jeudi, janvier 27, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLes responsables iraniens appellent à renforcer la violence contre la population, alors...

Les responsables iraniens appellent à renforcer la violence contre la population, alors que l’UE reste muet

Parallèlement à l’augmentation du nombre d’exécutions, les responsables iraniens appellent explicitement à des mesures répressives et défendent les méthodes brutales du régime.

Leurs remarques confirment le mépris du régime pour les normes humanitaires et exigent une action ferme de la communauté internationale.

«L’arrogance [la communauté internationale] surveille notre système concernant [l’amputation de la main] et remet en question la mise en œuvre des codes islamiques, et cela a restreint les mains des juges. Mais la condamnation à l’amputation doit être exécutée pour les voleurs afin que ces criminels cessent leurs mauvaises actions », a déclaré le Mousavi Largani, membre du Majlis, cité mardi le quotidien Entekhab.

Alors que les responsables du régime, en particulier les Gardiens de la révolution (CGRI) et le guide suprême de mollahs, Ali Khamenei, pillent les richesses du pays, le régime ampute brutalement les mains ou les doigts de soi-disant «voleurs». En appliquant ce verdict médiéval, les vrais voleurs au pouvoir en Iran tentent de dissimuler le fait que leur pillage systématique des ressources du pays oblige les pauvres à commettre des vols.

De même, jeudi, le général Qassem Rezaei, commandant adjoint des forces de sécurité de l’État (SSF), a déclaré à ses agents à la télévision de «briser les bras» de jeunes rebelles que le régime criminel appelle des «voyous». Rezaei a déclaré: « Si vous les attrapez sur les lieux et que je vois qu’ils sont indemnes, vous allez devoir répondre pourquoi ils sont toujours indemne. »

Video : Le chef adjoint de la police iranienne ordonne de casser les bras des manifestants devant les médias – le général Qassem Rezaei du CGRI

En d’autres termes, le régime décrit les pauvres comme des «criminels» et les jeunes rebelles comme des «voyous» pour justifier ses actions inhumaines. La mauvaise gestion économique du régime et la corruption institutionnalisée ont dévasté la vie du peuple iranien.

La hausse du taux d’inflation et de la pauvreté, associées à l’épidémie de coronavirus et maintenant à la pollution de l’air, qui sont les résultats directs de l’inaction et de la mauvaise gestion du régime, ont transformé la société iranienne en un «volcan» qui pourrait éclater à tout moment.

«Il faut craindre le moment où personne ne pourra mettre le frein au volcan des affamés», écrivait le 29 novembre 2020 le dirigeant d’Etat Arman-e Melli.

Les récentes exécutions en Iran, en particulier l’exécution d’un mineur délinquant, Mohammad Hassan Rezai, et d’un résident européen, Ruhollah Zam, en dépit du tollé international, ont montré que le régime n’entend pas respecter les normes internationales des droits humains et les simples «condamnations» de la communauté internationales.

Ces «condamnations», principalement de la part des États membres de l’Union européenne, qui se vantent d’être des «défenseurs des droits de l’homme» et, selon le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, ont les droits de l’homme «dans leur ADN», n’ont aucun effet sur le régime de Téhéran.

Parce que les mots n’empêchent pas le régime de commettre des violations des droits de l’homme. En fait, l’inaction de la communauté internationale face aux crimes majeurs du régime, tels que le massacre de prisonniers politiques en 1988 et le meurtre de masse de 1500 manifestants lors du soulèvement de novembre 2019, a donné au régime un sentiment d’impunité pour continuer ses crimes et récompenser les auteurs.

L’actuel chef de la magistrature du régime, Ebrahim Raisi, «juge pendaison», est l’un des principaux auteurs du massacre de plus de 30 000 prisonniers politiques en 1988. L’actuel et l’ancien Ministre de la justice du régime, Alireza Avaii et Mostafa Pourmohammadi, ont également été impliqués dans ce massacre.

UN Must Investigate Iran's 1988 Massacre

Dans une lettre envoyée aux autorités iraniennes en septembre et publiée en décembre, sept experts des Nations Unies ont souligné que le massacre de 1988 «pouvait constituer un crime contre l’humanité».

Ils ont notamment souligné que l’incapacité de la communauté internationale «d’agir» face au massacre de 1988 «avait eu un impact dévastateur sur les survivants et leurs familles ainsi que sur la situation générale des droits de l’homme en Iran et a encouragé l’Iran à continuer de dissimuler le sort des victimes et de maintenir une stratégie de déni qui continue à ce jour.

Lorsque M. Borrell négocie avec le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, qui loue le régime médiéval comme la «plus grande démocratie» du Moyen-Orient, cela ne fait qu’encourager le régime à ne pas tenir compte des «préoccupations» et des «condamnations» de l’UE.

Comme M. Borrell l’a reconnu le 10 décembre, lorsqu’il s’agit de violations des droits de l’homme, l’UE «devrait aller au-delà» des lettres, sanctions et condamnations. L’UE devrait immédiatement sanctionner Raisi, Zarif et tous les autres responsables du régime impliqués dans des violations des droits de l’homme. Les dirigeants de l’UE devraient subordonner toute relation avec le régime à l’arrêt complet des violations des droits de l’homme par la théocratie au pouvoir en Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe