mercredi, septembre 22, 2021
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe régime iranien annonce un verrouillage absurdement bref alors que le nombre...

Le régime iranien annonce un verrouillage absurdement bref alors que le nombre de décès dus au COVID augmente

Selon les statistiques élaborées du ministère de la Santé mercredi, l’Iran a établi un nouveau record de nouveaux cas au milieu d’une épidémie que les responsables du régime ont décrite comme une « cinquième vague ». Les tests positifs ont augmenté de 28 000, portant le nombre total officiel de morts à 87 837.

Il s’agit d’une sous-estimation drastique, car l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK) a rapporté mercredi que le chiffre réel était près de quatre fois plus élevé, à 334 000.

Les responsables du régime n’ont guère d’autre choix que de reconnaître que la situation est sur le point de s’aggraver. L’estimation officielle des nouveaux décès est loin d’être la plus élevée jamais enregistrée par le ministère de la Santé.

Lors d’une précédente vague d’infections, le nombre de morts quotidien officiel maximal était supérieur à 400. Mais étant donné que le taux d’infection actuel est supérieur au taux de l’époque, il va de soi que le taux de mortalité augmentera encore plus.

Ce résultat semble encore plus probable à la lumière des informations contenues dans les rapports du MEK (OMPI). Le MEK maintient un vaste réseau de renseignements à l’intérieur de l’Iran et a glané des informations à partir d’entretiens directs et de divers médias iraniens tout au long de la pandémie.

Ces informations incluent souvent le témoignage de professionnels de la santé iraniens, qui décrivent généralement une situation beaucoup plus grave que ne semblent l’indiquer les statistiques du régime.

« Nous avons des dizaines d’appels chaque jour à la recherche d’un lit vide », a déclaré un représentant d’un hôpital de Téhéran qui a été cité dans l’un des derniers rapports de l’OMPI. « Parfois, pour garder le patient aux urgences, ils utilisent une couverture sur le sol. »

D’autres professionnels de la santé ont indiqué que dans certaines régions, le taux de mortalité avait été multiplié par quatre en 24 heures, tandis que dans d’autres, une augmentation constante des infections et des décès devrait durer au moins les deux prochaines semaines.

Il est donc curieux que les autorités du régime aient annoncé mardi que Téhéran et les provinces voisines d’Alborz ne seraient bloquées que pour quelques jours. La décision démontre sans doute la conscience de la gravité de la situation actuelle, mais ne démontre pas une conscience similaire pour ce qui est nécessaire pour l’arrêter.

D’un autre côté, Téhéran est généralement conscient de ce qui est nécessaire mais a délibérément évité de mettre en œuvre des mesures appropriées ou de s’y engager pendant une période de temps suffisante.

Le guide suprême du régime, Ali Khamenei, a refusé de mettre à disposition l’une des centaines de milliards de dollars de ressources financières qu’il contrôle personnellement. Ces fonds auraient pu aider le peuple iranien appauvri à survivre aux blocages aussi longtemps que nécessaire pour aplatir la courbe.

Mais leur libération aurait également buté contre les priorités sociopolitiques de Khamenei, qui comprenaient la promotion de l’année civile précédente de l’Iran comme « l’année de la stimulation de la production ».

Ali Khamenei bans the import of coronavirus vaccine to Iran

Ali Khamenei interdit l’importation de vaccin contre le coronavirus en Iran

Pourtant, les fermetures récentes sont dues à d’autres facteurs. L’annonce du verrouillage intervient quelques jours seulement après le déclenchement de manifestations contre les pénuries d’eau – des manifestations qui se déroulent principalement au Khouzistan mais se sont étendues à d’autres provinces du pays.

Ces manifestations ont également suivi et, dans une certaine mesure, recoupé les manifestations de masse contre les pannes d’électricité survenues dans de nombreuses régions. Dans les deux cas, les problèmes en cause ont été largement attribués à l’activité du régime, notamment la construction de barrages non réglementés sur les voies navigables et l’utilisation de l’extraction de bitcoins à forte intensité énergétique pour contourner les sanctions américaines. Pour cette raison, un certain nombre de manifestations contre le black-out comportaient des slogans de « A bas la République islamique », élargissant ainsi le message des soulèvements précédents qui se sont propagés dans tout le pays au cours de chacune des trois années précédentes.

Compilation—Demonstrations & protests in Iran's southwest provinces over severe water shortages

Compilation—Manifestations et protestations dans les provinces du sud-ouest de l’Iran contre de graves pénuries d’eau

La réponse désastreuse de l’Iran à la pandémie de Covid-19 était délibérée car les épidémies sont apparues immédiatement après ces manifestations. La première reconnaissance publique de la pandémie par Téhéran a également coïncidé étroitement avec une élection législative que la majorité de la population iranienne a boycottée conformément aux appels des militants de l’OMPI à « voter pour un changement de régime».

Dans un discours, Khamenei a suggéré que la pandémie se révélerait être une «bénédiction». Et du point de vue du régime, c’est peut-être simplement parce que la menace pour la santé publique semblait faire ce que les menaces de représailles du gouvernement ne pouvaient pas faire.

En réponse au plus grand soulèvement national de novembre 2019, les autorités iraniennes ont ouvert le feu sur des foules de manifestants, tuant 1 500 personnes avant de lancer une campagne de torture de plusieurs mois visant les partisans de la manifestation.

Pourtant, seulement deux mois pslus tard, les habitants de plus d’une douzaine de provinces ont repris les manifestations à grande échelle après qu’il a été révélé que les autorités avaient tenté de dissimuler une frappe de missile qui a fait tomber un avion de ligne près de Téhéran.

Malgré ce mépris de la répression gouvernementale, le mouvement de protestation à l’échelle nationale est resté relativement silencieux pour le reste de 2020 mais a commencé à montrer des signes de réémergence au début de 2021.

L’anxiété de Téhéran face à cette perspective a sans aucun doute été amplifiée plus tôt en juillet lorsque la Résistance iranienne a organisé un événement mondial diffusé en direct pour promouvoir les efforts des militants iraniens pro-démocratie et encourager des politiques occidentales plus affirmées visant à les soutenir.

Le Sommet mondial de l’Iran libre a abordé la mauvaise gestion de la réponse de Covid-19 au milieu de l’accent mis sur les violations des droits de l’homme, les ralentissements économiques et une longue liste de griefs qui pourraient contribuer à ce que la présidente de l’opposition, Mme Radjavi a qualifié d’intensification de « hostilité et inimitié entre le régime iranien et la société ».

Dans la mesure où les manifestations de panne d’électricité et de pénurie d’eau évoquent les débuts de cette intensification, Khamenei est vraisemblablement désireux de prévenir leur croissance sans attirer davantage l’attention internationale en recourant à des mesures de répression violentes.

Les autorités peuvent également penser qu’une ordonnance de verrouillage à court terme contribuera à perturber au moins une partie des troubles actuels sans entraver sérieusement les efforts visant à « augmenter la production » en maintenant les Iraniens engagés dans la moindre activité commerciale qu’ils peuvent trouver. Mais la tendance des protestations montre que cette stratégie est vouée à l’échec.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe