mercredi, mai 18, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLa persécution des chrétiens iraniens s'est accélérée en 2021

La persécution des chrétiens iraniens s’est accélérée en 2021

La persécution des chrétiens iraniens s'est accélérée en 2021

Open Doors, une organisation non gouvernementale de défense des communautés chrétiennes à travers le monde, produit un classement annuel des pays en fonction du danger qu’ils représentent pour les chrétiens qui y vivent. Sans surprise, l’Iran dirigé par le régime des mollahs se classe constamment parmi les plus dangereux – huitième du dernier classement.

Aujourd’hui, Open Doors s’est associé à trois autres organisations, Article 18, Middle East Concern et Christian Solidarity Worldwide, et s’est concentré sur les droits et libertés des communautés chrétiennes, afin de publier un aperçu de la situation à laquelle les chrétiens iraniens ont été confrontés en 2021. Le rapport a confirmé que les problèmes persistants de persécution et d’ingérence dans le culte chrétien ont persisté au cours de cette année et se sont sans doute aggravés, en particulier après l’installation en juin du violateur bien connu des droits de l’homme Ebrahim Raïssi à la présidence du régime.

Le rapport sur les « violations des droits contre les chrétiens en Iran » reconnaît que Raïssi a joué un rôle de premier plan dans l’exécution de milliers de prisonniers politiques au cours des années 1980, et il note que « peu d’observateurs internationaux anticipent des améliorations » sous sa direction et des violations des droits continuent d’être largement rapportés.

Ces abus prennent souvent la forme de raids contre des églises privées à domicile, dont beaucoup conduisent à des arrestations et à des poursuites. Le rapport note également que davantage d’églises traditionnelles ont fait l’objet de saisies de biens, qui se sont poursuivies en 2021. Bien que la conversion à une religion autre que l’islam soit illégale sous la théocratie au pouvoir en Iran, historiquement, les communautés chrétiennes et certains groupes d’expatriés sont apparemment autorisés à pratiquer leur foi. Mais en réalité, les autorités du régime clérical interfèrent également depuis longtemps avec cette pratique, et les possibilités de culte traditionnel diminuent continuellement.

Le rapport souligne que le système judiciaire iranien nie avoir arrêté qui que ce soit sur la seule base de sa foi, mais il ajoute que les autorités trouvent un prétexte pour procéder à ces arrestations en qualifiant les églises de maison de rassemblements de « groupes ennemis » ou de « culte chrétien sioniste » portant atteinte à la sécurité nationale. En outre, la loi criminalise formellement de tels rassemblements en tant que prosélytisme envers les musulmans s’ils se déroulent en langue persane ou s’ils autorisent l’admission de convertis de l’islam.

En février 2021, le Code pénal du régime a été amendé pour augmenter les peines pour prosélytisme ou « se livrer à une propagande qui éduque de manière déviante contraire à la sainte religion de l’islam ». Ce « crime » est désormais passible d’une peine de cinq ans de prison, et plusieurs personnes ont été poursuivies en conséquence. Le récent rapport conjoint recense plus d’une douzaine de personnes condamnées en 2021 à des peines de prison allant de trois mois à cinq ans, pour leur foi chrétienne.

Le rapport souligne également que ce chiffre ne représente que le nombre de condamnations qui pourraient être vérifiées de manière indépendante. Le système judiciaire du régime iranien est notoirement secret, et les statistiques citées par les ONG sont en grande partie le résultat d’enquêtes menées par des militants en Iran. Cependant, il est peu probable que ce travail soit exhaustif et il y a invariablement des arrestations, des poursuites et des condamnations qui ne sont pas signalées.

Le rapport a confirmé 59 cas d’arrestations visant des chrétiens, dont 38 pourraient être liés à des affaires judiciaires documentées. Parmi ceux-ci, 12 auraient impliqué des activités d’application de la loi par le Corps des gardiens de la révolution (CGRI).

Après avoir été officiellement assermenté en août, le président Raïssi a nommé un cabinet dominé par des commandants du CGRI, dont beaucoup sont sous le coup de sanctions occidentales et au moins deux font l’objet de mandats d’arrêt internationaux. De plus, les gouverneurs des provinces clés ont été nommés parmi les commandants du CGRI. Ce fait semble souligner les avertissements lancés par Amnesty International et d’autres groupes de défense des droits humains à la suite de la nomination de Raïssi, concernant «l’impunité» en matière de droits humains et de droit international.

Néanmoins, Open Doors, Article 18, MEC et CSW ont conclu leur rapport en appelant « les membres de la communauté internationale à aider à tenir le régime en Iran responsable du respect de son obligation de garantir et de faciliter la liberté de religion ou de conviction pour tous ses citoyens en soulignant ce principe lors de discussions politiques et/ou économiques concernant l’Iran ».

Enfin, le rapport a encouragé d’autres défenseurs des droits humains à se concentrer sur les questions qui préoccupent les chrétiens iraniens, entre autres groupes. De tels conseils pourraient s’appliquer aussi bien aux questions contemporaines qu’aux incidents de l’histoire du régime clérical qui restent non résolus. Certes, la persécution des chrétiens par le régime a une longue histoire, et cette histoire se chevauche avec des attaques contre d’autres groupes.

En 1994, trois évêques iraniens ont été brutalement assassinés après avoir exprimé leur opposition au système de gouvernement absolu par les clercs. Par la suite, le régime s’est efforcé d’accuser le principal groupe d’opposition iranien, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK), pour les meurtres, et a finalement organisé un simulacre de procès à la télévision nationale pour trois femmes qui ont présenté de faux aveux, s’accusant d’avoir tué les prêtres en question sous ordre de l’OMPI.

Les Nations Unies ont ensuite nommé un avocat tunisien, Abdolfatah Amoor, Rapporteur spécial sur les droits religieux et des minorités et l’ont chargé de se rendre en Iran pour enquêter sur la situation des communautés religieuses minoritaires. À la suite de cette visite, Amoor a remis un rapport complet qui comprenait un chapitre traitant des retombées de l’assassinat des révérends Tatavous Michaelian, Mehdi Dibaj et Haik Hovsepian Mehr.

« Selon les informations reçues », indique ce rapport, « le gouvernement iranien avait apparemment décidé d’exécuter ces dirigeants protestants afin non seulement de discréditer l’organisation des Moudjahidine à l’étranger en la déclarant responsable de ces crimes, mais aussi au niveau national pour décapiter la communauté protestante et la forcer à interrompre la conversion des musulmans ».

La persécution des chrétiens en 2021 n’était qu’une partie d’une tendance répressive beaucoup plus large. D’autres éléments incluent un taux accéléré d’exécutions et des abus accrus de prisonniers politiques, dont une grande partie vise spécifiquement les sympathisants de l’OMPI, considérés par le régime comme une menace pour la dictature cléricale.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe