dimanche, avril 11, 2021
Accueil Actualités Actualités: Droits humains Les vagues d'exécutions en Iran condamnées par les Pays-Bas

Les vagues d’exécutions en Iran condamnées par les Pays-Bas

CNRI – Les partisans de la Résistance iranienne ont organisé deux rassemblements, samedi 16 janvier au centre-ville d’Amsterdam et à l’extérieur du Parlement néerlandais à La Haye, pour condamner les violations flagrantes des droits de l’Homme en Iran, notamment les exécutions de masse du régime iranien.

Les participants de ces rassemblements ont également appelé les grandes puissances mondiales à mettre de côté la politique d’apaisement vis-à-vis de celui qu’ils appellent le « parrain du terrorisme » en Iran. Ces manifestants ont également appelé à la mise en oeuvre de mesures concrètes de la part de la communauté internationale pour condamner la pratique de la torture et les exécutions en Iran, et en plaçant les responsables du régime iraniens devant les tribunaux internationaux.

Sur les pancartes soulevées par les manifestants, on pouvait lire en partie que le président des mollahs, Hassan Rohani, était le président de 2 000 exécutions et que tout rapprochement avec le régime iranien devait être conditionné par la cessation des exécutions en Iran.

Entre le 1er et le 16 janvier, le régime inhumain des mollahs en Iran a envoyé 52 prisonniers, dont 1 femme, à la potence dans différentes villes. Quatre de ces prisonniers ont été pendus en public et la plupart des prisonniers ont été exécutés en groupes.

La situation des droits de l’Homme s’est rapidement détériorée en Iran. Plus de 2 000 personnes ont été exécutées pendant la présidence de Hassan Rohani. C’est le taux le plus élevé d’exécutions des 25 dernières années, et il reflète une augmentation par rapport aux chiffres qui avaient déjà assuré à l’Iran la place de nation la plus dense en exécutions par habitant.

Le 17 décembre 2015, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution condamnant fermement la violation brutale et systématique des droits de l’Homme en Iran et notamment les exécutions arbitraires et de masse, la violence croissante et la discrimination contre les femmes et les minorités ethniques et religieuses.

Suite à l’adoption de la 62e résolution de l’ONU condamnant les violations des droits de l’Homme en Iran, la présidente de la Résistance iranienne, Maryam Radjavi, a appelé le Conseil de sécurité de l’ONU de tenir les dirigeants du régime des mollahs comme responsables de crimes contre l’humanité et de les poursuivre en justice. Elle a souligné que cela constituait une étape nécessaire vers le respect du vote de la communauté internationale, qui a condamné les violations systématiques et flagrantes des droits de l’Homme en Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe