mardi, novembre 30, 2021
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLe témoignages de Rahman Heydari sur le rôle d'Ebrahim Raïssi dans le...

Le témoignages de Rahman Heydari sur le rôle d’Ebrahim Raïssi dans le massacre de 1988 en Iran

Les clips vidéo suivants sont une série de témoignages d’hommes et de femmes qui ont survécu au massacre des prisonniers politiques en 1988 en Iran, dont la plupart étaient affiliés au principal mouvement d’opposition iranien, les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK). Les organisations internationales de défense des droits humains ont qualifié ce massacre de plus grand cas de « crimes contre l’humanité » depuis la Seconde Guerre mondiale.

Les récits des témoins oculaires révèlent la barbarie du régime iranien dans des détails poignants. Dans le même temps, ces témoignages montrent la détermination inébranlable d’une génération de jeunes militants pour la liberté qui n’ont pas abandonné leurs idéaux pour la justice face aux mollahs malgré le coût élevé en sacrifices et le don de soi.

Sur le dossier des violations droit de l’homme par Ebrahim Raïssi Rahman Heydari a déclaré:

« Après m’avoir torturé, ils m’ont transféré dans une pièce. J’avais les yeux bandés, mais un garde a retiré mon bandeau par erreur et j’ai vu Haji. En écoutant leurs conversations, j’ai compris plus tard que c’était la même personne qui m’avait torturé, et qu’il s’agissait d’Ebrahim Raïssi, le criminel tristement célèbre qui est maintenant le président du régime. C’est un meurtrier des partisans de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI).

Depuis que mon arrestation est intervenue en même temps que d’autres, j’ai découvert qu’il y avait une femme qu’ils interrogeaient. Cette femme était ma cousine qui avait un bébé de deux mois.

Ils avaient séparé le bébé et le maltraitaient, alors le bébé a commencé à pleurer. Les gardiens essayaient de faire pression sur cette mère en abusant de son affection envers son nouveau-né pour obtenir des aveux.

J’ai rencontré un homme à peu près de mon âge après qu’ils m’ont eu transféré en cellule d’isolement. Il est entré dans la cellule les mains menottées. Il s’appelait Hossain Mirzaie. Quand il est entré dans la cellule, j’ai été choqué parce qu’il était dans un état si critique. Ses pieds étaient enflés, son bas du dos était lacéré et il marchait le dos courbé. Ils l’ont jeté dans la cellule avec moi.

Il a expliqué plus tard qu’il avait enduré de dures tortures, qui coïncidaient avec le moment où Raïssi était dans cette prison.

Il m’a expliqué comment il avait été arrêté et a ajouté : « ils m’ont torturé au point que j’ai voulu me suicider. Ils voulaient les informations que je ne leur ai pas données. »

Un autre homme, Mehdi Reyhani, a été transféré dans ma cellule plus tard. Il a été très sévèrement torturé et était physiquement faible. Plus tard, lors du massacre de 1988, il a été exécuté avec sa femme.

Ces deux affaires ne sont que des exemples de milliers de crimes horribles que ce régime a commis contre les jeunes les plus conscients de notre société. Le nouveau président du régime est un mollah qui a le sang des Iraniens sur les mains. La communauté internationale doit-elle négocier et ménager ce meurtrier ? Doit-il l’autoriser à s’adresser à l’Assemblée générale des Nations Unies ?

Cet sbires a supervisé le massacre de 30 000 des meilleurs éléments du peuple iranien et ne devraient pas être en mesure de s’adresser au monde. Il ne devrait pas, et nous demandons à l’ONU, à la communauté internationale et aux politiciens informés de rejeter cette personne et de l’empêcher de s’adresser à l’Assemblée générale des Nations Unies. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe