vendredi, novembre 20, 2020
Accueil Actualités Actualités: Droits humains Les désirs du peuple font écho à la voix de la résistance...

Les désirs du peuple font écho à la voix de la résistance iranienne pour dissoudre les Gardiens de la révolution, le régime exprime ses craintes

Une interview récente de l’un des responsables des gardiens de la révolution (CGRI) du régime iranien à la télévision d’État reflète la fragilité de la position des Pasdaran face à la réalités sociales et politiques de la société iranienne.

Au cours de son entretien à la télévision d’État le 21 septembre, Abolfazl Chekartchi, le porte-parole principal et responsable culturel et adjoint de l’état-major des forces armées du régime, interrogé sur le chevauchement entre la mission du CGRI et celle de l’armée officielle, a déclaré: les frontières idéologiques de la République islamique et de la Révolution islamique ne sont pas seulement le devoir de toutes les institutions, organes et même l’armée, mais la «mission naturelle» du CGRI.

M. Massoud Radjavi, le dirigeant de la Résistance iranienne, avait précédemment appelé à la dissolution du CGRI et à l’allocation de son budget pour aider le peuple iranien, en particulier au milieu de la pandémie du coronavirus et de son nombre croissant de morts. Selon l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK), plus de 111 000 personnes sont décédées jusqu’à samedi 26 septembre en raison de l’épidémie de COVID-19 et de l’inaction du régime.

La désignation du CGRI par le dirigeant la résistance porte un coup contre le régime iranien et trouve un écho favorable au sein de la société iranienne. Le régime iranien a créé le CGRI pour poursuivre ses politiques bellicistes à l’étranger et opprimer toute voix de dissidence en Iran. En un mot, la mission du CGRI est de protéger le régime des mollahs de l’effondrement. À cet égard, lorsqu’un dans l’émission de la télévision d’Etat un des participants demande au porte-parole du l’Etat-major où se trouvaient ces « frontières idéologiques » et comment elles se comparaient aux frontières géographiques du pays, Chekarchi a déclaré : «Le CGRI a également une mission interne. Nous devons affronter l’OMPI. »

L’appel du leader de la résistance iranienne à la dissolution du CGRI est le souhait du peuple iranien, qui a souffert aux mains de ce gang meurtrier. S’adressant aux responsables du régime, Massoud Radjavi a déclaré : « Si vous n’avez pas l’intention de sévir contre la population, d’attiser les guerres et d’exporter le terrorisme, une seule armée devrait vous suffire. N’imposez pas les dépenses astronomiques du CGRI au peuple iranien. Dissolvez le CGRI et dépensez l’argent utilisé pour ses dépenses en soins de santé et médicaux à la place, et payez les salaires des infirmières, des travailleurs, des enseignants et des employés du secteur public.

Le CGRI et le guide suprême du régime, Ali Khamenei, possèdent exclusivement les secteurs les plus marquants et les plus rentables des industries, des mines, des communications, des banques et des entreprises de construction iraniennes. Leur richesse dépasse un 1000 milliards de dollars. Chaque année, en raison de la corruption et du pillage omniprésents du régime des mollahs et du CGRI, des dizaines de milliards de dollars sont évacués du pays.

Le CGRI a procédé à la répression des principales manifestations en Iran en novembre 2019. Les forces du CGRI ont tué plus de 1500 manifestants en plein jour au cours de ces manifestations. Le CGRI a également joué un rôle clé pendant la guerre Iran-Irak. L’un des crimes des CGRI pendant la guerre a été d’envoyer des étudiants et des mineurs sur les champs de mines pour balayer les mines. Les commandants du CGRI ont qualifié ces enfants innocents de « soldats jetables ». En outre, la Force terroriste Qods du CGRI a semé le chaos et le terrorisme dans toute la région.

Les protestations des peuples irakien, syrien et libanais contre la présence meurtrière du régime dans leur pays témoignent du rôle destructeur du CGRI. Le CGRI pille la richesse nationale pour mettre en œuvre les politiques bellicistes du régime. Pour cette raison, le peuple iranien a scandé pendant ses manifestations : « Laiszse la Syrie tranquille, pensez à nous à la place» et «Non à Gaza, non au Liban, ma vie uniquement pour l’Iran».

Alors que les gens sont aux prises avec la pauvreté, le CGRI a dévoilé deux nouveaux missiles balistiques le 20 août. Le président du régime, Hassan Rohani, qui a tenté de blâmer les sanctions internationales pour la crise économique iranienne tout en faisant l’éloge du CGRI, a déclaré : « Les missiles de croisière sont spécialement important pour nous. Aujourd’hui, nous devons mobiliser toutes nos puissances pour construire des missiles de croisière. Un missile de croisière présente de nombreux avantages et peut se dissimuler, emprunter une route sûre et atteindre la cible avec plus de précision. »

En outre, le 20 mai, dans une interview accordée à l’agence de presse étatique Etemad Online, un ancien membre du Parlement du régime a reconnu comment le régime des mollahs gaspillait la richesse nationale pour financer le dictateur syrien Bachar-al Assad. «Quand je suis allé en Syrie, certains se sont plaints d’avoir causé des dépenses, mais je le répète : nous avons peut-être donné 20 à 30 milliards de dollars à la Syrie. L’argent de notre peuple a été dépensé là-bas », a déclaré Falahat-Picheh.

Ces faits soulignent une fois de plus la nécessité pour la communauté internationale de soutenir le désir du peuple iranien et de désigner internationalement le CGRI comme une organisation terroriste et d’appeler à sa dissolution.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe