jeudi, janvier 27, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLes efforts de dissimulation du régime iranien aggravent l’épidémie du coronavirus

Les efforts de dissimulation du régime iranien aggravent l’épidémie du coronavirus

par Mansoureh Galestan

Jeudi, les responsables du régime iranien ont émis des messages mitigés sur l’épidémie de coronavirus dans le pays, alors que le régime continuait à dissimuler l’étendue de l’épidémie.

Après avoir été auparavant contraint de réviser légèrement ses estimations officielles à la suite du rapport d’un responsable local selon lequel 50 personnes étaient déjà mortes dans la seule ville de Qom, le ministère de la Santé du régime iranien a reconnu jeudi plus de 100 cas supplémentaires, portant le total à plus de 250 personnes contaminées.

Mais cela est encore une sous-estimation du taux d’infection réel en Iran. Cela s’explique en partie par le fait que l’Iran a officiellement enregistré au moins 19 décès dus au virus Covid-19, qui a commencé à prendre les traits d’une épidémie en Chine l’année dernière. Malgré la propagation rapide de la maladie, le taux de mortalité mondial devrait persister quelque part entre 1 et 4%. Si les chiffres provenant d’Iran étaient exacts, cela ferait passer le taux de mortalité à l’intérieur de ce pays à plus de 10%.

Puisqu’il n’y a aucune raison claire pour laquelle les taux de mortalité différeraient, il va de soi que les 19 décès confirmés reflètent un taux d’infection qui atteint des milliers. Il existe également d’autres preuves de cette conclusion. «Squawk Box» de CNBC a examiné jeudi l’ampleur mondiale de la maladie et a noté qu’il est presque impensable que l’Iran soit devenu un vecteur majeur d’infection régionale sans avoir au préalable développé un nombre beaucoup plus élevé de cas domestiques. Au moins huit autres pays, dont l’Iraq, Bahreïn, le Koweït et le Liban, ont signalé des cas d’infection dans lesquels le patient s’était récemment rendu en Iran.

 

Ces cas régionaux ayant été signalés plus tôt dans la semaine, il a également été noté que plusieurs cas étaient apparemment originaires de la deuxième ville la plus peuplée d’Iran, Mashhad. Cela est remarquable car les autorités du régime n’ont enregistré aucun cas dans cette ville.

Même dans les endroits où l’épidémie a été reconnue active, ces mêmes autorités ont nié que son ampleur soit une cause d’alarme, encore moins de spéculations sur la négligence du régime à contrôler l’épidémie. En ce qui concerne les 50 morts présumées à Qom, le vice-ministre de la Santé du régime, Iraj Haririchi, a déclaré lors d’une conférence de presse qu’il ne pensait pas que les critiques concernant la réponse du régime seraient en mesure de prouver même le quart de ce nombre. Dans un moment pathétique, Harirchi a alors commencé à montrer des signes de coronavirus lors de cette même conférence de presse, avant de confirmer qu’il était positif pour la maladie le lendemain.

Harirchi a annoncé sur les réseaux sociaux qu’il s’était placé en quarantaine, mais il a utilisé le même message pour réitérer le récit officiel du régime sur la maîtrise de l’épidémie. Cela a cependant été suivi par des informations selon lesquelles d’autres responsables gouvernementaux et des personnalités de premier plan du régime auraient également contracté la maladie. Parmi eux, Masoumeh Ebtekar, vice-président chargé des femmes et des affaires familiales, et Mojtaba Zolnour, chef de la commission de la sécurité nationale et des affaires étrangères du Parlement iranien, un criminel notoire.

Sans surprise, ces informations ont coïncidé avec un virage un peu plus grave de la réaction du régime à l’épidémie. Bien qu’ils continuent de nier les taux d’infection et de décès plus élevés qui avaient été divulgués à Qom lundi, les autorités du régime ont déconseillé aux citoyens de visiter la ville à partir de jeudi. Qom est un important centre d’études religieuses et de pèlerinage.

Cependant, les déclarations des responsables ont clairement indiqué qu’ils adoptaient une approche plutôt ténue pour limiter le risque d’infection dans la ville sainte du centre de l’Iran. Jeudi, deux sanctuaires majeurs sont restés ouverts, les autorités ayant simplement déclaré que les participants devraient porter un désinfectant et des masques et éviter de se rassembler après avoir visité le site.

La situation est devenue beaucoup plus difficile pour l’Iran jeudi lorsqu’il a été signalé que la Russie prenait également des mesures pour réduire le risque que des personnes infectées les atteignent depuis l’Iran. Cela pourrait constituer une menace substantielle pour le commerce international du régime iranien, car il est devenu de plus en plus dépendant de la Russie et de la Chine comme outils pour échapper ou compenser les sanctions imposées par les États-Unis. Cependant, la récente annonce russe a souligné que les transporteurs nationaux Aeroflot et Mahan Air pourraient être exemptés des restrictions de voyage.

Au lieu de prendre les mesures nécessaires, le président du régime, Hassan Rouhani, a déclaré que les personnes atteintes de coronavirus seraient mises en quarantaine, mais que l’épidémie était loin d’être suffisamment grave pour justifier la mise en quarantaine de populations entières. De même, lors de la conférence de presse au cours de laquelle il est tombé malade, le vice-ministre de la Santé Harirchi a insisté sur le fait que de telles procédures de quarantaine à grande échelle étaient des reliques inutiles de «l’âge de pierre».

Le caractère trompeur de ces déclarations est mis en évidence par le fait qu’elles sont en contradiction avec les déclarations faites par les médecins iraniens et les organisations internationales de santé. Des médecins ont contacté les médias avec de nouvelles estimations du taux d’infection qui atteignent la barre des 18 000. Et dans la mesure où ces cas sont largement concentrés dans une poignée de zones très peuplées, ils sont faciles à reconnaître comme des motifs de quarantaine à plus grande échelle.
Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a déclaré que le régime répète la même histoire avec le coronavirus que celle de la destruction de l’avion ukrainien, mais à une échelle beaucoup plus grande. Elle a appelé les médecins, les infirmières et le personnel hospitalier à diffuser rapidement leurs informations afin de sauver des vies en Iran et de contrecarrer les dissimulations et les informations trompeuses du régime.

Mme Radjavi a souligné que les Nations unies, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les autres organisations internationales des droits de l’homme doivent contraindre la dictature religieuse en Iran à rendre publics tous les faits et chiffres concernant le coronavirus et à les fournir aux organisations internationales concernées afin de sauver des vies dans la population en Iran et dans les autres pays de la région.

Elle a exhorté les Iraniens, en particulier les jeunes, à organiser des manifestations pour forcer le régime à dire la vérité et le contraindre à mettre à la disposition de la population, des hôpitaux et des médecins, les ressources et les équipements médicaux et de soins de santé, largement monopolisés par le Corps des gardiens de la révolution et les organes de sécurité.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe