vendredi, mai 14, 2021
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLes responsables du régime s’accusent mutuellement du massacre de novembre 2019 en...

Les responsables du régime s’accusent mutuellement du massacre de novembre 2019 en Iran

Plus de 1500 ont été tués lors du soulèvement national du peuple iranien en novembre 2019.

Au milieu de querelles entre factions, les responsables du régime des mollahs s’accusent mutuellement d’avoir tué des manifestants innocents lors des manifestations de novembre 2019 en Iran. Selon l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK), les forces de sécurité du régime ont tué 1500 manifestants.

«Le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale iranien [Ali Shamkhani] a récemment estimé que les dommages causés par les incidents de novembre 2019 auraient pu être évités. Mais à mon avis le ministre de l’Intérieur est coupable dans cette affaire », a déclaré jeudi Ahmad Alirezabeigi, membre du parlement du régime.

Il a accusé le ministre de l’Intérieur du régime, Abdolreza Rahmani Fazli, d’avoir «le sang du peuple sur les mains», ajoutant qu ’« il n’était pas qualifié pour assumer la responsabilité dangereuse d’organiser les élections présidentielles du régime et a demandé sa destitution.

Les propos d’Alirezabeigi laisse penser que les élections présidentielles de juin pourraient conduire à un autre soulèvement de la population contre le régime.

Le ministère de l’Intérieur du régime a tenté de minimiser son rôle dans le massacre des manifestants innocents en novembre 2019. Tout en qualifiant les manifestants de «voyous», le vice-ministre de l’Intérieur a déclaré: «en traitant les voyous, certains de nos compatriotes, ainsi que les forces de sécurité ont malheureusement perdu la vie ou ont été blessés. »

Mahmoud Sadeghi, un ancien député, a également récemment admis que le régime avait tué des civils innocents.
«Dans les commissions chargées de gérer [le soulèvement de novembre], j’ai demandé s’il y avait des signes de la présence de groupes d’opposition ? Ils ont dit non. J’ai dit à M. Shamkhani que ce sont des gens. On tuent des gens dans la rue. Que faites-vous ? Allez-vous continuerez à tuer s’ils restent dans la rue? Shamkhani a dit que oui, nous le ferons », a déclaré Sadgheri dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

Il convient de noter que Rahmani Fazli avait ouvertement défendu son rôle dans le meurtre de manifestants et l’imposition d’une panne d’Internet lors des principales manifestations en Iran en novembre 2019.

«Ils disent que Rahmani a bloqué Internet ces jours-là. Je l’ai sûrement fait parce qu’ils commandaient et formaient [les manifestants] par Internet. Ils cherchaient à déclencher une guerre civile. En tant que responsables de la sécurité du pays, nous suivions leurs activités; ils planifiaient depuis des mois », a déclaré Rahmani en juin 2020.

«Le prix du carburant [la hausse] a déclenché cela. Il aurait pû être beaucoup plus vaste que cela. Ils voulaient semer le chaos dans le pays et transformer notre pays en une autre Syrie. Préserver la sécurité [du régime] est notre priorité », a-t-il ajouté.

En raison des mauvaises politiques économiques du régime, de la corruption et de l’oppression, la société iranienne est au bord de l’explosion. Ainsi, les responsables du régime essaient de se blâmer les uns les autres pour éviter la colère de la population. Bien que le régime ait pu réprimé le soulèvement de novembre 2019, mais la colère de la population est comme le feu sous les cendres.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe