dimanche, mai 9, 2021
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLes exécutions récentes sont le signe des visées répressives du régime en...

Les exécutions récentes sont le signe des visées répressives du régime en Iran

Ces derniers mois, des cas d’exécutions ont été rapporté presque au quotidien. Plus de 30 personnes ont été exécutées au cours du dernier mois. Au total 267 personnes ont été exécutées l’année dernière (2020).

Il convient de noter que ce total n’est qu’une estimation, tout comme le total pour chaque année depuis la révolution de 1979. Sous le régime théocratique, le pouvoir judiciaire est connu pour annoncer formellement qu’une partie seulement des condamnations à mort. Seuls 91 d’entre eux entraient dans cette catégorie en 2020. Les 176 autres ont été découverts par des militants des droits humains ou directement révélés à la communauté internationale par des codétenus. C’est typique de la situation des droits de l’homme en Iran ; le régime a refusé de collaborer avec les autorités des Nations Unies et des ONG crédibles.

Malgré le secret et l’imprécision qui pèsent sur cette surveillance, il n’y a jamais eu de doute sur le régime iranien comme l’un des derniers pays au monde à prononcer régulièrement des peines de mort pour des mineures au moment de leur infraction présumée. Il n’y a pas non plus de doute sur le fait que de nombreuses exécutions annuelles en Iran sont motivées par des motifs politiques, bien que le nombre de ces cas puisse être difficile à déterminer en raison de l’utilisation par la justice de fausses accusations telles que «inimitié contre Dieu» comme outils pour obtenir des peines capitales.

Au cours des derniers mois, on a signalé de plus en plus de personnes jugées coupables de ce type d’abus. À titre d’exemple, Saeid Sangar a récemment eu 11 mois supplémentaires de prison sans aucune explication, alors qu’il avait terminé une peine qui avait déjà été prolongée de 18 à 20 ans. Au cours de sa peine d’emprisonnement, il aurait été soumis à plus d’une douzaine de simulacre d’exécution pour le contraindre à faire des aveux forcés à la télévision publique.

Il y a un risque croissant que la prochaine fois qu’il est emmené à l’isolement, ce ne soit pas en préparation d’une simulation d’exécution, mais pour l’éliminer. D’autres partisans de l’OMPI ont fait état de ce risque pour leurs militants emprisonnés et aussi pour la population carcérale en raison de l’aggravation de la situation du régime clérical face aux troubles domestiques.

Ces troubles sont une préoccupation omniprésente depuis 2017, lorsqu’une manifestation contre la mauvaise gestion économique a commencé à se répandre depuis la ville de Mashhad, prenant rapidement un ton politique. À la mi-janvier 2018, le mouvement de protestation avait englobé plus de 100 localités avec le slogans «mort au dictateur».

Alors que ce mouvement battait son plein, le guide suprême du régime, Ali Khamenei, a reconnu que l’OMPI avait joué un rôle de premier plan dans la planification des manifestations et la diffusion de messages anti-régime. Cela a contredit de nombreuses années de propagande qui dépeignaient le groupe comme une entité sectaire en marge de la société iranienne. Les avertissements de Khamenei ont été répétés par d’autres responsables au cours des mois suivants et, en novembre 2019, l’OMPI a de nouveau démontré son influence avec un soulèvement presque deux fois plus important que le prédécédant.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe