vendredi, janvier 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLes médias iraniens alertent au sujet de l’ampleur de la crise de...

Les médias iraniens alertent au sujet de l’ampleur de la crise de COVID-19

La crise du Covid-19 en Iran a atteint un point critique et continue de s’aggraver chaque jour, et en raison de la politique cruelle du régime, des milliers d’Iraniens meurent chaque jour.

Même les chiffres du régime au sujet de Covid-19 indiquent la profondeur de la crise sanitaire actuelle en Iran.

« Hier, l’Iran s’est classé premier au monde en nombre de nouveaux cas avec plus de 42 000 patients et deuxième au monde en nombre de décès. Il est rapporté que des centres médicaux dans 31 provinces du pays sont entourés de patients infectés par le coronavirus delta », a écrit le quotidien officiel iranien le 12 août.

Or, selon l’opposition iranienne, les Moudjahidine du Peuple (OMPI), le nombre de morts dus à Covid-19 en Iran a dépassé 360 600 au vendredi 13 août 2021.

Who transmitted coronavirus to Iran?

« Les rapports du personnel médical suggèrent que les hôpitaux regorgent de patients diagnostiqués avec Covid-19 et que l’augmentation du nombre de décès a rendu difficile le déplacement des corps en ambulance. Le tsunami de mort a ciblé les villes du pays point par point. Tous les hôpitaux du pays explosent et la mort y gronde », a écrit jeudi le quotidien iranien.

La situation a atteint un point que les médias iraniens ont reconnu le rôle du régime qui a amplifié a crise.

« Bien que le coronavirus soit entré dans le pays au début de janvier 2020 en raison des vols de Mahan Airlines vers la Chine, les autorités ont officiellement annoncé son existence seulement dans les derniers jours de février 2020. Si nous examinons les actions des autorités depuis ce jour jusqu’à maintenant, nous constaterons qu’au début, non seulement ils n’ont pas pris au sérieux le danger du coronavirus, mais ont également cherché à le banaliser », a écrit le 14 août le quotidien Setar-e Sobh.

La Résistance iranienne a révélé des documents obtenus de l’Organisation nationale d’urgence au début de la pandémie. Selon la Résistance iranienne, ces documents montrent que « Fin janvier, plusieurs personnes infectées ont été identifiées à Téhéran et le régime avait affecté certains hôpitaux tels que Massih Daneshvar, Yaftabad et Khomeini pour prendre en charge ces patients. Les autorités ont fait tout leur possible pour empêcher toute fuite d’informations sur ces cas. »

« Lorsque les autorités ont cru au danger du coronavirus, elles ont affirmé pouvoir détecter le virus avec une plaque à 100 mètres. Ils ont également menti à plusieurs reprises sur le fait que le vaccin national serait produit en série d’ici février 2021 ou la fin de l’année persane de 1399 ou le printemps 1400, et ils exporteraient le surplus de vaccins nationaux à l’étranger. Dans un cas, le Croissant-Rouge a restitué 150 000 doses de vaccin données par des Iraniens à l’étranger depuis l’aéroport », ajoute Setar-e Sobh.

« Les responsables ont refusé d’écouter et la crise s’est aggravé. Ils n’ont pas écouté et il y a eu une crise humanitaire. Nous avons pleuré pour la mise en quarantaine de la ville, et maintenant il n’y a même plus un lit d’hôpital vide dans cette ville en deuil. Maintenant, tout, des fluides intraveineux aux cercueils et aux ambulances, est rare. Des centaines de familles perdent chaque jour leurs êtres chers à cause de la négligence des autorités, et notre question est de savoir combien de personnes doivent mourir, combien de familles doivent pleurer pour que ces « responsables » retrouvent la raison ? » a écrit le 14 août le quotidien Sharq.

« Il n’y a plus de vie et d’énergie pour le personnel médical. Il a été rapporté que plusieurs membres du personnel médical ont donné leur démission ; Mais faute de main-d’œuvre, leurs demandes n’ont pas été approuvées. Il y a des nouvelles amères et inquiétantes pour les mois à venir à Machhad. La cinquième vague de Covid-19 a atteint son apogée avec des rassemblements récents », ajoute Sharq.

« Lorsque les experts de l’Organisation mondiale de la santé sont venus en Iran, au lieu de les consulter, nous leur avons constamment demandé de faire l’éloge du système de santé [du régime] dans les médias. Nous avons caché le nombre de morts à l’Organisation mondiale de la santé. Nous avons rejeté l’aide internationale et celle de Médecins Sans Frontières sans avoir beaucoup de connaissances sur le virus et n’avons pas demandé de conseils internationaux », a déclaré Alireza Zali, chef du groupe de travail Covid-19 de Téhéran, selon le quotidien Hamshahri le 12 août.

Zali a averti que « nous avons des nouvelles beaucoup plus amères pour les semaines à venir et les choses vont empirer. La variante Covid-19 Delta s’est propagée et a duré trois mois en Inde ; ils ont rapidement vacciné tout le monde. »

Iranian nurses: victims of Covid-19 and destructive policies

La crise iranienne de Covid-19 aurait pu être contrôlée à ce jour si le guide suprême du régime, Ali Khamenei, n’avait pas interdit les vaccins au début de 2021, et le régime n’avait pas caché la réalité au public. Les responsables du régime ont refusé d’annoncer un verrouillage à l’échelle nationale, et quand ils l’ont fait, ils ont refusé de soutenir financièrement la population.

« Les autorités ont interdit à environ 23 millions de doses de vaccin d’entrer dans le pays d’ici la fin mars. Cette action a fait des milliers de morts. Ces derniers jours, il a été révélé ce qui s’est passé dans les coulisses de l’interdiction des vaccins. Les propos du groupe de travail Covid-19 dans la province de Téhéran, du ministre des Affaires étrangères et du chef de la Chambre de commerce de Téhéran ont montré que le vaccin pouvait être importé, mais des mains cachées l’ont empêché », a écrit Setar-e Sobh.

« Maintenant, quelle est la réponse des autorités à propos de la mort de milliers d’Iraniens? » a demandé Setar-e Sobh.

« L’Iran est dans une situation difficile où tout commentaire est rapidement transmis de manière virale dans la société qui est comme une dangereuse poudre à canon qui s’enflammera à la moindre étincelle », a prévenu le quotidien Ebtekar, le 13 août.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe