mardi, juillet 7, 2020
Accueil Actualités Actualités: Droits humains La loi martiale en Iran sous le prétexte du coronavirus

La loi martiale en Iran sous le prétexte du coronavirus

La loi martiale en Iran sous le prétexte du coronavirus

Par Shahriar Kia

Alors que le coronavirus continue de faire de nouvelles victimes en Iran, le régime iranien, au lieu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la population, a déclaré une loi martiale non officielle dans tout l’Iran.

Les autorités ont déployé des troupes militaires dans différentes régions de l’Iran pour contrer d’éventuelle explosion de colère populaire face à l’inaction du régime qui a permis la propagation de l’épidémie de coronavirus qui a coûté jusqu’à présent la vie à plus de 5500 personnes.

Le général Gholamreza Jalali, chef de l’Organisation de défense passive du régime, a déclaré dimanche: “Au-delà des menaces extérieures, les menaces intérieures, telles que les émeutes, les révoltes, les coups d’État, les famines et les pandémies peuvent également mettre en danger la sécurité et la stabilité d’un État, provoquant son désintégration.”

Terrifié par les conséquences du scandale public résultant de la manière dont le régime a géré la crise, le régime utilise l’épidémie de coronavirus pour imposer une loi martiale non officielle. Mardi soir, les Iraniens célébreront Charshanbe Suri, fête du feu célébrée avant Nowruz (le nouvel an iranien). Habituellement, les gens profitent de cette occasion pour organiser des manifestations contre le régime en utilisant des feux d’artifice et des pétards pour affronter les forces répressives.

À la suite des événements récents survenus en Iran, notamment les manifestations de novembre qui ont fait plus de 1 500 martyrs, et le boycott général des élections législatives, le scandale de la chute de l’avion ukrainien par les pasdaran et l’isolement international sans précédent du régime, ce dernier est gravement fragilisé et craint un autre le soulèvement populaire qui mettrait cette fois fin à son sinistrte règne. En effet, le régime est plus terrifié par la colère populaire que le coronavirus et ses impacts sur le peuple iranien.

Des informations de l’OMPI indiqent que la 16e division blindée de Qazvin a été envoyée dans la province de Gilan, dans le nord de l’Iran, où plus de 657 personnes ont perdu la vie en raison de l’épidémie de coronavirus et de l’inaction et de la dissimulation du régime, ce qui a provoqué l’indignation sociale.

En outre, Ali Khamenei a nommé Mohammad Bagheri, chef de l’état-major des forces armées à la tête du «centre de commandement sanitaire» pour contrer le Coronavirus. Pourtant, le véritable objectif du régime est d’empêcher les manifestations populaires.

Le 13 mars, après la première réunion, Bagheri a dévoilé les intentions répressives de Khamenei : “Notre mission est l’application de la loi et de la sécurité. Ainsi, avec le ministère de l’Intérieur et les gouverneurs, nous commencerons à évacuer les rues et les routes … cela sera organisé dans le prochain 24 heures.”

Honte à vous mollahs malfaiteurs qui avez fait pire que ce qu’a fait le Corona ou le choléra et la peste avec ce pays et son peuple. Mais la parole du peuple iranien et ses avant-gardes est que ni les souffrances, ni les pendaisons, ni les pelotons d’exécutions et les rafales qui feront arrêtés notre cœur, ne nous feront obstacles pour résilier, reprendre le combat et nous soulever une énième fois. Comme l’avait dit Massoud Radjavi, le mot du salut du peuple opprimé, c’est se rebeller contre ce « Virus » du Guide suprême. Pour la victoire, il faut s’insurger et multiplier les combats.

L’Iran est un cri enflammé. Que le Monde l’observe et entende la voix du peuple iranien qui ne veut ni le Corona, ni les mollahs. Que les quartiers et les rues soient pleines de cris et de chants de liberté.

Formez rapidement les conseils de résistance populaire dans chaque quartier, villes et villages.

Les conseils populaires doivent prendre en mains les services de soins et les moyens dans chaque quartier et répondre aux besoins de la population.

Les équipements médicaux devraient être retirés des mains du régime et mise à la disposition de la population. Les hôpitaux des Gardiens de la révolution et les centres médicaux des représentants du Guide suprême qui disposent des meilleurs moyens et équipements médicaux, soient ouverts pour tous les malades et accessible pour l’ensemble de la population.

Oui, par le soulèvement et le combat, le régime criminel de la dictature religieuse s’effondrera et l’hiver sombre et glacial des mollahs laissera sa place au grand printemps de liberté.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe