jeudi, juillet 9, 2020
Accueil Actualités Actualités: Droits humains Le régime iranien condamne un autre défenseur des droits des enseignants à...

Le régime iranien condamne un autre défenseur des droits des enseignants à des coups de fouet et à la prison

Le régime iranien condamne un autre défenseur des droits des enseignants à des coups de fouet et à la prison

Par Sedighe Shahrokhi 

Le pouvoir judiciaire du régime iranien a condamné un enseignant à huit mois de prison et dix coups de fouet pour avoir participé à une manifestation d’enseignants et de travailleurs du secteur de l’éducation cette année.

Le lundi 19 août 2019, un tribunal a condamné Mohammad Taghi Falahi, secrétaire général de l’Association professionnelle des enseignants de Téhéran, à huit mois de prison et dix coups de fouet pour trouble à l’ordre public, a rapporté mercredi l’organisation Iran Human Rights Monitor (Iran HRM).

Les forces de sécurité du régime des mollahs ont arrêté Falahi le 2 mai (Journée des enseignants en Iran) lors d’un rassemblement pacifique devant le ministère de l’Éducation à Téhéran.

Plusieurs personnes ont également été arrêtées lors des rassemblements de la Journée des enseignants du 2 mai qui se sont tenus devant les bureaux locaux du département de l’éducation dans diverses villes iraniennes.

Le Conseil des syndicats d’enseignants avait déjà publié une déclaration demandant aux enseignants d’organiser des rassemblements pour donner suite à leurs revendications et protester contre l’absence de réponse du régime.

Les forces de sécurité ont réprimé plusieurs de ces manifestations et arrêté de nombreux manifestants, notamment Rassoul Bodaghi, ancien défenseur des droits des enseignants et deux membres de l’Association iranienne des enseignants (AIBT), Mohammad Fallahi et Mojtaba Ghoreishian.

Les enseignants militants sont systématiquement persécutés par les mollahs. Ils sont emprisonnés et condamnés à de lourdes peines de prison.

Hamidreza Rahmati, membre de l’Association des enseignants d’Ispahan, a récemment été condamné à 18 mois de prison et 74 coups de fouet publics pour « trouble à l’ordre public en commettant un acte anormal à l’extérieur du bâtiment du Département de l’éducation ». Il a été condamné à 18 mois de prison supplémentaires et à une amende de 20 millions de rials (environ 600 dollars) pour avoir « envoyé des messages sur les médias sociaux qui encourageaient la violence ».

Le militant des droits des enseignants a été arrêté en décembre 2018 pour avoir organisé un sit-in solitaire de neuf jours devant le département de l’Education de Shahreza en protestation contre l’arrestation à grande échelle des enseignants pendant leur grève nationale. Il a été libéré sous caution.

Le tribunal a également ordonné à Rahmati de rédiger et de publier une liste sur les médias sociaux contenant 40 services et réalisations du régime des mollahs au cours de ses 40 ans au pouvoir.

Suite à une grève des enseignants en Iran les 13 et 14 novembre 2018 dans plus de 80 villes, les forces de sécurité ont arrêté plusieurs militants et enseignants. Le Conseil de coordination des enseignants iraniens a déclaré dans un communiqué qu’au moins 30 militants avaient été convoqués alors que 12 enseignants étaient détenus. 

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe