jeudi, janvier 27, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe massacre de 30 000 prisonniers politiques définit toujours le régime iranien

Le massacre de 30 000 prisonniers politiques définit toujours le régime iranien

Bien que la composition finale du scrutin n’ait pas encore été arrêtée, il est largement admis que le principal candidat iranien à la direction de la prochaine administration présidentielle est l’actuel chef du pouvoir judiciaire, Ebrahim Raïssi. Si sa candidature est finalement retenue, le régime iranien aura confié son deuxième poste le plus puissant à une personne coupable de graves crimes contre l’humanité. Cette issue semble très probable, étant donné que Raïssi serait le favori du Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, qui l’a nommé à la tête du pouvoir judiciaire en 2019. Mais même s’il finit par perdre ou décliner la présidence, sa récente ascension a déjà clarifié le degré d’impunité que le régime estime avoir dans les affaires liées au massacre des prisonniers politiques de 1988.

En 1988, les dirigeants du régime des mollahs ont développé une obsession particulière pour l’élimination des groupes d’opposition pro-démocratiques qui auraient pu tenter d’exploiter la vulnérabilité du régime. Le Guide Suprême de l’époque, Khomeini, a émis une fatwa déclarant que toute personne membre ou partisane du principal groupe d’opposition, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), devait être considérée comme un ennemi de Dieu lui-même et devait être exécutée.

Des organes composés de quatre membres, appelés « commissions de la mort« , ont été constitués et chargés de procéder aux exécutions dans les prisons. Toute personne qui ne renonçait pas ou refusait de renoncer à l’OMPI était condamnée à la pendaison, et les sentences étaient rapidement exécutées par lots avant que les victimes ne soient emmenées dans des camions frigorifiques pour être enterrées dans des fosses communes secrètes.

Selon la plupart des témoignages, environ 30 000 prisonniers ont été exécutés de cette manière en l’espace de quelques mois seulement en 1988, mais les détails spécifiques de ce massacre restent plutôt rares, en grande partie parce que les tombes n’ont pas toutes été identifiées de manière concluante, et encore moins déterrées. En fait, certaines ne le seront peut-être jamais, car les autorités iraniennes ont lancé au fil des ans un certain nombre de projets de construction visant spécifiquement à détruire les sites de fosses communes qui avaient été provisoirement identifiés par l’OMPI et les familles des victimes du massacre.

Cette pratique se poursuit aujourd’hui et des rapports récents indiquent que le régime a récemment jeté son dévolu sur une section du cimetière de Khavaran à Téhéran où plusieurs victimes du massacre seraient enterrées. La semaine dernière, ce cimetière est devenu le lieu de rassemblement de dizaines de survivants et de parents de victimes, qui ont renouvelé leurs efforts pour attirer l’attention nationale et internationale sur ce crime contre l’humanité non résolu.

La manifestation a été précédée d’une lettre envoyée au Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. Cette lettre dit en partie : « Le peuple iranien et tous les défenseurs des droits humains attendent des Nations unies, et en particulier du Conseil de sécurité de l’ONU, qu’ils ouvrent une enquête sur le massacre des prisonniers politiques et qu’ils convoquent les auteurs de ce crime odieux devant la Cour internationale de justice. »

La manifestation qui a suivi a développé ce point en identifiant expressément l’un des individus pour lesquels de telles poursuites sont particulièrement urgentes. Des pancartes et des slogans dans le cimetière de Khavaran ont déclaré qu’Ebrahim Raïssi était « l’homme de main de 1988 », soulignant le fait qu’il avait été choisi par le Guide Suprême de l’époque, Ruhollah Khomeini, pour faire partie de la commission de la mort de Téhéran, ce qui le rendait responsable de la majorité du nombre total d’exécutions.

Bien sûr, ce n’est pas seulement sa culpabilité unique qui rend les poursuites contre Raïssi si urgentes ; c’est aussi le fait que son ascension continue dans la hiérarchie du régime est un exemple parfait de l’impunité qui conduit le régime à détruire les fosses communes, à refuser de répondre aux questions sur l’histoire du massacre et à sa tendance générale aux violations des droits humains – une tendance qui n’a fait qu’empirer ces dernières années.

En décembre dernier, le refus persistant de Téhéran d’engager un quelconque dialogue sur le massacre a été confirmé par la publication d’une lettre ouverte de sept experts des droits de l’homme des Nations unies. La lettre a d’abord été envoyée à des responsables iraniens de premier plan, mais ceux-ci n’ont pas respecté le délai de réponse de 90 jours, ce qui a déclenché l’appel implicite des experts à une action internationale sur la question en l’absence de toute sorte d’enquête interne de la part des autorités iraniennes.

May 13, 2021 Iran, Families of MEK Martyrs in Tehran’s Khavaran Cemetery

Cette lettre a été saluée comme une « avancée capitale » par Amnesty International, dans la mesure où elle reconnaît les manquements antérieurs de la communauté internationale et où elle exhorte les responsables politiques à compenser l’impact négatif sur le sens des responsabilités de l’Iran et sur les conséquences éventuelles. Après avoir noté que le Conseil de sécurité et la Commission des droits de l’homme n’ont jamais donné suite à une résolution de décembre 1988 qui reconnaissait la recrudescence des exécutions pour des motifs politiques, la lettre indique : « L’inaction de ces organes a eu un effet dévastateur sur les survivants et les familles ainsi que sur la situation générale des droits humains en Iran et a enhardi l’Iran à continuer de dissimuler le sort des victimes et à maintenir une stratégie de déviation et de déni qui se poursuit à ce jour. »

La déviation et le déni ont également contribué à créer une situation dans laquelle les autorités iraniennes se sentent à l’aise de continuer à récompenser les principaux auteurs du massacre de 1988 pour leur engagement dans la répression et la brutalité. Raïssi n’en est qu’un exemple évident. Parmi les autres, on trouve l’actuel et l’ancien ministre de la Justice, ce qui montre clairement que la mentalité à l’origine du massacre de 1988 est la même que celle qui guide aujourd’hui la réponse de Téhéran à la dissidence politique et aux troubles sociaux.

C’est sans doute en raison du sentiment d’impunité concernant 1988 que les autorités du régime se sont senties à l’aise d’ouvrir le feu sur des foules de manifestants en novembre 2019, tuant 1 500 personnes en quelques jours. Et l’absence d’une réponse internationale immédiate et décisive à cet incident a peut-être, dans un sens, ouvert la voie aux centres de détention pour torturer systématiquement les personnes arrêtées pendant ces troubles, pendant des mois après.

Who is Ebrahim Raisi, a candidate in Iran presidential election and an executioner in 1988 massacre

Une grande partie du comportement actuel de Téhéran a certainement été influencée par l’impunité face à ses pires crimes contre l’humanité. Le régime fait étalage de son impunité depuis très longtemps, mais ces dernières années, elle est devenue plus flagrante. En nommant les membres des commissions de la mort comme les plus hautes autorités juridiques du pays, il a communiqué une philosophie de l’application de la loi qui donne la priorité à la répression violente des organisations pacifiques. Et maintenant, en présentant l’un des principaux auteurs du massacre de 1988 comme candidat principal à la présidence, il envoie le message que le régime tout entier fonctionne selon cette même philosophie.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe