mardi, septembre 21, 2021
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLa politique iranienne devrait donner la priorité aux droits de l'homme avant...

La politique iranienne devrait donner la priorité aux droits de l’homme avant une transition présidentielle inquiétante

Victimes du massacre de 1988 en Iran

Au cours de l’été 1988, des « commissions de la mort » dans tout l’Iran ont systématiquement interrogé, condamné et exécuté 30 000 prisonniers politiques dans le cadre d’un effort visant à éliminer l’opposition organisée à la dictature théocratique. Depuis plus de trois décennies, personne n’a été tenu pour responsable de ces meurtres. Bien au contraire, les responsables qui ont participé au massacre ont été maintes fois récompensés pour leur engagement dans la répression violente.

Beaucoup de ces récompenses ont pris la forme de nominations à des postes gouvernementaux qui sont profondément cyniques. L’actuel et l’ancien ministre de la Justice étaient auparavant membres des commissions de la mort en 1988. Le chef sortant et le nouveau chef de l’appareil judiciaire ont également joué un rôle important dans le massacre, l’un en tant que membre de la commission de la mort et l’autre en tant que représentant de la justice auprès du ministère du Renseignement et de la Sécurité.

Le premier, Ebrahim Raisi, a été confirmé comme nouveau président du régime iranien le 18 juin, à l’issue d’un processus électoral étroitement contrôlé auquel la grande majorité de la population iranienne a refusé de participer. Selon le Conseil national de la Résistance iranienne, de nombreux bureaux de vote sont restés vides toute la journée et ont confirmé le taux de participation des électeurs inférieur à 10 %.

Le boycott électoral est une confirmation de l’absence de toute légitimité au nouveau président et à l’ensemble du système théocratique. En effet, le CNRI et l’OMPI ont promu le boycott nationale en guise de « vote pour un changement de régime ». Les unités de résistance de l’OMPI ont transmis ce message via des graffitis, des affiches et des manifestations publiques dans des centaines de villes, pendant des mois avant les élections. Plusieurs militants ont souligné leurs efforts via des messages anonymes au Sommet mondial pour un Iran libre.

Cet événement a eu lieu entre samedi et lundi dernier et a comporté la participation de responsables du CNRI et de dizaines de dignitaires politiques occidentaux. Des milliers d’expatriés iraniens ont regardé la retransmission en direct du sommet, nombre d’entre eux via des rassemblements simultanés dans 17 capitales mondiales. Maryam Radjavi, présidente élue du CNRI, a prononcé un discours liminaire lors de chacun des trois jours de l’événement. Son discours final, en particulier, a souligné le bilan catastrophique du régime en matière de droits humains, la probabilité d’une nouvelle détérioration sous la direction de Raissi et le rôle que la communauté internationale pourrait jouer pour empêcher la dérive totalitaire.

« En ce qui concerne la communauté internationale », a déclaré Mme Radjavi, « c’est le test décisif pour savoir si elle s’engagera et traitera avec ce régime génocidaire ou se tiendra aux côtés du peuple iranien ». Elle a poursuivi en disant que Raïssi est « coupable de génocide et de crimes contre l’humanité », ayant aggravé l’héritage de sa participation au massacre de 1988 en le justifiant et en le défendant à plusieurs reprises, et en appliquant les mêmes principes répressifs à ses rôles plus récents au sein du régime.

En tant que chef du pouvoir judiciaire, Raïssi était l’une des principales figures de ce qui pourrait avoir été la pire répression contre la dissidence depuis l’époque du massacre. En novembre 2019, l’Iran a été secoué par une vague soudaine de manifestations antigouvernementales dans près de 200 villes et villages.

Ayant déjà fait face à un soulèvement similaire, quoique légèrement plus petit, en janvier 2018, les autorités du régime ont réagi avec panique, ouvrant le feu sur des foules dans tout le pays. Environ 1 500 personnes ont été tuées en quelques jours et au moins 12 000 ont été arrêtées.

Pendant des mois, le pouvoir judiciaire a soumis nombre de ces personnes arrêtées à une torture systématique, visant à la fois à les punir pour leur dissidence et à obtenir de faux aveux qui pourraient plus tard justifier des poursuites et des condamnations sévères, y compris la peine de mort.

Sur la base de tout cela, a déclaré Mme Radjavi, la communauté internationale devrait s’efforcer d’isoler Raïssi et, en fin, de faire de lui la cible d’enquêtes formelles sur les crimes contre l’humanité sans réponse du régime en Iran.

La présidente du CNRI a exhorté les Nations Unies à interdire à Raïssi d’assister à la prochaine réunion de l’Assemblée générale – une recommandation qui a été reprise par plusieurs autres participants au Sommet mondial sur l’Iran libre.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe