dimanche, février 21, 2021
Accueil Actualités Actualités: Droits humains Les porteurs iraniens victimes de l'oppression des mollahs: 24 tués en 5...

Les porteurs iraniens victimes de l’oppression des mollahs: 24 tués en 5 mois

Les forces frontalières du régime iranien poursuivent la frénésie meurtrière contre les porteurs iraniens démunis, qui doivent porter de lourdes charges pour subvenir aux besoins de leur famille. Ce travail est le résultat direct de la corruption institutionnalisée du régime et du pillage des richesses nationales.

Hadi Khedri, un porteur de 22 ans, a été tué par les forces du CGRI le 13 août 2020

Le régime iranien a tué au moins 24 porteurs, l’un des secteurs les plus démunis de la société qui transportent des marchandises sur leur dos pour couvrir les dépenses de leur famille dans les pires conditions météorologiques et de travail. Des dizaines de ces porteurs ont été blessés et de nombreux autres ont été emprisonnés. Les médias ont rapporté qu’entre avril et juillet 2020, quelque 32 porteurs ont été tués. Les chiffres publiées par les agences de presse iraniennes indiquent que les gardiens de la révolution (CGRI) ont tué à bout portant au moins 79 porteurs au cours de la dernière année.

La semaine dernière, les pasdaran ont blessé au moins six porteurs en leur tirant directement dessus à Nowsud, Baneh et Oroumieh, dans le nord-ouest de l’Iran. Cinq porteurs ont été blessés le 18 août à Baneh et Nowsud. Le samedi 15 août, les forces frontalières du régime iranien ont directement tiré et blessé un porteur et arrêté trois autres près des zones frontalières d’Ourmia.

Farhad Khosravi, un porteur de 14 ans, est mort du gel à la frontière iranienne près de Marivan (Iran)

Le même rapport indique que le 13 août, les forces du CGRI ont ouvert le feu sur un groupe de porteurs près du village de Kuran en Oroumieh, tuant un porteur identifié comme Seraj Ahmadi, 37 ans, et en blessant deux autres.

Les chiffres indiquent que les porteurs morts ou blessés au cours des cinq derniers mois n’inclut pas les porteurs malchanceux qui sont morts gelé ou ensevelis sous des avalanches.

Le travail des porteurs est l’un des emplois les plus difficiles et les plus dangereux pour les personnes démunies dans les régions frontalières de l’Iran dans les provinces du Kurdistan et de l’Azerbaïdjan oriental; et ceux qui font ce travail sont dans des conditions économiques difficiles.

De toute évidence, la corruption institutionnalisée du régime iranien, le pillage des richesses nationales et la monopolisation des opportunités d’emploi – qui ont poussé un grand nombre de personnes démunies au Kurdistan et en Azerbaïdjan oriental dans la vallée de la pauvreté – ont produit le travail difficile du portage. Beaucoup de ces porteurs sont des jeunes éduqués titulaires de diplômes élevés qui font ce travail simplement parce qu’ils n’ont pas un travail convenable et sont aux prises avec la pauvreté.

L’approche criminelle du régime iranien envers les porteurs a suscité une énorme réaction sociale.

Fin juillet 2020, le tribunal du régime de Baneh a condamné dix citoyens de Baneh à un total de 30 mois de prison et 250 coups de fouet. Ces personnes avaient protesté en 2017 contre le meurtre de deux porteurs à Baneh et ont ensuite été arrêtées.

Le 2 août, les agences de presse ont rapporté une déclaration de 80 syndicats du monde entier intitulée «Les porteurs ne doivent pas être oubliés», condamnant les politiques anti-ouvrières du régime clérical et appelant à la fin du massacre des porteurs.

La dure vie des porteurs au Kurdistan iranien

Simultanément, une campagne sur les réseaux sociaux a commencé avec son hashtag # کولبر_نکشید ou # ne tuez pas les porteurs, devenant une tendance mondiale. Cette campagne a reçu une large couverture. Les médias gérés par l’État ont qualifié ce mouvement populaire et la juste colère des gens de « diabolisation de l’Iran par des éléments étrangers et des dissidents».

Le Noor News, géré par l’État, qui est proche du Conseil suprême de sécurité nationale du régime, en réaction aux vastes demandes des utilisateurs des médias sociaux d’arrêter la folie meurtrière contre les porteurs, a écrit: «La vague ‘ne tuez pas le porteur ‘a été initiée par les médias dissidents et principalement par des utilisateurs organisés ».

La dure vie des porteurs au Kurdistan iranien

Les crimes des pasdaran et des forces de sécurité de l’État ne se limitent pas aux porteurs. Des rapports quotidiens font état de personnes abattues et tuées par les forces de sécurité de l’État et la police alors qu’elles transportaient de l’eau ou du carburant pour couvrir leurs frais de subsistance. Ces incidents tragiques se produisent principalement dans les zones pauvres du sud et du sud-ouest de l’Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe