lundi, décembre 6, 2021
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLes visites officielles en Iran envoient le mauvais message et renforcent l'impunité...

Les visites officielles en Iran envoient le mauvais message et renforcent l’impunité d’un régime violent

Les visites officielles en Iran envoient le mauvais message et renforcent l'impunité d'un régime violent
Mora à l’inauguration de Raïssi le 5 août.

Mercredi, l’Union européenne a annoncé qu’Enrique Mora, directeur politique adjoint du Service européen pour l’action extérieure, se rend en Iran pour s’entretenir cordialement avec le ministre des Affaires étrangères d’Ebrahim Raïssi, Hossein Amir-Abdollahian.

C’est au moins la deuxième fois que Mora légitime l’administration Raïssi sur la scène internationale. En août, il a personnellement assisté à l’investiture de Raïssi, attirant les critiques de militants à la fois en Iran et dans toute la diaspora iranienne qui avaient passé les deux mois précédents à travailler pour attirer davantage l’attention sur l’histoire de Raïssi en matière de violations des droits humains et de crimes contre l’humanité.

À l’été 1988, Raïssi est devenu l’une des quatre personnalités clés à siéger à la « Commission de la mort » de Téhéran qui a supervisé l’exécution massive de plus de 30 000 prisonniers politiques. Les témoins oculaires du massacre ont tendance à décrire Raïssi comme ayant été le premier parmi ses pairs à poursuivre l’application la plus large possible d’une fatwa du guide suprême Ruhollah Khomeini qui exhortait à tuer toute personne qui semblait toujours soutenir le principal groupe d’opposition démocratique iranien, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK).

Trois de ces témoins ont comparu lors de la conférence de presse de mercredi aux côtés d’Hossein Abedini, membre de la commission des affaires étrangères du CNRI, de l’ancien eurodéputé écossais Struan Stevenson et de Tahar Boumedra, l’ancien chef du bureau des droits de l’homme de la Mission d’assistance des Nations Unies en Irak. Avant la conférence de presse, Stevenson a soumis un dossier de 111 pages au chef de Police Scotland, portant les signatures des trois témoins participants, plus deux autres. Lui et Boumedra ont souligné que des documents similaires avaient été soumis dans plusieurs pays, dont autorités à Londres le 2 juillet.

Le dossier était accompagné d’une demande formelle d’enquête sur le rôle de Raïssi dans le massacre de 1988. Alors que l’objectif immédiat de l’appel de Stevenson aux autorités écossaises était d’empêcher Raïssi de mettre les pieds dans le pays, lui et d’autres défenseurs ont noté que toutes les nations ont le pouvoir légal d’arrêter et de poursuivre Raïssi en vertu du principe de compétence universelle. Boumedra a suggéré que ce principe pourrait également s’appliquer à l’un des plus de 70 participants au massacre qui ont été explicitement identifiés par une organisation qu’il dirige appelée Justice pour les victimes du massacre de 1988 en Iran.

World leaders and the bloody hands of Ebrahim Raisi, Iranian regime’s new president

Les dirigeants mondiaux et les mains sanglantes d’Ebrahim Raïssi, le nouveau président du régime iranien

Les participants à la conférence de presse ont exprimé l’espoir que les enquêtes écossaises, anglaises et autres sur les crimes de Raïssi ouvriraient la voie à une enquête plus large de la Cour pénale internationale, menant finalement à sa poursuite dans ce lieu.

Certains juristes ont même déclaré que de telles poursuites pourraient être fondées sur une accusation de génocide, étant donné que la fatwa sous-jacente au massacre de 1988 exprimait l’intention de tuer toute personne dont l’identité religieuse était en contradiction avec le fondamentalisme théocratique du régime.

L’étiquette de génocide souligne fortement la trahison des principes des droits de l’homme inhérente aux efforts de l’UE pour légitimer le rôle présidentiel de Raïssi. Dans le même temps, cela renforce l’idée que si une enquête de la CPI n’est pas menée, toute nation en règle avec le droit international pourrait exécuter un mandat d’arrêt contre Raïssi ou tout autre auteur du massacre de 1988.

Lors d’une conférence virtuelle organisée par le CNRI en juillet, l’avocat britannique des droits de l’homme Geoffrey Robertson a souligné que la Convention sur le génocide oblige effectivement les pays ratifiants à prendre des mesures sur ces questions. Lors de la même conférence, Eric David, professeur belge de droit international, a déclaré que la poursuite unilatérale des crimes de Raïssi ne présenterait « aucune difficulté juridique » pour aucun pays occidental.

Lire aussi :

La visite du représentant de l’UE en Iran légitime les violations des droits de l’homme et la vague d’exécutions commises par le régime

Pour empêcher une pire répression contre le peuple iranien, arrêtez le président du régime iranien

La vérité a été essentiellement prouvée le mois suivant lorsqu’un tribunal pénal suédois a engagé les poursuites contre Hamid Noury, un ancien responsable de la prison iranienne qui a participé au massacre de 1988 à un niveau bien inférieur à celui de Raïssi. L’affaire contre Noury cite expressément la compétence universelle dans le but de le tenir responsable des crimes de guerre et des meurtres de masse. Les personnes qui demandent justice pour les victimes du massacre de 1988 espèrent que le cas suédois servira désormais de modèle pour le comportement d’autres nations occidentales.

Procès de Hamid Nouri : un ex-prisonnier politique témoigne sur les crimes des autorités du régime dans les prisons iraniennes
La décision du régime de nommer Raïssi comme président a été rejetée avec ferveur par l’écrasante majorité du peuple iranien, comme en témoigne l’élection présidentielle de juin qui a enregistré la plus faible participation électorale de l’histoire du régime iranien. Raïssi a été présenté comme le seul candidat viable, et il a pris ses fonctions au milieu d’une vague de protestations publiques risquées contre sa réputation de «boucher de 1988» et l’un des principaux auteurs de la répression de la dissidence en novembre 2019.

Raïssi était à la tête du système judiciaire iranien à l’époque où des militants de tout l’Iran ont organisé des manifestations publiques simultanées appelant à un changement radical de gouvernement. Quelques jours après le déclenchement du soulèvement national, 1 500 manifestants pacifiques ont été tués et la justice de Raïssi a supervisé la torture systématique des détenus politiques pendant des mois. La répression a apparemment aidé à obtenir l’approbation de Raïssi par le guide suprême du régime, Ali Khamenei, et elle a également signalé que de nouvelles poussées de répression violente étaient susceptibles d’avoir lieu sous l’administration présidentielle de Raïssi.

La communauté internationale doit comprendre ce fait alors qu’elle définit sa politique envers l’Iran dans les semaines et les mois à venir. Les puissances occidentales, en tant que défenseurs ostensibles des principes universels des droits de l’homme, ne doivent pas laisser les négociations nucléaires éclipser les menaces qui pèsent sur le peuple iranien. L’impunité de Téhéran doit être contestée, et il n’y a pas de meilleur premier pas vers cet objectif qu’en précisant qu’Ebrahim Raïssi sera arrêté pour ses crimes passés contre l’humanité s’il mettait un jour le pied sur le sol occidental.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe