vendredi, janvier 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLes difficultés économiques persistent pour les Iraniens

Les difficultés économiques persistent pour les Iraniens

Manifestation en Iran (photo d’archives)

Les Iraniens sont désormais dans l’année 1400 du calendrier persan et l’année qui vient de s’écouler a été marquée par de nombreuses difficultés, dont l’effondrement économique, l’aggravation de la répression du régime et une épidémie de Coronavirus qui est de loin la pire de toutes au Moyen-Orient. Chacun de ces problèmes persistera certainement au cours de l’année à venir, mais si l’on se fie à l’expérience récente, ils contribueront également à alimenter un mouvement de protestation montant qui représente un défi de plus en plus grand pour la dictature théocratique au pouvoir.

Le soulèvement populaire et les représailles du régime sont prises dans une spirale de rétroactions depuis plus de deux ans, mais même si le peuple iranien en a terriblement souffert, il a également fait des progrès significatifs dans sa lutte pour transformer l’Iran en une République véritablement démocratique.

Cet effort a commencé sérieusement à la fin de l’année 2017, avec un soulèvement national qui a porté les slogans sévères et anti-régime plus que jamais dans le courant dominant. Il s’est poursuivi par des manifestations éparses qui ont duré toute l’année suivante, puis a connu une recrudescence en novembre 2019 avec un soulèvement encore plus important. Dans les dernières années qui ont précédé ce Norouz, les soulèvements populaires ont semblé reprendre de plus belle, d’abord sous la forme de manifestations massives de retraités, puis sous la forme d’affrontements entre les citoyens et les forces répressives dans la province frontalière du Sistan-Baloutchistan.

Mme Maryam Radjavi, présidente du mouvement d’opposition iranienne, a reconnu tout cela dans un récent discours à l’occasion de la Journée internationale de la femme. Elle a décrit une conférence en ligne marquant cette date comme se déroulant « au milieu des flammes ardentes du soulèvement sanglant du peuple du Baloutchistan ». Cela, a-t-elle ajouté, « n’était pas une brusque recrudescence, mais la suite des éruptions volcaniques de novembre 2019 et janvier 2020 ».

Dans ce dernier cas, des étudiants universitaires et d’autres militants ont organisé des manifestations à travers plus d’une douzaine de provinces en réponse à la tentative de dissimulation par le régime d’un tir de missile qui a abattu un avion de ligne près de Téhéran. Il s’agissait du dernier mouvement de protestation à grande échelle avant que le pays ne soit frappé par l’une des pandémies les plus graves au monde.

Le point de vue de la Résistance iranienne sur les troubles antérieurs était particulièrement significatif, car l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) a joué un rôle important en conduisant la société vers un changement de régime. Lorsque le soulèvement de décembre 2017 s’est poursuivi pendant une grande partie du mois de janvier 2018, le Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, a prononcé un discours attribuant la propagation rapide du mouvement et de ses slogans anti-régime à des mois de planification par l’OMPI. C’était la première confirmation en haut lieu de la direction du régime que l’OMPI était une force avec laquelle il fallait compter.

Bien que cela n’ait fait que confirmer ce que de nombreux observateurs de l’Iran savaient déjà, cela a marqué un tournant dans le discours public sur l’OMPI et l’emprise du régime des mollahs sur le pouvoir, tant au niveau national que mondial. L’aveu à contrecœur de Khamenei est une preuve que le régime n’est ni aussi puissant ni aussi stable politiquement qu’il voudrait le faire croire à la communauté internationale. Plus tard en 2018, le régime a semblé confirmer sa propre vulnérabilité lorsqu’il a fait un pari désespéré sur le sol français, en dépêchant un diplomate de haut rang pour superviser une opération visant à bombarder un rassemblement de la Résistance iranienne et de ses soutiens internationaux.

Le mois dernier, un tribunal belge a reconnu ce diplomate-terroriste, Assadollah Assadi, coupable de complot en vue de commettre un meurtre terroriste. Il s’agit potentiellement d’un événement marquant dans les relations occidentales avec Téhéran, étant donné qu’aucune autre personnalité de ce type n’a jamais été tenue légalement responsable en Europe pour ses liens avec le terrorisme. L’importance de ce jugement est peut-être amplifiée par sa proximité avec la célébration du Norouz. Ou du moins le serait-elle si la communauté internationale jugeait bon de donner suite à la condamnation d’Assadi à 20 ans de prison en étendant cette responsabilité à d’autres hauts responsables du régime théocratique.

C’est tout simplement la bonne chose à faire du point de vue de la sécurité. C’est aussi l’occasion d’apporter le changement tant attendu au cœur du Moyen-Orient. En sanctionnant ou en engageant des poursuites contre les responsables qui ont supervisé le complot d’Assadi, les gouvernements occidentaux enverraient un message fort d’intolérance à l’égard de nouvelles activités malveillantes.

On pourrait penser que cela va de soi, mais malheureusement l’histoire des politiques occidentales à l’égard du régime tend à raconter une histoire différente. Par le passé, divers dirigeants européens et américains ont négligé un large éventail d’activités malveillantes de l’Iran, en particulier celles qui visaient directement la population locale. Malheureusement, cette tendance s’est poursuivie même ces dernières années, les soulèvements iraniens et les mesures de répression qui ont suivi ne recevant que peu d’attention dans le discours de la politique étrangère occidentale.

Un phénomène similaire hante l’épidémie de Coronavirus en Iran, bien qu’il s’agisse d’un problème partagé par presque toutes les nations du monde. La communauté internationale s’est plus ou moins contentée de laisser Téhéran gérer ses propres affaires en ce qui concerne cette crise, et de le prendre au mot en ce qui concerne la gravité du taux d’infection et du nombre de morts. Pendant ce temps, la Résistance iranienne a publié des rapports expliquant que le régime a pratiquement militarisé la pandémie pour empêcher de nouvelles manifestations populaires, tout en racontant des mensonges spectaculaires sur l’ampleur de la catastrophe.

Iran’s Terrorist-Diplomat, Assadollah Assadi, Led a Large Espionage & Terrorism Network in EU

S’appuyant sur les dossiers des hôpitaux et des morgues ainsi que sur les témoignages de témoins oculaires, l’OMPI a déterminé que le nombre de décès dus à la Covid-19 en Iran est désormais supérieur à 235 000, soit près de quatre fois le chiffre annoncé par le ministère iranien de la Santé. Les effets du taux d’infection sous-jacent seront nécessairement lents à s’estomper, et cela montre que le peuple iranien aura beaucoup de difficultés à surmonter en cette nouvelle année. Néanmoins, la récente recrudescence des protestations et des heurts avec le régime montre que leur esprit collectif n’a pas été vaincu.

Ce Norouz est l’occasion idéale pour la communauté internationale de faire un pas qu’elle aurait dû faire depuis longtemps, et de reconnaître officiellement le droit du peuple iranien à résister à la tyrannie des mollahs.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe