lundi, janvier 17, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe régime iranien cache l'étendue de COVID-19 et provoque un pic dans...

Le régime iranien cache l’étendue de COVID-19 et provoque un pic dans le nombre de décès

L’Iran est sur la voie d’une résurgence de l’infection à coronavirus qui doublera au moins le nombre de morts existant. Le régime iranien a rapporté que moins de 6 000 personnes sont mortes à ce jour de COVID-19. Mais des sources indépendantes fiables suggèrent que le nombre réel de morts représente plus de six fois ce nombre.

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI, Moudjahidin-e Khalq ou MEK) a annoncé mercredi que le coronavirus avait jusqu’à présent coûté la vie à 38 000 personnes dans 306 villes d’Iran.

Le régime des mollahs a gardé un voile de secret sur l’épidémie depuis le début. Cela a été rendu immédiatement évident avec l’annonce tardive des premiers cas domestiques mortels. Des documents préparés par l’Organisation National des Urgences et obtenus par la suite par le Conseil national de la résistance d’Iran (CNRI) indiquent que les premières infections à COVID-19 étaient connues du régime iranien avant la fin du mois de janvier. Pourtant, ce n’est que le 19 février que les responsables du régime ont reconnu qu’une épidémie était active.

Selon toute vraisemblance, le nombre de morts était déjà considérablement plus élevé à cette époque. Fin février, les responsables du régime avaient augmenté à contrecœur le nombre de morts de deux à 12. Mais en même temps, au moins un responsable local a rompu les rangs du régime en annonçant que plus de 50 morts avaient déjà été enregistrées dans la ville seule de Qom.

Il est rapidement devenu évident que Qom était l’épicentre de l’épidémie dans le pays. Et comme des cas d’infection au coronavirus ont continué d’être enregistrés en mars, il est également devenu clair que l’impact atteignait bien au-delà des frontières de l’Iran.

Peu de restrictions sur les voyages intérieurs ont été mises en place, tandis que les sanctuaires et les attractions touristiques sont restés ouverts à Qom et dans d’autres villes. Avant que les pays voisins ne soient pleinement conscients de l’ampleur de l’épidémie iranienne, des personnes infectées se sont rendues au Qatar, au Koweït, en Iraq et dans une foule d’autres pays. Certains des premiers cas au Canada pourraient également être attribués à l’Iran sous le régime des mollahs, ce qui souligne la menace que fait peser sur la planète entière une flambée incontrôlée et sous-déclarée, même dans un pays relativement isolé de la communauté internationale.

Après plus de trois mois d’infection active, l’Iran ne montre aucun signe de maîtriser son épidémie ni de s’ouvrir au monde sur son ampleur réelle. Les personnes qui utilisent les médias sociaux ou les médias étrangers pour faire connaître leurs propres expériences avec COVID-19 sont toujours susceptibles d’être arrêtées pour «rumeur». Plusieurs arrestations de ce type ont été effectuées, certaines visant des médecins et des infirmières iraniens qui osent s’exprimer sur un système de santé débordé dans lequel les hôpitaux perdent régulièrement des dizaines de patients par jour.

Des informations précises sur le nombre de morts et le taux d’infection saperaient naturellement les ordres de retour au travail du régime ou exposeraient au moins les mollahs à un scandale encore plus grand au milieu de la prochaine vague inévitable de COVID-19. À cette fin, les autorités du régime ont signalé à tort les causes de décès de milliers de patients, faisant parfois passer le coronavirus pour une grippe et attribuant parfois le décès à des causes immédiates tout en ignorant les infections sous-jacentes. Un récent rapport de l’OMPI a détaillé ce phénomène ainsi que la pratique du régime d’enterrer à la hâte les victimes pour empêcher une enquête plus approfondie et le fait de « mimer maladroitement les pays européens » afin de signaler des baisses non plausibles du taux de mortalité.

Bien sûr, ces baisses ne sont pas plausibles si l’on considère les différences entre les crises en Iran et dans ses pays occidentaux. Aux États-Unis et en Europe, il existe une transparence fiable conforme aux valeurs bien établies de ces gouvernements et de leur peuple. En Iran, il existe une tendance au secret, même dans les meilleures conditions. Et les conditions qui ont permis la propagation du COVID-19 sont carrément catastrophiques.

La crise est sur le point de s’aggraver encore à moins que ce régime ne renverse le cap sur ses ordres de retour au travail. Un tel changement de politique est extrêmement improbable à moins que la communauté internationale n’exerce une pression sérieuse sur le régime, en coordination avec les militants iraniens pour un changement politique global.

Les trois derniers mois de désinformation devraient faire comprendre à toutes les parties qu’un tel changement global est nécessaire pour s’attaquer correctement à la flambée actuelle. Une mauvaise gestion persistante entraînera sans aucun doute de nouveaux soulèvements anti-régime à long terme. Mais une pression immédiate sur le régime pourrait sauver des dizaines de milliers de vies, à la fois en Iran et dans le monde.
Lae présidente élue du CNRI, Mme Radjavi a déclaré : « Aujourd’hui, non seulement la liberté du peuple iranien, mais sa vie et sa santé, ainsi que l’économie et l’existence du pays dépendent du renversement du régime des mollahs. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe