 1500 manifestants ont été tués et des milliers ont été arrêtés.

Dans une tentative désespérée de réprimer la société iranienne réticente, le régime a intensifié ses mesures d’oppression. Ayant échoué dans l’exécution de trois manifestants, à la suite d’une campagne internationale massive sur les réseaux sociaux, les mollahs tentent désormais d’utiliser les exécutions comme une démonstration de force.

À cet égard, le quotidien national Mostaghel a écrit mercredi : «La sympathie de la société avec les personnes exécutées et leur sentiment de compassion sont des signes de l’élargissement du fossé qui sépare la société et le gouvernement. Plus le gouvernement procède froidement aux exécutions, plus la société considère ces exécutions comme violentes et les proteste. »

L’échec de la communauté internationale à tenir le régime iranien responsable de ses crimes passés a encouragé les mollahs à tuer et à opprimer toute voix dissidente. Un exemple clair est le massacre de prisonniers politiques en 1988, un crime qui est resté impuni depuis 32 ans. Plus de 30 000 prisonniers politiques, pour la plupart des membres et sympathisants de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK), ont été exécutés en quelques mois. Ces exécutions ont eu lieu à la suite de procès brefs et inéquitables menés par des soi-disant «commissions de mort».

Les auteurs de ces crimes occupent encore des postes de responsabilité dans le régime. Parmi eux figurent Ebrahim Raisi, chef du pouvoir judiciaire du régime, et Alireza Avaei, actuel ministre de la Justice.

Le récent rapport d’Amnesty International et la présence de deux criminels au plus haut niveau juridique et judiciaire montrent que le régime n’a jamais changé de cap en ce qui concerne les violations des droits humains. À cet égard, la communauté internationale a la responsabilité de tenir les mollahs responsables de leurs crimes passés et actuels.

Comme la Résistance iranienne l’a répété à plusieurs reprises, le Conseil de sécurité des Nations Unies et ses États membres, le Secrétaire général, le Haut-Commissaire aux droits de l’homme et le Conseil des droits de l’homme, ainsi que l’Union européenne, doivent condamner la torture et les crimes perpétrés contre l’humanité en Iran. Ils doivent prendre des mesures urgentes pour obtenir la libération des manifestants détenus et des prisonniers politiques et envoyer une commission d’enquête internationale pour visiter les prisons du régime tortionnaire.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe