jeudi, octobre 1, 2020
Accueil Actualités Actualités: Droits humains L'épidémie de Coronavirus en Iran établit de nouveaux records, mais toujours mal...

L’épidémie de Coronavirus en Iran établit de nouveaux records, mais toujours mal annoncée


L’Iran continue d’établir de nouveaux records en matière de décès en une journée dus à l’épidémie de la maladie à Coronavirus. Le ministère de la Santé du régime, annonçant les statistiques du régime, a reconnu mardi que 200 personnes étaient mortes au cours des dernières 24 heures précédentes. Il s’agit du plus grand nombre de décès annoncé par le régime. Pendant ce temps, la Résistance iranienne a annoncé mardi que plus de 66 900 personnes ont perdu la vie à cause de la pandémie du COVID-19.

Avec cette dernière statistique, l’Iran poursuit une tendance à la hausse qui dure depuis début mai, suite à la décision criminelle du régime de renvoyer les gens au travail.

Les implications de ce nouveau record sont potentiellement encore pires qu’elles ne le paraissent à première vue. Alors que les statistiques du régime sont conçues et destinées à minimiser l’ampleur de la crise, les statistiques officielles du régime reflètent généralement les tendances globales réelles du pays. Depuis le tout début de l’épidémie, des estimations indépendantes ont été communiquées à la communauté internationale par l’opposition iranienne, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI). Selon ces estimations, l’impact réel de la crise du Covid-19 en Iran est environ six fois pire que ce qui a été officiellement.

Le décès de 200 personnes en 24 heures aurait porté le nombre total de morts en Iran à 11 931. Mais sur la base des rapports cumulés dans chacune des 31 provinces du pays, l’OMPI a déterminé que le nombre réel de morts était de plus de 66 900 au début de cette semaine. Le groupe d’opposition démocratique a également soutenu que ces chiffres alarmants proviennent des effets combinés de la mauvaise gestion de la crise par Téhéran. L’incapacité à résoudre le problème a entraîné une propagation rapide au sein de la population civile, mais a également causé des maladies et des décès parmi les travailleurs de la santé iraniens, laissant le pays mal préparé à faire face à la crise au fur et à mesure qu’elle s’aggravait.

Pour ne citer qu’un exemple de ce phénomène, une université de sciences médicales de la province de Zanjan a récemment signalé que 100 infirmières avaient contracté le Coronavirus. Le doyen adjoint de l’a faculté a observé que si le nombre total de patients augmente quotidiennement, l’établissement est également confronté à « une pénurie de ressources humaines dans le secteur de l’assainissement et du traitement ainsi qu’à une pénurie d’équipements hospitaliers ».

Le régime tente d’imputer ce dernier phénomène, en particulier, et toute la crise en général, aux sanctions imposées ces deux dernières années par les États-Unis. Mais ce n’est qu’une fausse déclaration. La distribution précoce d’équipements vitaux a été entreprise au profit des autorités du régime et de leurs proches, plutôt que pour préserver la santé publique. Pour la plupart, les hôpitaux iraniens ont perdu leurs équipements de protection individuelle à cause des ventes au marché noir effectuées par les entités commerciales des Gardiens de la révolution (pasdaran).

Parallèlement, une grande partie de la population iranienne est restée dans l’ignorance quant à l’ampleur des besoins de ces ressources, jusqu’à ce que l’épidémie ait submergé, longtemps après, la capacité du système de santé à la gérer. Téhéran n’a fait aucune déclaration publique sur l’apparition des premiers cas du Coronavirus en Iran avant le 19 février. Mais des documents ont ensuite été publiés par l’OMPI qui ont prouvé que les autorités du régime avaient connaissance de l’admission des patients atteints du COVID-19 dans les hôpitaux iraniens depuis au moins la dernière semaine de janvier.

Malgré le nombre croissant de décès et d’infections en Iran, la désinformation du régime reste à l’ordre du jour, même si le régime ne peut espérer s’en tirer avec les dénégations catégoriques qui ont caractérisé à peu près le premier mois de l’épidémie. En conséquence, il semble que les Iraniens soient généralement conscients du fait que la situation dans leur pays se détériore en raison de la mauvaise gestion des mollahs. On peut dire à peu près la même chose de la communauté internationale.

A ce propos, Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a réaffirmé que l’accélération de la croissance des cas de Coronavirus dans le pays, à laquelle les responsables du régime se livrent inévitablement, est le résultat de la politique corrompue et criminelle du Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, et du Président Hassan Rohani. Elle a déclaré : « Au lieu de subvenir aux besoins des travailleurs, les dirigeants du régime envoient ces personnes laborieuses dans des environnements surpeuplés et contaminés, sans le moindre équipement de prévention et de protection. Dans le même temps, ils reprochent à la population de ne pas respecter les protocoles d’hygiène. C’est la stratégie de massacre du régime pour se protéger d’un autre soulèvement. »

Malheureusement, les grands médias ont tendance à rendre compte de la situation iranienne en se contentant de répéter les estimations officielles du régime concernant le taux d’infection et le nombre de morts. Peu d’entre eux reconnaissent même qu’il existe d’autres estimations, et encore moins sont prêts à citer l’OMPI ou le CNRI comme sources de ces informations.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe